Suivre La Chronique

2018: année de stabilisation pour le transport fluvial wallon

Sujets relatifs :

,
2018: année de stabilisation pour le transport fluvial wallon

L’écluse de Kain. (© SPW – DPVNI – Marc Delaude)

L’an dernier, 41,54 millions de tonnes de marchandises ont été transportées sur le réseau navigable wallon, soit l’équivalent de 2 millions de camions. D’après les statistiques collectées par le Spw Mobilité et Infrastructures, c’est le 2e meilleur résultat de ces 5 dernières années. Ces données mettent également en évidence une diversification accrue des marchandises transportées avec une nette progression des produits à haute valeur ajoutée tels que les produits agricoles, les produits métallurgiques et les conteneurs.

Après une année 2017 record qui avait vu plus de 42,14 millions de tonnes de marchandises transportées par la voie d’eau en Wallonie, 2018 affiche donc une légère baisse (-1,43%), mais reste largement au-dessus de la moyenne puisqu’il s’agit de la 2e meilleure performance de ces 5 dernières années. Après un 1er semestre supérieur à celui des autres années, le second semestre a quelque peu fléchi. Un recul qui s’explique probablement par la sécheresse exceptionnelle qui a sévi pendant cette période, même si le réseau navigable wallon est resté globalement opérationnel durant le 2e semestre. Il n’en a cependant pas été de même dans d’autres pays d’Europe du Nord, comme le bassin du Rhin par exemple, ce qui a sans doute provoqué une réduction des exportations vers ces pays et vers l’Est de l’Europe.

Conteneurs à la hausse

Depuis quelques années, le transport fluvial wallon a donc amorcé une reprise après avoir subi la fermeture de la phase à chaud liégeoise, grande consommatrice de combustibles solides et de minerais. Un constat également valable pour 2018 avec la diversification accrue du type de marchandises transportées par la voie d’eau. C’est notamment le cas des marchandises à haute valeur ajoutée comme la catégorie «divers» qui progresse de 12,7%, les produits agricoles (+7,55%) et métallurgiques issus de la phase à froid (+5,61%).

Carrefour de l’Europe du Nord

De l’Escaut à la Meuse, en passant par la Sambre et les canaux de la région du Centre, la Wallonie compte 451 km de voies navigables. Un solide atout logistique car, situé à un carrefour européen, le réseau navigable wallon permet d’atteindre les principaux ports maritimes du nord de l’Europe et d’accéder aux réseaux navigables de la France, des Pays-Bas, de l’Allemagne et, au-delà, de l’Europe de l’Est. En 2018, le transit a ainsi représenté un tiers du trafic sur le réseau wallon.

Pour encourager ce mode de transport, la Wallonie investit d’ailleurs dans la modernisation de son réseau hydraulique via divers plans et projets. On peut citer ici le Plan Infrastructures 2016-2019, le Plan wallon d’investissement, le projet «Seine-Escaut» cofinancé par l’UE et la construction du nouveau centre Perex 4.0.
 

Nous vous recommandons

Les coûts des matériaux naviguent en eaux troubles

Les coûts des matériaux naviguent en eaux troubles

Imporgrasa, l’association des importateurs de matériaux de construction en Belgique, constate un recours accru aux voies navigables pour le transport de matériaux chaque année. Mais l’impact de ce mode de[…]

03/12/2019 | TransportTravaux
Hangar XXL pour la Défense

Hangar XXL pour la Défense

Green Inland Shipping: quand la navigation marchande devient écologique

Green Inland Shipping: quand la navigation marchande devient écologique

Immobilier logistique et semi-industriel: JLL dresse un bilan provisoire pour 2019

Immobilier logistique et semi-industriel: JLL dresse un bilan provisoire pour 2019

Plus d'articles