Suivre La Chronique

25% de nouvelles PME en Belgique

Sujets relatifs :

, ,
25% de nouvelles PME en Belgique

La onzième édition du «rapport Pme» réalisé par Graydon, en collaboration avec l’Ucm et Unizo, montre une évolution positive des Pme. Non seulement leur nombre est en constante progression, mais en outre les indicateurs financiers sont majoritairement dans le vert.

«Les Pme sont plus saines, plus autonomes, plus robustes et plus résistantes aux chocs externes». C’est ainsi qu’Eric Van den Broele, responsable recherche et développement chez Graydon Belgium, un bureau spécialisé dans les informations financières, dresse le panorama des petites et moyennes entreprises belges. Et cela se reflète dans les chiffres, à quelques nuances près.

Les PME en hausse, les personnes physiques en force

Entre 2009 et 2018, le nombre de Pme en Belgique a connu une croissance exponentielle. De 935.961 organisations de moins de 50 personnes en 2009, elles sont passées à plus de 1,1 million en 2018. Il s’agit donc d’une progression de près de 25% en 10 ans au niveau fédéral. Avec 652.650 Pme recensées sur son territoire, la Flandre concentre plus de la moitié du total belge. La Wallonie compte pour sa part 27% des Pme de l’ensemble du pays, soit 314.567 entreprises. La capitale, quant à elle, a connu une progression de 22,4% entre 2009 et 2018, et compte actuellement 131.967 Pme.
L’entreprise individuelle ou en Personne Physique (PP) en tant que forme juridique truste la première place en Wallonie et en Flandre, représentant respectivement 60,4% et 50,4% des Pme en 2018. A Bruxelles, c’est la Sprl qui prédomine avec un taux de représentativité de 32,5% alors que l’entreprise individuelle représente 30,4% de Pme. Ces chiffres n’ont pas connu de variations majeures sauf en ce qui concerne les Sprl à Bruxelles, victimes d’un recul de 2,3% par rapport à 2009.

Une santé de fer…à nuancer

Plus de 76% des Pme belges présentent un réel potentiel de développement. Un indicateur qui laisse rêveur, et il n’est pas le seul. Entre 2017 et 2018, la productivité (+1,1%), la rentabilité (1,2%) ou encore le degré d’indépendance financière(+6,7%) sont tous sur une pente ascendante.
Un panorama encourageant donc, toutefois nuancé par certains chiffres qui le sont un peu moins. Même si la Wallonie compte la plus grande proportion d’entreprises ayant un potentiel de développement (78,5%), la région ne représente que 15% des investissements en immobilisations corporelles, pour 64% en Flandre et 21% à Bruxelles. Dans la capitale, c’est la fragilité des entreprises qui inquiète. Selon le multi-score de Graydon (un indicateur qui évalue la santé financière, le comportement de paiement et la survie à moyen terme d'une entreprise), 21,2% des Pme bruxelloises affichent un risque élevé de faillite et un faible potentiel de croissance en 2018. Bien loin devant la Wallonie (10,7%) et la Flandre (10%).

Les Pme de la construction affichent une excellente santé financière

Le secteur de la construction connaît lui aussi une croissance du nombre de Pme créée entre 2009 et 2018. La palme revient à Bruxelles qui est témoin d’une très forte hausse de 47% de Pme sur son territoire durant cette période. La Flandre arrive très loin derrière avec une progression de 17% et la Wallonie ferme la marche avec 10%. L’augmentation des Pme actives dans le secteur de la construction a été constante, et cela toutes régions confondues, mais des nuances sont à préciser. Ainsi, la Flandre et la Wallonie ont connu une légère baisse (-1%) entre 2012 et 2013, sans doute imputable à la crise financière. Et alors que la Wallonie s’en remettait assez péniblement et stagnait entre 2015 et 2016 (33.500 Pme créées), la Flandre connaissait une augmentation spectaculaire du nombre de Pme: +10% entre 2015 et 2018.
La santé financière des Pme du secteur de la construction se porte également très bien. En effet, entre 2009 et 2018, la rentabilité nette des fonds propres après impôts est en hausse. Au niveau fédéral elle augmente de 9%, de 3% en Wallonie et de 7% en Flandre. Pour leur part, les Pme bruxelloises connaissent une énorme progression, avec une hausse de leur rentabilité de 42%.
Le même constat peut être fait pour le degré d’indépendance financière. Les petites et moyennes entreprises ont gagné en indépendance financière et sont moins endettées qu’elles ne l’étaient auparavant. Cela se traduit par une amélioration de cet indice de 13% au niveau national, de 12% en Flandre, de 11% en Wallonie et de 20% à Bruxelles.

Le dumping social en ligne de mire

Malgré tout, et même si Bruxelles présente un très bon bilan, les Pme de la construction de la capitale s’inquiète d’un dumping social devenue monnaie courante dans le secteur. «Le nombre d'entreprises déclarées en faillite dans le secteur de la construction est particulièrement important à Bruxelles. Cela a donc attiré l’attention des tribunaux sur le dumping social qui s’y exerce. Sur demande du secteur, les autorités fédérales ont  pris des mesures pour lutter contre cette concurrence déloyale» déclare Clarisse Ramakers directrice du service d’études d’UCM. Il serait toutefois dommage que cette gangrène qu’est le dumping social fasse oublier l’excellente santé affichée par nos Pme.
 

Nous vous recommandons

Le secteur de la construction belge ne bénéficiera pas du plan d’investissement européen

Le secteur de la construction belge ne bénéficiera pas du plan d’investissement européen

La Confédération Construction déplore l’absence d’un gouvernement fédéral de plein exercice, qui pourrait directement porter préjudice au secteur car rien n'a encore été[…]

18/09/2020 | Socio-EconomieEurope
La Wallonie se dote d’une stratégie en économie circulaire

La Wallonie se dote d’une stratégie en économie circulaire

La Confédération Construction s’oppose au «tracing» des travailleurs étrangers

La Confédération Construction s’oppose au «tracing» des travailleurs étrangers

Acerta lance une nouvelle «plateforme de partage» pour les travailleurs

Acerta lance une nouvelle «plateforme de partage» pour les travailleurs

Plus d'articles