Suivre La Chronique

4,6 millions de l’UE en faveur des ex-travailleurs de Caterpillar Gosselies

Sujets relatifs :

, ,
4,6 millions de l’UE en faveur des ex-travailleurs de Caterpillar Gosselies

Marianne Thyssen: «Grâce à l'enveloppe de 4,6 millions d'euros du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation, nous serons en mesure d'aider les travailleurs licenciés à retrouver un emploi ou de meilleures perspectives professionnelles». (© europa.eu)

© (C) EU 2017

La Commission européenne a proposé d'octroyer une enveloppe de 4,6 millions d'euros à la Belgique au titre du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (FEM).

Cette somme devrait permettre d'aider près de 2.300 travailleurs licenciés par Caterpillar Gosselies et par plusieurs de ses fournisseurs à retrouver un emploi. Plus précisément, les mesures cofinancées par le FEM profiteraient à 2.287 travailleurs licenciés et à un maximum de 300 jeunes qui sont sans emploi et qui ne suivent ni études ni formation (les fameux Neet). Le coût total de ce train de mesures est estimé à 7,7 millions d'euros, dont 4,6 millions seraient pris en charge par le FEM. Les 40% restants proviendraient du budget régional wallon. La proposition doit encore être soumise à l'approbation du Parlement européen et du Conseil des ministres de l'UE.

Contexte

En décembre 2017, la Belgique a sollicité l'aide du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation à la suite des licenciements qui sont intervenus lors la fermeture du site Caterpillar de Gosselies, annoncée en septembre 2016. Ces pertes d'emplois ont été le résultat de mutations majeures dans la structure du commerce mondial, en particulier la délocalisation d'une part substantielle des capacités de production de l'entreprise vers l’Asie et l’Amérique latine, ce qui a entraîné la fermeture du site de Gosselies.

Task force

La Commission, et notamment Marianne Thyssen, commissaire européenne pour l'Emploi, les Affaires sociales, les Compétences et la Mobilité des Travailleurs, ont apporté une aide aux autorités belges depuis le début du processus. Ainsi, dès l'annonce de la fermeture du site par Caterpillar, la Commission a contribué à la mise en place d'une task force afin de discuter de la marche à suivre et de préparer les prochaines étapes, notamment la mobilisation du FEM.

Les licenciements chez Caterpillar affectent principalement l'ancien bassin minier et sidérurgique de Charleroi, où l'emploi reste fortement tributaire des industries lourdes traditionnelles.

Les anciens travailleurs de Caterpillar, ainsi que des jeunes de la province de Hainaut qui sont sans emploi et qui ne suivent ni études ni formation, qui peuvent bénéficier des mesures soutenues par le FEM se verraient donc proposer des conseils, une orientation professionnelle et une aide individuelle à la recherche d'emploi. Ils pourraient également suivre des formations mettant l'accent sur les priorités de développement de Charleroi. Les personnes désireuses de lancer leur propre entreprise pourraient bénéficier d'un système de soutien.

Nous vous recommandons

Le chômage économique repart à la hausse fin 2018

Le chômage économique repart à la hausse fin 2018

En 2018, le chômage économique pour les ouvriers en Belgique a atteint un taux historiquement bas: à peine 0,60% des heures ouvrables n'a pas été presté en raison du chômage économique.[…]

14/02/2019 | Emploi
Première zone de test et d’entrainement dédiée aux drones est située à…

Première zone de test et d’entrainement dédiée aux drones est située à…

Déménager, un souhait non exaucé pour les seniors

Déménager, un souhait non exaucé pour les seniors

Brexit: le Gouvernement français adopte des procédures simplifiées pour construire en urgence les nouvelles infrastructures douanières

Brexit: le Gouvernement français adopte des procédures simplifiées pour construire en urgence les nouvelles infrastructures douanières

Plus d'articles