Suivre La Chronique

Aide à 14 hôpitaux hennuyers pour gérer leurs déchets

Sujets relatifs :

,
Aide à 14 hôpitaux hennuyers pour gérer leurs déchets

Le ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio, a octroyé  un subside de 236.000 euros à l’intercommunale Idea afin d’étudier le gisement de déchets de 14 hôpitaux du Centre pour ensuite les accompagner dans la mise en œuvre d’un système efficace de réduction et/ou de revalorisation de leur production.

En 2017, le volume de déchets strictement liés à l’activité hospitalière et soins de santé de ces 14 implantations (gaze, gants, ouate, compresses, plaquettes de médicament, boîtes, matériel médical,…) est estimé à 6.000 tonnes pour 3.800 lits. Auxquelles s’ajoutent 100 tonnes d’encombrants (mobilier, draps, matelas, éclairage,…) et 400 tonnes de déchets de cuisine. Soit un volume total de 6.500 tonnes produit en une année par les 14 sites concernés.

1 million de cups de lait

En 2017, un million de cups de lait et 375.000 barquettes de confiture garnissant les plateaux repas des patients ont pris le chemin de la benne à ordures des hôpitaux. On estime également que plus de 3 tonnes de carrés de sucre ont été jetés sans être consommés durant cette même année.
Temps, moyens, expertise en amont, système de tri et de reprise efficaces manquent au secteur pour revaloriser efficacement de nombreux déchets. Ce constat est dressé par Idea qui, dans le cadre de la «démarche pilote de métabolisme territorial en «Cœur du Hainaut» initiée par le ministre Di Antonio, s’est penchée sur les gisements de déchets des entreprises, des exploitations agricoles et de diverses collectivités du Cœur du Hainaut. Dans le cadre de cette phase de prospection, Idea a aussi examiné le cas des 14 sites hospitaliers.

Accompagnement et formation personnalisés des structures 
 
La subvention régionale permettra de prendre en charge les travaux d’un bureau d’étude externe spécialisé dans le diagnostic et la mise en exergue des enjeux et les actions prioritaires de chaque site, ainsi que dans l’élaboration de plans d’action personnalisés, d’une part, et le coût de la formation et sensibilisation d'une partie du personnel des 14 sites hospitaliers hennuyers.
Les objectifs de cet accompagnement sont multiples: mieux connaître les flux de déchets, leurs caractéristiques, les coûts qu’ils génèrent, les pratiques actuelles; déterminer des objectifs d’amélioration continue; instaurer une dynamique de groupe et des partages d’expérience entre les différents centres hospitaliers; faire remonter auprès du législateur les freins rencontrés sur le terrain; étudier la faisabilité technique, organisationnelle et l’intérêt économique de solutions innovantes et de nouvelles filières de traitement des déchets.

L’exemple bordelais

Un autre enjeu de cette démarche sera d’anticiper les changements législatifs aux niveaux européen et wallon en cherchant à éliminer les plastiques non réutilisables. Il s’agira aussi de s’inspirer d’expériences pilotes menées en France – au CHU de Bordeaux par exemple – qui ont conduit à une quantification précise des gains environnementaux et économiques qu’engendre une meilleure gestion des déchets en milieu hospitalier.
Cet hôpital bordelais est le 4e CHU de France. Il comprend 3 groupes hospitaliers représentant 3.200 lits et 14.000 employés. En 2014, au début de la réflexion sur la réduction des déchets, 5.680 tonnes de déchets étaient produites annuellement.
L’étude des volumes a montré que le flux des Dasri (déchets d’activités de soin à risque infectieux) était le plus important avec 1.600 tonnes de déchets par an. Diverses actions de sensibilisation du personnel ont été menées, 1.500 soignants formés au tri et les chariots munis de compartiments adaptés au tri ont été généralisés. Résultat: en 4 ans, le CHU de Bordeaux a constaté une diminution de 20% de ces déchets de soin à risque infectieux. Soit une économie de 400.000 euros sur un coût annuel total de 1,5 million d’euros consacré chaque année par l’hôpital à la gestion des déchets.

Les 14 sites concernés par cette action


1. Epicura, Ath


2. Epicura, Baudour


3. Epicrua, Hornu


4. CHRMH, Site Warquignies


5. CHRMH, Site Saint-Joseph


6. Ambroise Paré – Chêne aux Haies


7. CHU Ambroise Paré


8. CHR Haute Senne – Saint-Vincent


9. CHR Haute Senne – Le Tilleriau


10. CHU Tivoli


11. Jolimont, La Louvière


12. Jolimont, Tubize
13. Jolimont, Nivelles


14.  Jolimont, Lobbes
 

Nous vous recommandons

Pefc Belgium appelle à participer à la révision de ses standards de gestion forestière durable

Pefc Belgium appelle à participer à la révision de ses standards de gestion forestière durable

Depuis la mise en place de la certification Pefc en Belgique en 2002, 300.000 hectares de forêts ont été certifiés par ce label, ce qui représente 54% des forêts wallonnes (et près de la[…]

20/06/2019 | EnvironnementMatériaux
 Défoncements de voiries: la Suisse s’inspire de bonnes pratiques wallonnes

Défoncements de voiries: la Suisse s’inspire de bonnes pratiques wallonnes

 2,34 milliards en cinq ans pour les infrastructures hospitalières wallonnes

2,34 milliards en cinq ans pour les infrastructures hospitalières wallonnes

Plan Lumières 4.0: les autoroutes wallonnes entrent dans le futur

Plan Lumières 4.0: les autoroutes wallonnes entrent dans le futur

Plus d'articles