Suivre La Chronique

Année record pour la Stib

Sujets relatifs :

, ,
Année record pour la Stib

Ronger son frein (ou son volant) dans les files ou prendre des transports publics de plus en plus attractifs. (© Stib)

401 millions de voyages ont été réalisés par les bus, trams et métros de la Stib en 2017. Un record. Preuve que les efforts notoires des transports en commun bruxellois, trop souvent injustement décriés, font recette.

L’année 2017 s’achève sur un véritable record pour la Stib. Selon les premières estimations, la fréquentation du réseau bruxellois a augmenté de plus de 8% en 2017 avec 31,5 millions de voyages supplémentaires par rapport à 2016 pour un total de 401 millions de voyages. C’est la plus forte progression enregistrée depuis plus de 10 ans. En une décennie, le nombre de voyages a d’ailleurs augmenté de plus de 44%, passant de 277 millions en 2007 à 401 millions en 2017. Et la croissance s’affiche chaque année, à l’exception de 2016, marquée par les suites du lockdown et les attentats.

Des efforts payants

Plusieurs facteurs expliquent cette progression spectaculaire, mais le rattrapage du statu quo de l’année 2016 est sans doute le facteur déterminant de cette hausse. Il n’empêche, les efforts en termes de qualité de service et les investissements continus réalisés par la Stib ces dernières années en faveur de la mobilité dans la capitale ont clairement rendu les transports publics plus attractifs: plus de confort, plus de sécurité, plus de fréquences,… Du reste, le baromètre de satisfaction des voyageurs ne dit pas l’inverse. Ainsi, en 2017 et pour la 2e année consécutive, la Stib a décroché une distinction (7,1/10) à l’issue de cette grande enquête de satisfaction.

En une décennie, le nombre de voyages a augmenté de plus de 44%, passant de 277 millions en 2007 à 401 millions en 2017. (© Stib)

On notera aussi la forte hausse (20%) de la vente des abonnements scolaires grâce à une politique tarifaire intéressante ainsi qu’une progression de 7% des abonnements mensuels.

Autre élément à souligner, l’accroissement continu de la congestion automobile en ville, encore accentuée par la fermeture des tunnels, a certainement eu un impact sur la fréquentation des transports publics, en poussant des automobilistes plus malins à délaisser leur voiture au profit d’autres modes de déplacement. Enfin, on a pu observer en 2017 une reprise économique dans tous les secteurs de la capitale.

La mobilité de demain

Et il est clair que la Stib ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. En effet, 2018 et les années à venir verront encore de nombreux projets se mettre en place en faveur de la mobilité dans la capitale: poursuite de la modernisation du métro existant,  nouveaux bus hybrides et électriques, lignes de trams 9 et 94 prolongées, nouveau terminus intermodal à Simonis, rénovation des stations De Brouckère et Bourse, lancement d’une nouvelle application mobile,… Sans oublier le giga projet de la nouvelle ligne de métro Nord, déjà controversée et dont les délais initiaux semblent déjà remis en question… La faute, entre autres, à l’effet «nimby» et autres empêcheurs de voyager/construire en rond.

Dans l’intervalle, qu’on le veuille ou non, la Stib construit la mobilité de demain au profit d’une ville durable, performante, où il fait bon vivre, se félicite Brieuc de Meeûs, Ceo de ce qui est aussi un des plus gros employeurs bruxellois.

Nous vous recommandons

Mesures hivernales chez Infrabel

Mesures hivernales chez Infrabel

Pour lutter contre les pertes d’adhérence, surtout liées à la présence de résidus de feuilles mortes, Infrabel met en service chaque automne des trains de nettoyage des voies. Une technique consistant[…]

19/11/2018 | LogistiqueInfrabel
Total se renforce dans la mobilité électrique

Total se renforce dans la mobilité électrique

Contrat de 4 ans de British Steel pour Infrabel

Contrat de 4 ans de British Steel pour Infrabel

Hambourg et Man: test au long cours du camion autonome

Hambourg et Man: test au long cours du camion autonome

Plus d'articles