Suivre La Chronique

Anvers: nouvelle terre d'accueil des Bruxellois

Sujets relatifs :

, ,
Anvers: nouvelle terre d'accueil des Bruxellois

Le nouveau projet de logements Doktoren (154 unités d’habitation), dans le quartier anversois revalorisé de ’t Eilandje, suscite déjà l’intérêt de nombreux Bruxellois. (© Immpact)

Ces cinq dernières années, des prix de l’immobilier plus abordables ont déjà poussé quelque 3.500 Bruxellois à migrer vers Anvers.

Jamais Anvers n'avait attiré autant de Bruxellois. Ils sont 3.581 à y avoir acheté un bien entre 2013 et 2017. En 2017, ils ne sont pas moins de 810 à s’être installés dans la cité portuaire, soit près d’un tiers en plus qu’il y a cinq ans. Les investisseurs bruxellois se ruent sur l’immobilier anversois, pour la simple raison que son marché locatif est intéressant. Les prix des appartements exercent aussi un certain attrait. Ils sont en effet en moyenne 14% inférieurs à ceux de la capitale. Enfin, l’emploi portuaire agit également comme un aimant sur un nombre croissant de Bruxellois. Bref, depuis 2013, c’est en moyenne une cinquantaine de Bruxellois qui, chaque année, quittent la capitale pour s’installer dans la métropole anversoise. Inversement, de moins en moins d’Anversois font le chemin inverse: de 668 en 2015, on est passé à 625 en 2017.

C’est ce qui ressort d’une étude de marché du promoteur immobilier Immpact, l’un des plus importants à Anvers.

Anvers récolte les dividendes de sa politique de requalification urbaine

Les quartiers revalorisés et les logements abordables font partie des principales raisons de l’attrait d’Anvers. En 2018, le prix moyen d’un appartement à Anvers était de 206.890 euros alors qu’en région bruxelloise, il fallait débourser 240.250 euros, soit 16% de plus. Les prix sont même 40% inférieurs pour les maisons et les villas: 452.721 euros pour une maison d’habitation à Bruxelles contre 275.784 euros à Anvers…, «ces dernières années, la ville d’Anvers a investi des millions d’euros dans le redéploiement de nouveaux quartiers résidentiels. ’t Eilandje et Damwijk par exemple étaient au départ des quartiers pauvres, industriels tombés en désuétude. Aujourd'hui, ce sont de véritables pôles d'attraction, surtout pour les nouvelles constructions», souligne Philippe Janssens, Ceo d’Immpact.

Le tout nouveau projet de logements Doktoren, dans le quartier anversois ’t Eilandje, à côté du parc Spoor Noord, est un bel exemple de projet qui attire de nombreux Bruxellois. La construction du complexe de logements (154 unités d’habitation) vient seulement de débuter mais le promoteur Immpact constate qu’il suscite déjà l’intérêt des Bruxellois, tant des investisseurs souhaitant les mettre en location que ceux voulant y habiter parce qu’ils travaillent dans le quartier.

L’irrésistible attrait des emplois portuaires

Car, outre un immobilier attractif, l’emploi constitue également un facteur de poids dans la migration des Bruxellois vers Anvers. D'après les derniers chiffres de Steunpunt Werk (un centre de recherche sur le marché du travail en Flandre), 12.129 entreprises ont vu le jour à Anvers de 2012 à 2016 et 6.354 nouveaux emplois ont  été créés au cours de la même période. A titre de comparaison, 13.000 emplois ont été supprimés ces quatre dernières années dans la capitale.
 

Nous vous recommandons

Gand attribue le marché d’un bureau communal

Gand attribue le marché d’un bureau communal

Dans le but de centraliser ses services communaux, la ville de Gand veut construire un nouveau centre de services généraux dans le quartier Zuid. Le marché pour la réalisation de ces travaux a été[…]

Appel à projets pour l’aménagement de Josaphat, le nouveau quartier vert de Bruxelles

Appel à projets pour l’aménagement de Josaphat, le nouveau quartier vert de Bruxelles

Appel à projets be.exemplary: le secteur privé s’invite à la fête

Appel à projets be.exemplary: le secteur privé s’invite à la fête

La tour du Centre Monnaie va être transformée de pied en cap

La tour du Centre Monnaie va être transformée de pied en cap

Plus d'articles