Suivre La Chronique

Arata Isozaki, 46e lauréat du prix Pritzker

Sujets relatifs :

Arata Isozaki, 46e lauréat du prix Pritzker

Né en 1931, Arata Isozaki est devenu l’une des personnalités les plus influentes de l’architecture mondiale contemporaine. (Avec l’autorisation d’Arata Isozaki

Le 5 mars 2019, la Fondation Hyatt a décerné le 46e prix Pritzker à l'architecte japonais, Arata Isozaki, l’une des personnalités les plus influentes de l’architecture mondiale contemporaine.

Le jury du prix Pritzker a fait le choix de l’expérience en couronnant Arata Isozaki. Celui-ci est né en 1931 à Ōita, sur l’île de Kyushu, non loin d’Hiroshima. Il avait 14 ans quand Hiroshima et Nagasaki ont été bombardés, ce qui a clairement et définitivement façonné sa manière d’envisager l’architecture: «quand j’ai eu l’âge de commencer à comprendre le monde, ma ville natale était en ruine. Il n'y avait pas d'architecture, pas de bâtiments, pas même une ville. Seules les casernes et abris m'entouraient. Ainsi, ma première expérience de l'architecture a été l’absence d'architecture et j'ai commencé à réfléchir à la manière dont les gens pourraient reconstruire leurs maisons et leur ville.»

Des œuvres internationales de premier plan

Diplômé du département d'architecture de la faculté d'ingénierie de l'Université de Tokyo en 1954, Isozaki a débuté sa carrière par un apprentissage sous la direction de Kenzo Tange, lauréat du prix Pritzker en 1987. Il fonde son agence Arata Isozaki & Associates en 1963.
Il est devenu un chef de file international de l'architecture dans les années 1980 avec sa première commande à l'étranger: le Museum of Contemporary Art de Los Angeles (1981-1986). Parmi ses plus de cent projets réalisés, figurent quelques œuvres internationales de premier plan: le Palau Sant Jordi (1983-1990, Barcelone) conçu pour les Jeux oympiques d’été de 1992; le Team Disney Building (1987-1990, Floride,); le Centre culturel de Shenzhen (1998-2007, Shenzhen, Chine); Pala Alpitour (2002-2005, Turin); l’Allianz Tower (2003-2014, Milan,); le Centre national des congrès du Qatar (2004-2011, Doha, Qatar); le Shanghai Symphony Hall (2008-2014 Shanghai), etc.

Un architecte loin des modes et des tendances

«L'œuvre d'Isozaki a été qualifiée d'hétérogène et englobe des descriptions allant du vernaculaire à la haute technologie. Ce qui est évident c’est qu’il n’a pas suivi les tendances, mais qu’il a tracé son propre chemin. Ses créations reposent sur une compréhension profonde, non seulement de l'architecture, mais également de la philosophie, de l'histoire, de la théorie et de la culture. Il a rapproché Est et Ouest, non pas par mimétisme ni par collage, mais par la création de nouveaux chemins. C’est pour ces raisons et bien d’autres encore que le prix d'architecture Pritzker 2019 lui a été attribué», a fait savoir le jury.
 

Nous vous recommandons

Les Bruxellois plébiscitent leur patrimoine

Les Bruxellois plébiscitent leur patrimoine

Une semaine après la Flandre et la Wallonie, c’est la Région de Bruxelles-Capitale qui accueillait, les 14 et 15 septembre 2019, les Journées du Patrimoine. Elles ont visiblement fait le plein. Venus de Bruxelles, de[…]

Un projet alternatif pour réinventer le boulevard de Waterloo et l’avenue de la Toison d’Or

Un projet alternatif pour réinventer le boulevard de Waterloo et l’avenue de la Toison d’Or

Pose de la 1ère pierre du nouveau quartier «Arborescence» à Soignies

Pose de la 1ère pierre du nouveau quartier «Arborescence» à Soignies

Le Delta, nouveau phare culturel namurois, entre Sambre et Meuse

Le Delta, nouveau phare culturel namurois, entre Sambre et Meuse

Plus d'articles