Suivre La Chronique

Beliris, double rénovation fort attendue

Sujets relatifs :

,
Beliris, double rénovation fort attendue

Une rénovation lourde d'un hôtel de maître du XIXe.

Beliris, le programme de collaboration entre l'Etat fédéral et la Région bruxelloise, favorise le rayonnement de Bruxelles en tant que capitale de la Belgique et de l'Europe. Pour ce faire, il mène à bien des projets de construction, de rénovation et de restauration dans des domaines variés: mobilité, logements sociaux, espaces verts, revitalisation des quartiers, culture, patrimoine, sport (voir également en pages 8).

Dans ce bel ensemble, certains projets affichent un petit «plus» par leur utilité sociale, leur contexte et leur finalité.

Le projet Gamp* dans la commune bruxelloise de St-Josse est de ceux-là. Beliris y réalise depuis fin septembre 2013 une double rénovation, d'un ancien hôtel de maître du XIXe siècle, d'une part, et de son annexe en intérieur d'îlot, plus récente et de type industriel, d'autre part. Le but: les reconvertir en centre pour personnes lourdement handicapées.

Cette rénovation en profondeur répond évidemment au manque de places d'accueil pour personnes fortement dépendantes, mais se plie aussi à une série de critères constructifs spécifiques liés à la nature des lieux. Le projet s'organise donc en 2 parties. Un centre de jour de 28 places qui sera situé dans l'ancien hôtel de maître à front de rue. Il abritera notamment l'accueil, des bureaux, des espaces d'activités et un espace qu'on pourrait qualifier de «thérapeutique» car il favorisera la détente et la sécurité affective. La seconde partie, dans les annexes en intérieur d'îlot, sera consacrée à l'hébergement des Pmr et comptera vingt chambres, deux espaces polyvalents, une cuisine, une infirmerie, un salon et une salle à manger.

Le projet est réalisé sous l'impulsion de l'Asbl Les Briques du Gamp avec l'aide de la Régie des Bâtiments. Le centre sera géré par l'Asbl Farra. Il s'intègre dans le Contrat de Quartier Méridien, mais aussi dans son environnement direct, ce quartier de St-Josse étant en effet très actif au niveau associatif. L'investissement initial est estimé à 3,3 millions d'euros (Tva incluse).

Au-delà des aménagements techniques propres à ce type de projet (largeur des portes, sanitaires, poignées, interrupteurs adaptés,'), celui-ci sera partiellement durable avec un système de récupération de l'eau de pluie, une toiture verte, une isolation maximisée, la création de patios pour favoriser la lumière naturelle,' Sans oublier diverses exigences patrimoniales car, s'il n'est pas classé, l'hôtel de maître est repris dans l'inventaire architectural de la commune. Néanmoins, la présence de mérule n'a pas permis de restaurer et de conserver certains éléments de type boiseries et peintures, comme prévu initialement. Ainsi, la vaste cage d'escalier centrale sera conservée dans ses volumes, mais l'escalier en bois d'origine a dû céder la place à un escalier en béton préfabriqué avec seuils adaptés. Il a également fallu refaire des murs porteurs pour assurer la stabilité de l'édifice et prévoir un doublage de poutres métalliques en raison d'un futur usage plus intensif. Il n'empêche, l'esprit d'origine sera conservé par petites touches et dans la mesure du possible.

Travaux tous azimuts

Les travaux ont débuté en septembre 2013 et devraient être achevés vers la fin de cette année. Les façades du bâtiment arrière ont été légèrement modifiées en raison de la redistribution des chambres, des techniques spéciales et de l'isolation. Quant à la façade de l'hôtel de maître à front de rue, elle sera restaurée et isolée par l'intérieur. Le bardage en bois sera supprimé et remplacé par un enduit sur isolant blanc pour l'annexe arrière tandis que la façade arrière de l'hôtel de maître sera revêtue de panneaux Trespa à base de résines thermodurcissables renforcées de manière homogène par des fibres de bois ou cellulosiques et fabriqués sous haute pression et à haute température.

Les travaux prévoient également l'installation de sorties de secours, d'un ascenseur, de portes coupe-feu, la création d'une buanderie dans les caves, d'accès aux Pmr, l'isolation de la toiture et des façades, la pose de panneaux solaires, l'installation de coursives en métal et bambou, d'un système de ventilation double flux mécanique, le tout visant un niveau basse énergie pour le bâtiment arrière. Des panneaux acoustiques et une lumière douce sont également prévus.

'Dans ce bel ensemble, certains projets affichent un petit «plus» par leur utilité sociale, leur contexte et leur finalité.'

Enfin, la cour intérieure prendra l'aspect d'un mini-parc urbain avec des chemins, des luminaires, du mobilier et un accès pour les mini-bus via l'entrée cochère de l'hôtel de maître. De quoi offrir aux futurs résidents du centre un environnement paisible et un lieu de vie adapté à leur handicap. Un «chez soi» précieux car trop rare.

(* Groupe d'Action qui dénonce le Manque de Places pour personnes handicapées de grande dépendance).

Nous vous recommandons

Une stratégie de recyclage qui a permis d’économiser 12.800 tonnes de CO2

Une stratégie de recyclage qui a permis d’économiser 12.800 tonnes de CO2

«Recyclage» et «économie circulaire» sont des concepts industriels désormais bien ancrés dans la stratégie des entreprises. Certaines ont toutefois pris le train avec un peu d’avance et[…]

16/11/2018 | Matériaux
Les villes et le réchauffement climatique: prévenir plutôt que guérir

Les villes et le réchauffement climatique: prévenir plutôt que guérir

Un revêtement ultrasilencieux à l’essai à Gand

Un revêtement ultrasilencieux à l’essai à Gand

Sumy ou naissance de l’éco-logistique

Sumy ou naissance de l’éco-logistique

Plus d'articles