Suivre La Chronique

Entreprise

Besix en croissance continue

Besix en croissance continue

Un trio satisfait. De g. à dr.: Johan Beerlandt, président du conseil d’administration de Besix, Rik Vandenberghe, Ceo et Jan Gesquière Cfo.

2018 a été un (nouveau) grand cru pour Besix. Chiffre d’affaires consolidé de 2,54 milliards d’euros (+9%), résultat net consolidé de 95,3 millions d’euros et carnet de commandes record de 4,7 milliards d’euros, en hausse annuelle de 1,7 milliard. Et 2019 s’inscrit dans la même lignée avec un carnet de commandes record.

L’an dernier a également été marqué par quelques jalons notoires. Parmi eux, l’acquisition du groupe australien Watpac n’est certainement pas le moindre puisqu’elle a gonflé le carnet de commandes de 1 milliard d’euros et potentiellement les revenus de 2019 de 800 millions. Il s’agit également de la plus grande acquisition dans l’histoire de Besix.

Rik Vandenberghe, Ceo de Besix Group, peut donc se réjouir: «2018 marque une 3e année de performance continue et solide avec un carnet de commandes record et une très bonne position de trésorerie nette. Nous avons continué à affûter notre stratégie et réalisé une augmentation importante des revenus bruts dans toutes nos zones géographiques.» De son côté, Johan Beerlandt, ex-Ceo et président du conseil d’administration, se félicite quant à lui de la stabilité et de la rigueur des résultats 2018. «Ils sont en phase avec l’ambition du groupe de se concentrer sur des moteurs de performances clairement identifiés (Contracting, Real Estate Development, Concessions & Assets), tout en maintenant ses efforts de diversification pour transformer Besix en groupe multiservices.

Le Cosmopolitan, une ancienne tour de bureaux redessinée par les architectes Bogdan & Van Broeck et reconvertie en logements au centre de Bruxelles. Une blancheur opaline et une nouvelle réalisation iconique de Besix dans la capitale.
 

Ter repetita placent…

Quoi qu’il en soit, les hauts faits des deux dernières années se sont donc répétés en 2018. Dans le Contracting, les excellents résultats sont liés aux performances au Moyen-Orient et en Belgique. Le résultat international a été dopé par les ouvrages maritimes, d'une part, et la construction de bâtiments volumineux ou de grande hauteur, d'autre part. Quelques exemples parmi un éventail XXL de projets: la construction du centre de maintenance de la Stib à Haren (Bruxelles), la rénovation du tunnel Léopold II à Bruxelles, la construction du nouveau palais de justice d’Eupen, les fondations du terminal de transports publics multimodal à Namur,… En France, Besix a livré deux hôpitaux à Melun en juin 2018 et a décroché deux nouveaux projets en fin d 'année: un autre hôpital à Neuilly et un projet mixte (bureaux, hôtel et logement) à Nice. Au Moyen-Orient, on peut par exemple citer la dalle de radier de la Dubai Creek Tower, terminée deux mois avant l'échéance; le parc d'attraction Warner Bros. World à Abu Dhabi ou le terminal d’importation de Gnl à Bahreïn. Parmi les nouveaux gros contrats signés en 2018 en dehors de l'Europe et du Moyen-Orient figurent le projet Mohammed VI au Maroc (la plus haute tour d'Afrique), une centrale hydroélectrique au Cameroun, une station de traitement de l'eau potable en Côte d'Ivoire et un projet d'embarcadère pour la société Baffinland à Nunavut (Canada).

L’immo en forme

Besix Real Estate Development n’est pas en reste avec un chiffre d'affaires record de 154,9 millions d’euros. Au total, l’entité a livré 100.000 m2 en Belgique, dans le cadre de projets tels que Dunant Gardens (Gand), The Cosmopolitan (Bruxelles), Meadow Phase I (Herent) et Canal District (Bruxelles). L'année 2018 a aussi vu le coup d'envoi de la construction de plus de 30.000 m2 en Belgique, 22.600 m2 au Luxembourg et 39.500 m2 aux Pays-Bas.

C'est aussi en 2018 qu'ont été délivrés les permis relatifs au projet Icône (18.800 m² de bureaux) conçu par Foster+Partners au Luxembourg et au projet résidentiel So Stockel (13.850 m²) à Bruxelles.

Un portefeuille étoffé

Quant à Besix Concessions & Assets, il peut s'enorgueillir, une fois encore, d'une excellente rentabilité avec un résultat net de 18,9 millions d’euros. En Europe, Besix Concessions & Assets a continué à étoffer son portefeuille, déjà très bien garni, de projets Dbfm (Design, Build, Finance, Maintain) aux Pays-Bas. C’est le cas notamment du projet A16 «De Groene Boog» à Rotterdam, de l’A6 au nord-est d'Amsterdam et l'écluse Beatrix à proximité d'Utrecht.

Le futur Grand Musée d'Egypte au Caire. Un des grands dossiers emblématiques du groupe.

On peut également citer l'inauguration d’un hôtel à Luštica Bay au Monténégro et à Andermatt en Suisse. Au Moyen-Orient, l'accent s'est déplacé vers des projets de revalorisation énergétique des déchets. A Dubaï, le groupe a ainsi décroché, avec Hitachi Zosen Innova, le plus grand projet de revalorisation énergétique de déchets jamais mené dans la région. Les travaux démarreront en 2019.

Optimisme prudent


Tous ces éléments permettent au groupe d’afficher une position de trésorerie nette consolidée, entraînée par l'acquisition de Watpac, à 135,7 millions d’euros au 31 décembre 2018, soit une augmentation de plus de 100 millions par rapport à 2017. Le ratio de solvabilité se chiffre à 24,4%, un niveau supérieur à la moyenne du secteur.

Ils lui permettent aussi d’envisager 2019 avec optimisme, toutefois mâtiné de prudence car la croissance économique mondiale pourrait ralentir dans certaines régions avec une diminution du nombre de contrats mis sur le marché, une concurrence plus lourde et le transfert de risques toujours plus élevés aux entrepreneurs par les clients potentiels.

Ceci dit, 2019 a démarré sous des auspices favorables avec la signature de plusieurs nouveaux projets, dont la construction des pavillons belge et français de l'Exposition universelle à Dubaï en 2020, le projet Grotius (qui inclut deux tours résidentielles) à La Haye et la construction de l'Uptown Tower (339 mètres, 78 étages) à Dubaï. 2019 verra aussi la progression ou la livraison de projets importants comme le Grand Musée d'Egypte au Caire, le pont Roskilde au Danemark, le siège social de De Persgroep à Anvers et bien d’autres. Côté stratégie, le développement en Australie dans le sillage de l’acquisition de Watpac figure au rang des priorités géographiques.

Affaire à suivre

Nous reviendrons dans notre prochaine édition sur d’autres facettes qui font le succès du groupe. Parmi elles, l’innovation et la diversification sont les maîtres mots. La première passe par le programme d'innovation interne «Unleash» qui a généré plus de 300 idées, dont 10 sont arrivées à différents niveaux de maturité. C’est par exemple le cas d’un laboratoire d'impression béton en 3D inauguré ces jours-ci à Dubaï. Quant à la diversification, elle se solde par diverses acquisitions, y compris en dehors de l’écosystème du groupe (logements urbains genre RB&B, déco intérieure et, plus étonnant, une chaîne d'information en continu en Belgique francophone.
 

Marchés publics
Tous les appels d’offres

1800

Scoop

3010

Huis 11

Nous vous recommandons

Van Marcke s’offre un nouveau centre de distribution totalement neutre en CO2

Van Marcke s’offre un nouveau centre de distribution totalement neutre en CO2

Cette année, Van Marcke célèbre son 90e anniversaire. En guise de cadeau, l’entreprise familiale s’est offert un nouveau centre de distribution européen: EDC (Excellent Distribution to Customers), un[…]

Dorénavant les installations de chauffage complexes sont très simples et parées pour l’avenir grâce à la Remeha Calenta Ace.

Publireportage

Dorénavant les installations de chauffage complexes sont très simples et parées pour l’avenir grâce à la Remeha Calenta Ace.

Un jardin de toiture avec Dreen® Ceramica sur l'hôtel de ville de Hasselt

Publireportage

Un jardin de toiture avec Dreen® Ceramica sur l'hôtel de ville de Hasselt

Les nouvelles technologies peuvent encore améliorer l’efficacité du secteur de la construction

Publireportage

Les nouvelles technologies peuvent encore améliorer l’efficacité du secteur de la construction

Plus d'articles