Suivre La Chronique

Camions Volvo à conduite autonome en test in situ

Camions Volvo à conduite autonome en test in situ

null

Volvo Trucks a franchi une nouvelle étape dans le développement des véhicules à conduite autonome. En effet, dans les dix-huit mois à venir, des camions Volvo Fmx à conduite autonome seront testés en conditions réelles dans la mine Boliden de Kristineberg en Suède.

Le but est d'examiner dans quelle mesure cette technologie peut contribuer à garantir la sécurité et la productivité des transports dans des domaines d'applications complexes limités géographiquement. «C'est la toute première fois que des camions à conduite autonome seront testés en opérations régulières souterraines, et les résultats fourniront de précieuses informations pour notre mission en cours visant à transformer les percées techniques en avantages pratiques», explique Claes Nilsson, président de Volvo Trucks. Les secteurs visés au premier chef sont les mines, les ports et d'autres environnements limités géographiquement et sous bon contrôle, présentant une part élevée de conduite répétitive.

Tests à 1.000 mètres de profondeur

Le temps est donc venu de tester la technologie et d'examiner son fonctionnement en situations réelles. Le site du test est la mine Boliden située à Kristineberg au nord de la Suède. Au fil de l'année, l'opération sera étendue à trois autres véhicules similaires.

Les camions Volvo Fmx testés ici sont conçus de série et équipés de nouvelles fonctionnalités. Ils sont entre autres dotés d'un système intégrant des capteurs radar/à laser. A la base, ce système est utilisé pour surveiller la géométrie de la mine et créer une carte d'itinéraires que le camion doit emprunter. L'information ainsi réunie est ensuite utilisée pour contrôler la direction du véhicule, les changements de rapports et la vitesse. Lors de chaque nouveau trajet, les capteurs sont utilisés pour scanner en permanence la zone autour du camion et optimiser l'opération et l'itinéraire.

Améliorer la logistique

La technologie à l'œuvre dans les camions à conduite autonome permet d'optimiser la logistique à l'intérieur de la mine d'une façon radicalement différente de ce qui se pratique aujourd'hui. Les camions peuvent fonctionner en continu et, grâce à une planification d'itinéraire précise et à une vitesse constante, on évite l'engorgement. Il est également possible de réduire les temps de chargement et de déchargement.

'Les véhicules deviennent partie intégrante du système de production global.'

De plus, lors des opérations de dynamitage, les chauffeurs doivent généralement attendre la ventilation des galeries souterraines avant de pouvoir charger le minerai. Ces contraintes disparaissent avec les camions à conduite autonome. Chaque camion est donc utilisé plus efficacement et peut effectuer plus de missions de transport par rotation. Les véhicules deviennent partie intégrante du système de production global de la mine. La fluidité accrue des flux de transport et la constance accrue des vitesses s'accompagnent également d'une réduction de la consommation de carburant et d'un amortissement de l'usure.

Il va sans dire qu'un camion à conduite autonome doit au moins présenter le même niveau de sécurité et la même fiabilité qu'un camion à conduite manuelle. Si un obstacle apparaît à proximité du véhicule, ce dernier se met automatiquement à l'arrêt et le centre de gestion du transport est alerté. Parmi les six capteurs intégrés dans le système, deux surveillent en permanence la même zone aux alentours du camion. Si un dysfonctionnement est observé au niveau du camion, le centre de gestion du transport peut intervenir à distance.

R&D

Les tests sur les véhicules à conduite autonome s'inscrivent dans le cadre de plusieurs projets de R&D de Volvo centrés sur la conception de camions plus autonomes. Parmi les systèmes que l'on retrouve aujourd'hui dans les camions Volvo, plusieurs, comme le régulateur de vitesse adaptatif (adaptive cruise control ou Acc), ont le même objectif. Et la cadence effrénée des développements technologiques ne peut qu'accentuer l'apparition sur le marché de solutions proposant des niveaux encore plus élevés d'aide à la conduite. Néanmoins, si les camions à conduite autonome s'imposent progressivement comme outil complémentaire majeur dans les opérations minières par exemple, le conducteur continuera de jouer le rôle principal dans le transport sur la voie publique. Du moins à court et moyen termes peut-être'

La plateforme YouTube (https://www.youtube.com/watch'v=JwhyoUyJNoY) de Volvo Trucks présente une vidéo filmée dans la mine de Kristineberg, montrant comment les camions à conduite autonome fonctionnent dans leur environnement.

Un convaincu du Vds de Volvo

La société Vollon à Boutersem est active dans les travaux de terrassement, principalement pour les particuliers, et dans l'aménagement de jardins. Pour ce faire, elle utilise deux camions Volvo, dont le plus récent est un Fmx 8x4 tridem de 460 cv doté d'une boîte I-Shit, du système de direction Volvo Dynamic Steering (Vds) et d'une suspension pneumatique. A l'origine, le patron de cette entreprise ne jurait que par la suspension à lames, mais il admet aujourd'hui la supériorité de la suspension pneumatique, tant pour son confort que pour une meilleure répartition du poids.

Mais c'est surtout la Vds qui a séduit Joeri Vollon. Dans son type de travail, cette direction dynamique est particulièrement bienvenue. En effet, la société parcourt surtout de courtes distances dans le Brabant flamand et le Limbourg et il faut beaucoup manœuvrer. Grâce au Vds, la direction est non seulement plus légère, mais également plus précise. Sans parler de la facilité sur terrain difficile. Faire une marche arrière dans une carrière par exemple, devient un jeu d'enfant.

Parallèlement, Joeri Vollon a à nouveau opté pour la boîte automatisée Volvo Trucks I-Shift. Son Volvo FM, qui a 8 ans, en était déjà doté. Mais la nouvelle génération a été nettement améliorée et s'adapte mieux aux conditions de conduite. Auparavant, il pouvait arriver qu'elle choisisse le bon rapport avec un petit retard et attendait jusqu'à ce qu'il y ait moins de résistance, par exemple à un feu rouge, au début d'une montée ou dans un tournant serré. Aujourd'hui, elle choisit le bon rapport immédiatement, de sorte que le camion se conduit beaucoup plus souplement. Sans compter que le Fmx est encore plus silencieux que le FM.

Eviter les surcharges

Joeri Vollon a également opté pour la version de 460 cv du moteur Volvo Trucks de 13 litres, une puiussance amplement suffisante pour son activité. Le porteur 8x4 a une superstructure avec système de crochet de conteneur et il a également opté pour un système de pesage de la charge à l'essieu afin d'éviter les surcharges. «Lors de travaux de démolition, il arrive que nous ayons à évacuer de grandes quantités de gravats. Nous courons alors le risque de surcharger le camion ou de dépasser la charge à l'essieu. Maintenant, nous pouvons facilement vérifier le poids. Le système est facile à employer et il pèse de manière très précise», conclut M. Vollon.

Pour le moment, il n'utilise pas de remorque avec son Fmx, mais recourt encore à son Volvo FM pour transporter ses grues pelleteuses sur remorque. Par contre, il a fait monter un réservoir de 200 litres sur le Fmx pour le «diesel rouge» utilisé pour ses machines.

Nous vous recommandons

Des habitations sans carbone en 4 étapes

Des habitations sans carbone en 4 étapes

Daikin dévoile un plan en 4 étapes afin de transformer le chauffage et le rafraîchissement résidentiels pour atteindre les objectifs de l’UE de réduction des émissions de CO2, que la loi[…]

Recherche un Facilitateur Quartiers Durables

Recherche un Facilitateur Quartiers Durables

L’industrie cimentière belge s’engage à atteindre la neutralité carbone en 2050

L’industrie cimentière belge s’engage à atteindre la neutralité carbone en 2050

Un nouveau système de chauffage durable pour le Domaine royal de Laeken

Un nouveau système de chauffage durable pour le Domaine royal de Laeken

Plus d'articles