Suivre La Chronique

«Ceci est un chantier'»

Depuis le mois de juillet, de nouveaux smombies (un néologisme formé de smartphone et zombie) arpentent nos villes et campagnes. Leur quête: la chasse aux Pokemon (contraction de Pocket et Monsters) GO. Tout cela peut paraître très fun, mais quel rapport avec le monde de la construction' Eh bien, tout simplement le fait que ces fameuses créatures virtuelles, et leurs poursuivants de chair et de sang, s'immiscent partout, y compris dans des endroits interdits ou dangereux comme les chantiers. En France en tout cas (la Belgique semble pour l'instant épargnée), des fédérations locales du bâtiment et la Fntp (Fédération nationale des Travaux publics) ont dû monter au créneau pour rappeler l'interdiction d'accès. Dans certains cas, on aurait même évité de justesse des accidents avec, par exemple, 5 jeunes hommes dans une tranchée, nez sur leur smarphone, sur un chantier de voirie en activité.

Le phénomène est tel que la Fntp s'est fendue d'une série de recommandations sur son site à l'usage de ses membres. Du genre

maintenir un balisage de chantier aussi isolant que possible, soigner la lisibilité des cheminements piétons, faire stopper immédiatement les engins en cas d'intrusion', baliser les zones dangereuses à l'intérieur du chantier,' Une affichette téléchargeable a également été créée pour la circonstance. Les entreprises sont invitées à l'apposer sur les cabanes de chantier et autres points d'accès afin de sensibiliser les ouvriers et responsables de chantier, mais aussi les chasseurs de Pokemon. Pour ces derniers, l'affichette en question utilise des personnages du jeu, histoire de parler la même langue sans doute. Elle prévient notamment: «Ceci est un chantier et non pas une application virtuelle.» On croit rêver'

Néanmoins, la mise en place de ces mesures de prévention n'est pas aussi simple qu'on pourrait le croire, même si lesdites mesures coulent de source. C'est par exemple le cas des chantiers étendus sur de grands espaces ou des chantiers routiers. Elles ont aussi un coût, moindre qu'en cas d'accidents certes, mais bien réel alors que la construction travaille avec des budgets de plus en plus serrés. Sans parler des responsabilités à dégager en cas de drame.

Selon les avis autorisés, le phénomène Pokemon Go en en phase ascendante, au point que certains redoutent déjà la rentrée.

Pour le commun des mortels, le Pokemon GO est en tout cas un fameux coup marketing (à titre d'exemple, les ventes d'un des jeux vidéo Pokemon ont dépassé les 30 millions d'exemplaires, soit le record des ventes de l'histoire dans ce créneau). Pour la construction, ce serait plutôt Pokemon GO out'

Françoise Genicot

Nous vous recommandons

Les Bruxellois plébiscitent leur patrimoine

Les Bruxellois plébiscitent leur patrimoine

Une semaine après la Flandre et la Wallonie, c’est la Région de Bruxelles-Capitale qui accueillait, les 14 et 15 septembre 2019, les Journées du Patrimoine. Elles ont visiblement fait le plein. Venus de Bruxelles, de[…]

Les premières centrales belges obtiennent la certification CSC

Entreprise

Les premières centrales belges obtiennent la certification CSC

Matexpo 2019: un cru de qualité

Matexpo 2019: un cru de qualité

Bilan globalement positif pour la Belgian Team aux WorldSkills 2019

Bilan globalement positif pour la Belgian Team aux WorldSkills 2019

Plus d'articles