Suivre La Chronique

Centre Perex high-tech

Centre Perex high-tech

Un bâtiment passif de 4.500 m2 voué à la gestion high-tech et proactive du trafic routier et fluvial. (© Sofico)

Le nouveau Centre Perex, construit en moins de deux ans, vient également d’être inauguré. En plus des services liés à l’exploitation du réseau routier, il abrite désormais les services de gestion du réseau navigable.

Près de 20 ans après son inauguration (1999), le bâtiment initial et ses équipements commençaient à présenter des signes d’obsolescence et ne répondaient plus aux besoins actuels en matière de gestion et d’exploitation des infrastructures. En février 2017, le Gouvernement wallon a donc chargé la Sofico de construire un nouveau Centre Perex high-tech.

Le nouveau bâtiment de Daussoulx permettra notamment de gérer, à partir d’un même lieu et en temps réel, l’ensemble des infrastructures du réseau (auto)routier et des voies hydrauliques wallonnes. Cette surveillance et cette gestion sont assurées par le Spw Mobilité et Infrastructures.

Gérer le temps d’attente aux écluses par exemple. (Ecluse Ivoz-Ramet. © Sofico)

Cœur névralgique

La salle de permanence du trafic routier avec son emblématique mur d’écrans se situe au 3e étage du nouveau bâtiment. C’est également le cas des salles de permanence du réseau navigable à partir desquelles le trafic fluvial pourra être suivi en temps réel sur l’ensemble du territoire. La surveillance du niveau des eaux sera gérée de façon intégrée afin de garantir un niveau d’eau suffisant pour la navigation et de jouer un rôle de premier plan en matière de prévention des crues. L’ensemble des écluses de la Basse Sambre (2026) et de la Haute Meuse (2035) seront gérées à distance depuis le Centre Perex.

Le nouveau bâtiment abrite également la gestion opérationnelle du réseau fibre optique de la Sofico, de nombreuses salles de coworking et de réunion, le Centre régional de traitement (CRT) de la Police fédérale de la Route, le service Rtbf Mobilinfo et d’autres services du Spw Mobilité et Infrastructures.

30 millions d’euros

La construction du nouveau bâtiment et la rénovation de l’ancien bâtiment ont représenté un budget total de 30 millions d’euros, en ce compris les nombreux équipements du bâtiment.

Il compte 5 niveaux d’environ 900 m² chacun, soit une superficie totale d’environ 4.500 m2 résistante aux séismes. La présence de panneaux photovoltaïques et l’attention particulière donnée à l’isolation thermique en font un bâtiment passif.

Une signalisation dynamique d’affectation de voie en cas d’incident, de travaux,… (Chantier Arlon-Sterpenich. © Sofico)

Sur le plan architectural, l’enveloppe extérieure en aluminium se décline différemment selon les niveaux. Chaque niveau se distingue par son matériau de façade et par une avancée ou un alignement de son volume.

Toujours présent, l’ancien bâtiment va bénéficier d’un sérieux lifting durant les prochains mois: remplacement des châssis, placement d’un crépi isolant sur les murs extérieurs et remise à neuf de la toiture. A l’intérieur, les parachèvements seront revus et un nouveau système de chauffage ainsi qu’une nouvelle ventilation seront installés. Ces travaux de rénovation devraient être finalisés pour la fin de l’année 2019.

Au niveau des abords extérieurs, 120 nouveaux emplacements de parking seront aménagés avec des équipements pour les vélos et les voitures électriques

Vers une gestion optimisée des réseaux

Les effets sur le terrain du nouveau Centre Perex seront multiples. Il contribuera par exemple à la mise en place de nouveaux panneaux à messages variables, d’une signalisation dynamique d’affectation de voie en cas d’incident, de travaux, etc., de caméras de contrôle supplémentaires, d’un système centralisé de gestion des temps d’attente aux écluses pour les bateaux, à la télégestion des barrages-réservoirs, à la centralisation des mesures hydrologiques,…

Le tout permettra d’agir en temps réel sur le trafic ou sur un évènement majeur; une meilleure remontée de l’information liée au trafic; une plus large diffusion externe de l’information (opérateurs de terrain et usagers); une communication plus rapide via le réseau de fibres optiques; la création d’un poste de contrôle opérationnel pour tout évènement lié à l’urgence sur les réseaux et pour la gestion des pré-alertes et alertes hivernales; la gestion d'applications pour des sujets spécifiques comme la lutte contre les véhicules fantômes, la gestion des places pour les poids lourds sur les aires d'autoroute, etc.

(Lien vers le Timelapse de la construction du nouveau Centre Perex)
 

Nous vous recommandons

Un projet alternatif pour réinventer le boulevard de Waterloo et l’avenue de la Toison d’Or

Un projet alternatif pour réinventer le boulevard de Waterloo et l’avenue de la Toison d’Or

C’est une première: unis par des intérêts convergents, commerçants et riverains du boulevard de Waterloo et de l’avenue de la Toison d’Or, soutenus par de nombreux acteurs économiques, ont[…]

Le Delta, nouveau phare culturel namurois, entre Sambre et Meuse

Le Delta, nouveau phare culturel namurois, entre Sambre et Meuse

La Cellule architecture de la FW-B lance deux nouveaux marchés

La Cellule architecture de la FW-B lance deux nouveaux marchés

Feu vert pour le futur parc d’activité économique de Bouge

Feu vert pour le futur parc d’activité économique de Bouge

Plus d'articles