Charleroi vise 40% d'émissions de gaz à effet de serre en moins d’ici 2030

Sujets relatifs :

,
Charleroi vise 40% d'émissions de gaz

Le secteur résidentiel représente 37% des émissions de CO² sur le territoire de la Ville de Charleroi.

© mapio.net

La Ville de Charleroi vient d’adopter son Paedc (Plan d'Action en faveur de l'Energie durable et du Climat). Un plan d’actions ambitieux qui vise à réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre (Ges) à l’horizon 2030. Des mesures en faveur du parc immobilier sont particulièrement envisagées pour atteindre une diminution de quelques 480.000 tonnes de CO2. Coût estimé de l'investissement: 1,3 milliard d’euros.

Comme 7.000 autres communes en Europe, la Ville de Charleroi s’est engagée à développer sur son territoire un programme d’actions en faveur de l’énergie durable et du climat (Paedc), découlant directement du Protocole de Kyoto. Moins d’un an après la signature de la Convention des Maires (en novembre 2016), l’audit préalable a été réalisé et finalisé et les autorités communales ont aujourd'hui une idée plus précise des actions qu’il faudrait concrétiser et des priorités à suivre pour faire baisser de manière drastique les émissions de Ges.

«Premier chantier: adopter des mesures en faveur du parc immobilier, sachant que le secteur résidentiel représente 37% des émissions de CO² sur le territoire de la commune (devant le transport avec 27%, l’agriculture avec 19%, le secteur tertiaire avec 14% et les activités communales avec 3%) et que la marge d’amélioration avoisine les 56%», souligne l’échevin de l’Environnement, Cyprien Devilers. 

2,4 milliards d’euros d’économie

«Concrètement, pour y arriver, il faudra intégrer un volet de prospective stratégique régionale, replaçant le développement communal dans son environnement, et un volet de prospective technologique, intégrant les technologies qui sont ou seront effectivement applicables pour atteindre les objectifs visés» précise quant à lui Etienne Botman, ingénieur gérant du bureau d’études Energy Village.

Selon les premières estimations, l’ensemble du programme d’actions permettrait de faire l’économie de quelques 480.000 tonne de CO2 à l’horizon 2030.

L’amélioration de la performance énergétique des bâtiments et des équipements permettrait, à elle seule, de réaliser plus de la moitié (267.000 tonnes de CO²) de cet objectif. Exemple parmi d’autres, isoler correctement 18.607 logements représenterait une économie de 50% d’émissions de GES, soit 41.484 tonnes de CO². Selon la société d'audit mandatée par la Ville, chaque tonne de CO² équivaudrait à 500 euros, ce qui, multiplié par les milliers de tonnes de CO2 évitées, reviendrait à faire une économie de 2,4 milliards d'euros! De quoi rentabiliser très vite l'investissement global estimé, quant à lui, à 1,3 milliard d'euros. 

Nous vous recommandons

400 millions pour l’épuration des eaux usées en Wallonie

400 millions pour l’épuration des eaux usées en Wallonie

Le Gouvernement wallon a approuvé le programme de travaux d’assainissement de la Société publique de Gestion de l’Eau (Spge) pour la période 2017-2021. 400 millions d’euros vont être investis[…]

17/09/2017 | WallonieSPGE
Los Angeles peint ses rues pour un environnement plus frais

Los Angeles peint ses rues pour un environnement plus frais

Contrats pour Deme au Qatar et à Singapour

Contrats pour Deme au Qatar et à Singapour

Les Belgian Business Awards for the Environment, appel à projets

Les Belgian Business Awards for the Environment, appel à projets

Plus d'articles