Suivre La Chronique

Comment empêcher ou retarder l'inondation d'un bâtiment?

Sujets relatifs :

Comment empêcher ou retarder l'inondation d'un bâtiment?

Le changement climatique implique que certaines zones précédemment considérées comme non inondables subiront à l'avenir l'invasion des eaux… et de plus en plus souvent; il s'agira de ne plus y construire. Mais quid des bâtiments existants? Le Centre Scientifique et Technique de la Construction (CSTC, www.cstc.be) nous donne ici quelques conseils pour mieux les protéger en empêchant l'eau d'y pénétrer…

La mesure de protection la plus appropriée sera d'abord celle qui répond au risque, plus ou moins important, de la zone considérée. Le débordement d'un cours d'eau est un risque, mais le ruissellement des eaux sur une surface insuffisamment drainée en est un autre. Sans oublier les égouts qui, quand ils sont saturés, refoulent leur trop-plein dans la rue… La première démarche est donc de voir d'où peut venir la crue éventuelle et d'imaginer le scénario de l'inondation pour protéger le bâtiment en conséquence.

Renforcer les points faibles

Tout bâtiment, ancien ou nouveau, peut offrir à l'eau certaines voies d'infiltration. Sur le schéma ci-joint, le CSTC indique déjà six points d'attention et les mesures appropriées pour empêcher l'eau de passer par ces voies d'accès possibles. L'idée est d'empêcher le passage de l'eau tant que le niveau ne dépasse pas un certain seuil, mais de la laisser pénétrer lorsque ce seuil est dépassé. Au-delà d'un certain seuil, la force de l'eau deviendrait en effet telle que bloquer son arrivée au seul niveau de l'enveloppe du bâtiment pourrait s'avérer plus dangereux encore. Mais au moins, en ayant retardé l'infiltration jusqu'à ce seuil, on aura limité le dégât des eaux et facilité ainsi le nettoyage et séchage ultérieur.
 

Barrières à l'eau

Bloquer à la limite de la façade… ou de la parcelle

Les deux options sont envisageables. Mais endiguer toute la parcelle par des murs ou des digues stables et étanches peut faire monter le niveau pour le voisinage. Et stopper l'eau au seul niveau de la façade peut occasionner un dégât supplémentaire, comme dans le cas d'une maison à bel étage ou d'une maison à ossature bois. Idéalement, on prévoira aussi une installation de pompage derrière la barrière comme protection supplémentaire contre l'excédent d'eau qui s'infiltre.

Conception waterproof

La conception même d'un bâtiment peut limiter les dégâts en cas d'inondation: boiler et installations techniques à l'étage, circuits électriques séparés pour le rez-de-chaussée et les étages, prises et appareils électriques rehaussés au rez-de-chaussée, sols carrelés plutôt que parquetés, meubles de cuisine résistant à l'eau (matière étanche, surélévation, …), revêtements intérieurs résistant à l'eau, marches d'escalier inférieures en béton…

Barrières de protection

Les éléments les plus connus pour la protection des grandes ouvertures (baies de portes et de fenêtres, portes de garage, portails d'accès situés dans la clôture du jardin et/ou entrées de rampes d'accès) sont les batardeaux, à placer dans un cadre fixe positionné devant ou dans l'ouverture. Certains nouveaux batardeaux se passent de ce cadre permanent et sont équipés d'un système mécanique qui leur permet de se dilater et de sceller ainsi les baies en assurant un bon raccord avec le sol et la maçonnerie sans cadre fixe visible. Notons toutefois qu'au travers les batardeaux, des fuites restent toujours possibles. 

Barrières de protection passives ou automatisées

Contrairement aux batardeaux qui doivent être montés avant l'inondation, il existe certaines barrières complètement automatisées utilisant un système de flotteur ou un système mécanique/pneumatique pour s'élever automatiquement si nécessaire, par exemple pour la rampe d'accès d'un garage. Le flotteur se relève depuis un réservoir souterrain qui se remplit en cas d'inondation. Les systèmes mécaniques/pneumatiques fonctionnent avec des capteurs qui remontent automatiquement les barrières en cas de crue détectée (Cf. Illustration). 
 

Barrière de protection mécanique/pneumatique (© photo: Aggéres).

Portes, fenêtres et portails anti-inondations 

On peut en trouver dans toutes sortes de couleurs, matériaux et finitions. Le principe est qu'ils sont étanches à l'eau entre l'élément et le cadre. Il suffit de verrouiller la porte ou la fenêtre pour activer la protection, qui résiste habituellement à au moins 60 cm d'eau. Certains portails supportent des hauteurs d'eau plus importantes encore, avec des fuites qui resteront très limitées. Autant de systèmes à conseiller quand les occupants sont souvent absents. 

Protection de la façade

En plus d'obturer les grandes ouvertures en façade, on veillera à rendre la façade elle-même résistante aux inondations. Il y a peut-être des dégâts de maçonnerie à réparer, des fissures à colmater, des interstices et autres petites ouvertures à surveiller. Les ouvertures entourant les câbles, conduites et tuyaux doivent être obturées au mortier et/ou au silicone. Une couche de protection supplémentaire peut être appliquée sur la façade. Les joints verticaux ouverts, les ouvertures d'aération et les blocs présentant des ouvertures (blocs d'aération, par exemple) doivent également être scellés. Divers dispositifs existent à cet effet sur le marché, pouvant être retirés après l'inondation pour rendre leur fonction aux diverses ouvertures.
 
Deux remarques pour conclure: la plupart de ces systèmes demandent un entretien et un contrôle annuel; d'autant plus que le cadre normatif les entourant est encore très limité à l'heure actuelle.
 

Références:

Article «Comment protéger au mieux les bâtiments existants contre les inondations?» publié en pages 12 à 16 du CSTC-Contact 2021/5 et consultable via ce lien. Seul ce texte original - écrit par P. Van Itterbeeck, chef de projet principal au laboratoire «Structures et systèmes de construction» du CSTC - peut être cité en référence.
Vous pourrez également consulter, via ce lien, la page web du projet de recherche FLOOD.
 
 
Victor Vicour
 

Nous vous recommandons

Importance de la qualité de l'air intérieur, y compris dans les logements existants

Importance de la qualité de l'air intérieur, y compris dans les logements existants

La qualité de l'air intérieur est un sujet complexe qui ne se limite pas aux problèmes d'humidité et aux locaux de service d'une habitation. Dans les logements existants, on sous-estime encore souvent les[…]

27/09/2022 |
Nouvel outil de calcul pour la charge thermique, les radiateurs et le chauffage par le sol

Nouvel outil de calcul pour la charge thermique, les radiateurs et le chauffage par le sol

Chauffage par le sol… même à travers un sol en bois!

Chauffage par le sol… même à travers un sol en bois!

Pas de sécurité sans stabilité

Pas de sécurité sans stabilité

Plus d'articles