Suivre La Chronique

Comment se porte le secteur immobilier en Belgique?

Sujets relatifs :

Comment se porte le secteur immobilier en Belgique?

La Wallonie a été la seule région à connaître une activité immobilière croissante (+2% en comparaison avec le même trimestre de l’année dernière) tandis qu’à Bruxelles le marché restait stable (+ 0,1%).

La Fédération Royale du Notariat belge vient de publier son baromètre trimestriel. Il en ressort qu’au cours du dernier trimestre, le nombre de transactions immobilières dans notre pays a diminué de 2% par rapport au 1er trimestre 2017.

Cette baisse est le résultat de l'attitude prudente des candidats acquéreurs en Flandre suite à la réforme annoncée des droits d’enregistrement. En conséquence, le nombre de transactions en Flandre a diminué de 4,1% au cours des trois premiers mois de l'année et fait chuter le volume au niveau national.

La Wallonie a été la seule région à connaître une activité immobilière croissante (+2% en comparaison avec le même trimestre de l’année dernière) tandis qu’à Bruxelles le marché restait stable (+ 0,1%).

Moins de transactions immobilières en Flandre, nombre record en Wallonie

La Flandre qui représente environ 60% du nombre de transactions immobilières dans notre pays impacte grandement les chiffres nationaux. La Wallonie avec une part de marché de 30% et Bruxelles avec 10% du nombre de transactions ont un impact moins significatif.

«En 2016 et en 2017, le nombre de transactions immobilières a continué de croître en Flandre, alors que le marché a ralenti nettement sur les premiers mois de 2018. Il est probable que cette tendance se poursuive jusqu'à l'entrée en vigueur de la réforme des droits d’enregistrement (juin 2018). Au vu du marché national (dont l’activité reste soutenue), nous prévoyons une nouvelle reprise de transactions d’autant que la réduction des droits d’enregistrement aura un impact certain sur le marché», analyse Renaud Gregoire, porte-parole de www.notaire.be. «En Wallonie, c’est exactement l’inverse suite – entre autre – à l’entrée en vigueur d’un nouvel abattement depuis le premier janvier 2018. L’activité n’a d’ailleurs jamais été aussi soutenue que ce premier trimestre.»

Anvers et le Brabant wallon à la traîne

Au niveau des provinces, Anvers est la seule province flamande à avoir subi une diminution de l'activité immobilière comparé au quatrième trimestre de l’année dernière (-0,4%). Les autres provinces flamandes suivent l’évolution positive aux niveaux régional et national. Le Limbourg, la province qui représente habituellement le plus petit pourcentage de transactions en Flandre, connaît ainsi la plus importante progression de son activité immobilière (+6,2%).

En Wallonie, à l’exception du Brabant wallon (-0,5%), l’activité immobilière de chacune des provinces wallonnes a augmenté lors du trimestre dernier par rapport au premier trimestre de 2017.  Les plus grandes progressions ont été enregistrées dans le Hainaut (+3,3%) et dans la province de Namur (+3,1%).  Dans la province du Hainaut, les arrondissements de Soignies et de Thuin ont même connu une croissance de l’activité immobilière de plus de 10%. A Namur, le nombre de transactions progresse de quelque 7% dans l’arrondissement de Namur même. Les provinces de Liège et de Luxembourg affichent une croissance bien moins importante: +1%.

Les prix en (très) léger recul

En ce qui concerne les prix de l’immobilier, le coût moyen d'une maison s’affiche désormais à 240.578 euros à l’échelle nationale., soit en léger recul (-1,3%) par rapport au 4e trimestre 2017.

Sans surprise, les prix moyens les plus élevés se trouvent à Bruxelles, dans le Brabant wallon et dans le Brabant flamand. Le prix moyen le moins élevé se trouve dans la province du Hainaut. La Flandre affiche en général des prix moyens supérieurs par rapport à la Wallonie où le prix moyen d’une maison a diminué de -1,6% (181.845 euros).

Quant au prix moyen d'un appartement en Belgique, il s'élève à 217.392 euros (-0,4% par rapport au 4ème trimestre 2017). En Wallonie, la baisse du prix des appartements est plus accusée, -2% à 170.683 euros.

Le prix d'un appartement a augmenté de 0,6% en Flandre pour atteindre 224.534 euros. A Bruxelles et en Wallonie, le prix moyen a en revanche diminué de 2% par rapport au 4e trimestre 2017 (il affiche 234.012 euros à Bruxelles et 170.683 euros en Wallonie).

Et si on considère l’évolution des prix d’un appartement sur les cinq dernières années (2013-2018), on s’aperçoit qu’à l’échelle nationale le prix d'un appartement a augmenté de +8,5%. (+ 9,6% en Flandre, + 8,3% en Wallonie et + 5,1% à Bruxelles).

Nous vous recommandons

Le complexe de bureaux Buzzcity trouve preneur

Le complexe de bureaux Buzzcity trouve preneur

Le promoteur Atenor vient d’annoncer qu’un accord est intervenu en vue de la vente du projet luxembourgeois Buzzcity à une société à constituer par Fidentia Belux Investments. Pour rappel, en novembre[…]

13/12/2018 | Secteur immobilier
Selon l’Upsi, les charges d'urbanisme locales risquent de tuer dans l’œuf de nombreux projets immobiliers

Selon l’Upsi, les charges d'urbanisme locales risquent de tuer dans l’œuf de nombreux projets immobiliers

Le Radisson Blu Hotel Bruges, la fée bleue du mégaprojet immobilier «New Bruges»

Le Radisson Blu Hotel Bruges, la fée bleue du mégaprojet immobilier «New Bruges»

L’état des lieux en un clic?

L’état des lieux en un clic?

Plus d'articles