Suivre La Chronique

Interview

«Construire de manière traditionnelle, c’est construire pour plusieurs générations»

Sujets relatifs :

,
«Construire de manière traditionnelle, c’est construire pour plusieurs générations»

© Maisons Compère

Chaque semaine, La Chronique donne la parole à un(e) CEO ou dirigeant(e) actif/ve dans le secteur belge de la construction au sens large. Cette semaine, c’est au tour d'Anthony Blavier, de la société Maisons Compère, de répondre à nos cinq questions.

1. Intelligence artificielle, réalité virtuelle, énergie issue de l’hydrogène, drones, big data, impression 3D, … Quelle est, selon vous, la nouvelle technologie qui impactera le plus votre activité dans les années à venir ? 

Selon moi, la nouvelle technologie qui impactera le secteur de la construction est la réalité virtuelle. De plus en plus de personnes utilisent les casques VR pour visualiser la modélisation numérique 3D d’un bâtiment. L’avantage est que l’utilisateur puisse se représenter un lieu en grandeur réelle en s’y déplaçant librement. Nous proposons déjà plusieurs de nos modèles en visites virtuelles sur notre site Internet. 

2. Quel métier de la construction les jeunes filles et garçons d’aujourd’hui doivent-ils choisir à l’école pour s’assurer une carrière intéressante et bien rémunérée dans le secteur : coffreur, menuiserie, sanitaires, … ou plutôt programmateur ? Et pourquoi ? 

On compte actuellement 7 métiers en pénurie dans le secteur de la construction : 
 
Le chef de chantier : personne qui organise et suit quotidiennement les activités des chantiers.
 
Le métreur deviseur : personne qui traite le cahier des charges et estime les coûts des phases d’un projet de construction pour sa mise en oeuvre globale. 
 
Le technicien conseil en construction : personne qui développe des projets de construction et étudie les processus techniques, les méthodes de construction et les coûts. Il réalise également l'étude de faisabilité des travaux. 
 
Le couvreur : personne qui installe les éléments de toiture. 
 
Le menuisier : personne qui travaille le bois mais parfois aussi le métal, l’aluminium ou le plastique. 
 
Le plafonneur : personne qui recouvre principalement les murs et les plafonds avec du plâtre. Il se charge également de la mise en place de cloisons et matériaux isolants. 
 
Le géomètre : personne qui mesure, délimite, implante et aménage des parcelles de terrain et des biens immobiliers. 
 
J’aurais tendance à orienter les jeunes d’aujourd’hui vers l’un de ces métiers en pénurie. 

3. Que vous a appris la pandémie au sujet de votre entreprise (et dont vous n’aviez pas conscience auparavant) ? 

Durant la pandémie, j’ai pris conscience des personnes dévouées à l’entreprise malgré la situation sanitaire. 

4. Quelle est, selon vous, la plus grande menace qui pèse sur votre entreprise/secteur ? (concurrence étrangère, pénurie de personnel qualifié, charges salariales, … ?) Et pourquoi ? 

Selon moi comme mentionné auparavant, je dirais la pénurie de personnel qualifié. De par notre expansion, nous sommes continuellement à la recherche de nouveaux talents (conducteurs de chantiers, métreurs, gestionnaires de projets, …). 

5. Allons-nous continuer à construire pour l’éternité, ou les bâtiments se verront-ils bientôt attribuer une date de péremption ? Et pourquoi ? 

Notre entreprise construit des maisons 100 % traditionnelles dans toute la Belgique. Nous sommes persuadés que la construction traditionnelle constitue la meilleure garantie d’un budget réduit, d’une faible consommation énergétique et de durabilité. Le traditionnel se justifie par notre volonté de construire des maisons pour plusieurs générations.
 

Nous vous recommandons

«L’électrification du parc de machines est une évolution logique»

Interview

«L’électrification du parc de machines est une évolution logique»

Chaque semaine, La Chronique donne la parole à un(e) CEO ou dirigeant(e) actif/ve dans le secteur belge de la construction au sens large. Cette semaine, c’est au tour de Dries Van Haut, de la société Van Haut, de[…]

01/07/2021 |
«Le secteur de la construction a gagné en flexibilité l’année dernière»

Interview

«Le secteur de la construction a gagné en flexibilité l’année dernière»

«Le plus grand défi est d'allier esthétique, qualité des matériaux et accessibilité»

Interview

«Le plus grand défi est d'allier esthétique, qualité des matériaux et accessibilité»

«La solution réside dans des constructions adaptables et flexibles, réalisées en dimensions standard»

Interview

«La solution réside dans des constructions adaptables et flexibles, réalisées en dimensions standard»

Plus d'articles