Suivre La Chronique

COP21: la Belgique en ordre dispersé

Sujets relatifs :

Tout le monde sait que le dérèglement climatique est une affaire à dimension planétaire, les gaz à effet de serre (GES) ne s'arrêtant pas aux frontières. Dès lors, soit tout le monde s'entend pour infléchir sa politique en matière de réduction des GES, soit tout le monde payera la note tôt ou tard. Mais pas en Belgique où, une fois n'est pas coutume, la politique climatique reste une affaire communautaire. La NVA a en effet dénoncé le pré-accord trouvé le week-end dernier entre Régions et Fédéral, désavouant par là-même la ministre flamande de l'Environnement, Joke Schauvliege, et la ministre fédérale de l'Environnement, Marie-Christine Marghem.

La NVA exigeait notamment que la Flandre reçoive 56% des revenus de mise aux enchères des quotas de CO2 alors que l'accord ne lui en attribue que 50%. Ce parti s'insurge aussi de la baisse de la part d'énergie renouvelable que doit atteindre la Wallonie en 2020, laquelle passe de 12,5% à 11,5%.

On ne jugera pas sur le fond mais, à moins d'un mois du sommet de Paris sur le climat (COP21), voilà qui n'augure rien de bon en ce qui concerne l'apport de la Belgique au dossier' Greenpeace Belgique s'est d'ailleurs fendu d'un communiqué assassin appelant «les ministres belges à rester loin de Paris pour éviter de ridiculiser le pays »' Dur. De son côté, le Bond Beter Leefmilieu a déploré que «même des objectifs aussi peu ambitieux que ceux arrêtés par la Belgique constituaient un obstacle».

Dans le même temps, la question du financement climat ' soit l'engagement financier des pays riches envers les pays pauvres ' a fait l'objet, le 27 octobre dernier, d'un séminaire organisé par la coupole d'organisations non gouvernementales de coopération au développement (CNCD 11.11.11). Les experts présents ont laissé entendre que la Belgique faisait jusqu'ici partie des mauvais élèves. A l'issue de la conférence de Copenhague en 2009, notre pays s'était en effet engagé à fournir 150 millions d'euros pour la période 2010-2012. Or il manquerait toujours 58 millions d'euros '

Autre pierre dans notre jardinet: le 20 octobre, alors que Maro' 'efcovic, le commissaire européen chargé de l'Energie, se réjouissait que, en 2014, «l'UE avait produit 23% de gaz à effet de serre de moins qu'en 1990, soit plus que l'objectif de 20% qu'elle s'était fixé pour 2020», il soulignait néanmoins que «la Belgique est un des quatre pays (sur 28) qui, selon les projections, n'atteindraient pas leurs objectifs en raison d'une bien trop forte consommation d'énergie.» Des propos bien éloignés des déclarations lénifiantes de nos édiles en matière de politique énergétique.

Adie Frydman'

Nous vous recommandons

L’UE aide les villes à relever les défis urbains

L’UE aide les villes à relever les défis urbains

La Commission européenne octroie des subventions à 20 villes pour financer des projets innovants dans les domaines de la sécurité, du numérique, de l'environnement et de l'inclusion.  Le Feder (Fonds européen de[…]

17/08/2019 | SécuritéVilles
Vega: le premier immeuble commercial Bim certifié Breeam au Luxembourg

Vega: le premier immeuble commercial Bim certifié Breeam au Luxembourg

Tournai va s’éclairer aux leds

Tournai va s’éclairer aux leds

Le Palais royal de Bruxelles va réduire son empreinte énergétique

Le Palais royal de Bruxelles va réduire son empreinte énergétique

Plus d'articles