Suivre La Chronique

Des Belges achètent le joyau de la couronne du marché des bureaux luxembourgeois

Sujets relatifs :

Des Belges achètent le joyau de la couronne du marché des bureaux luxembourgeois

L’Espace Kennedy B, le joyau de la couronne du marché immobilier luxembourgeois dont le groupe d’investissement immobilier gantois Alides est devenu l’heureux propriétaire. (© Alides)

L’Espace Kennedy B, vous connaissez? C’est le nom d’un des véritables joyaux de la couronne du marché immobilier luxembourgeois, dont l’investisseur et le promoteur immobilier belge Alides est devenu, le 29 juin dernier, l’heureux propriétaire. Pour emporter la mise face à de nombreux investisseurs étrangers, il lui en aura coûté la bagatelle de 50 millions d’euros.

L’Espace Kennedy B compte plus de 5.835 m2 d’espaces de bureaux, répartis sur six étages et est situé dans l’avenue John F. Kennedy, la rue principale qui relie le centre financier de Kirchberg au centre ville du Luxembourg.

Le bâtiment est au cœur d’un quartier vivant qui compte plus de 70 restaurants, magasins, bars, un complexe cinématographique et un grand parc.

L’endroit est tellement prisé, qu’il y a même une liste d’attente d’entreprises qui veulent y louer un bureau.

Pour Alides, le troisième plus grand investisseur privé belge en immobilier, c’est déjà le deuxième gros achat international en à peine 18 mois. Mais pourquoi à l’étranger et pas au pays? Parce que, à en croire le groupe d’investissement gantois, l’économie belge et le marché de location professionnel ne progressent pas suffisamment. Et qui veut grandir doit regarder vers l’étranger.

«Avec Espace Kennedy B, nous possédons un bâtiment exceptionnel dans un endroit exceptionnel. Cet achat rentre complètement dans notre stratégie de croissance: investir dans des endroits clés disposant d’un potentiel sur le long terme. Dans cette optique, notre regard se tourne de plus en plus vers le Luxembourg», souligne Sophie Maes, directrice chez Alides Lux.

L’Espace Kennedy B, vous connaissez? C’est le nom d’un des véritables joyaux de la couronne du marché immobilier luxembourgeois, dont l’investisseur et le promoteur immobilier belge Alides est devenu, le 29 juin dernier, l’heureux propriétaire. Pour emporter la mise face à de nombreux investisseurs étrangers, il lui en aura coûté la bagatelle de 50 millions d’euros.

 

Liste d’attente pour les candidats-locataires

Les premiers candidats-locataires, principalement des multinationales et des acteurs internationaux, ont déjà manifesté leur intérêt pour l’Espace Kennedy B. Rien d’étonnant, car vu que l’endroit est particulièrement bien situé – avec une autoroute et un aéroport tout proche – un grand nombre d’entreprises doivent parfois attendre des années avant de pouvoir s’y établir.

«Nous avons aujourd’hui déjà plus de cinq entreprises qui attendent de pouvoir louer un bureau à cet endroit. Les acteurs veulent vraiment y être installés, notamment parce que de tels endroits qualitatifs attirent les profils intéressants, ce qui n’est pas sans importance en pleine guerre des talents.»

Luxemburg vs Bruxelles

Alides investissait jusqu’il y a peu uniquement en Belgique. Mais en mars 2017, première incartade que l’investisseur acquiert, avec un partenaire, les anciens chantiers navals Imperial Shipyards à Gdansk, en Pologne.

«De plus en plus d’investisseurs belges sont forcés de partir avec leur capital vers l’étranger. Les rendements à Bruxelles sont sous tension et les risques augmentent. A l’inverse, le Grand-Duché de Luxembourg attire de plus en plus l’attention», confirme Rikkert Leeman, un autre directeur d’Alides Lux.

L’Espace Kennedy B compte plus de 5.835 m2 d’espaces de bureaux, répartis sur six étages. (© Alides)

A cet égard, quelques chiffres valent parfois mieux que de longs discours: sur le marché de la location professionnelle à Bruxelles, l'inoccupation s’élève pour l’instant à 9%. Au Luxembourg, la moyenne est de 3,9%. Le niveau des prix payés est également plus élevé au Grand-Duché. «Pour les meilleurs endroits, ou prime rent, on paie entre 500 et 600 euros/m2, par an, alors que dans un quartier comparable à Bruxelles, le prime rent culmine plutôt à 250-300 euros/m2, avec des frais qui continuent à augmenter.» En outre, la valeur d’un bâtiment à Kirchberg augmente pour l’instant chaque année de 5%. A Bruxelles la plus-value envisageable reste nettement plus limitée.

«Le climat économique et financier à Bruxelles prend du retard par rapport à un pays comme le Grand-Duché du Luxembourg. Le grand gagnant du Brexit n’est pour l’instant pas Bruxelles, mais le Luxembourg. Surtout grâce à sa flexibilité. Bruxelles a un problème de compétitivité, chose sur laquelle nous devons travailler de toute urgence», avertit Rikkert Leeman.

Nous vous recommandons

Avec We Are Real Estate, les salons belges de l’immobilier professionnel partent au combat

Avec We Are Real Estate, les salons belges de l’immobilier professionnel partent au combat

Jusqu’à présent quasiment seul sur le segment des salons immobiliers professionnels, Realty va devoir composer avec une nouvelle concurrence. Son nom: We Are Real Estate. Rien que ça! Désireux de se diversifier sur des segments porteurs de[…]

19/09/2018 |
Realty 2019: l’immobilier belge prend ses quartiers à la plage

Realty 2019: l’immobilier belge prend ses quartiers à la plage

Le projet Neo II verra-t-il le jour?

Le projet Neo II verra-t-il le jour?

800.000 m2 de projets immobiliers en cours de développement dans le portefeuille d’Atenor

800.000 m2 de projets immobiliers en cours de développement dans le portefeuille d’Atenor

Plus d'articles