Suivre La Chronique

Deux nouveaux démonstrateurs pour accélérer la transformation numérique des entreprises de construction

Deux nouveaux démonstrateurs pour accélérer la transformation numérique des entreprises de construction

Le démonstrateur «Construction 4.0» doit permettre de relever le niveau de qualification du secteur face aux diverses mutations technologiques: robotisation, numérisation, objets connectés,... (© ING)

Fin décembre 2018, le Gouvernement wallon a approuvé la mise en place de deux démonstrateurs 4.0, l’un dédié au secteur de la construction et l’autre aux Pme industrielles.

Ces deux démonstrateurs s’inscrivent dans l’esprit de la stratégie Digital Wallonia 2019-2024 – la plateforme numérique de la Région wallonne –qui définit les grandes orientations et le cadre dans lesquels vont s’inscrire les actions menées par la Wallonie en matière de transformation digitale.

«Très attendus par ces deux secteurs importants de l’économie wallonne, les démonstrateurs seront au service de nos Pme et permettront d’accélérer la transformation numérique des entreprises par la sensibilisation, le diagnostic et l’accompagnement» a indiqué le ministre wallon de l’Economie et du Numérique, Pierre-Yves Jeholet.

L’impression 3D de maisons entières; l’un des multiples défis auquel est confronté le secteur de la construction. (© ICON)

Pour compléter cet alléchant programme, ces deux démonstrateurs 4.0 feront l’objet d’un véritable monitoring. Des indicateurs clés de performance à rencontrer sur plusieurs années ont d’ailleurs été définis, qui permettront de juger de l’efficacité des dispositifs mis en place.

Démonstrateur «Industrie 4.0»

Concernant le démonstrateur «Industrie 4.0», une subvention de 1,2 million d’euros a été accordée par le Gouvernement; le projet porte sur la création d’un démonstrateur industriel et de deux démonstrateurs «Mini-Usines». L’objectif vise à diffuser le plus largement possible les concepts et technologies de la quatrième révolution industrielle dans nos entreprises (prioritairement les Pme industrielles) qui doivent garder un avantage concurrentiel pour se maintenir et envisager une croissance de leurs activités. Au-delà de l’objectif de sensibilisation, l’accompagnement constitue également un enjeu majeur et devra permettre aux entreprises de réaliser, entre autres, des tests technologiques sur banc d’essai, d’acquérir de nouvelles compétences ou encore de faciliter et accélérer l’implémentation en entreprise. De tels objectifs ne peuvent être rencontrés que si le secteur est impliqué, c’est pourquoi le projet va s’articuler autour d’un consortium au sein duquel on retrouvera Technocampus (le centre de formations aux métiers du futur), Sirris (le centre collectif de l'industrie technologique), Mecatech (le pôle de compétitivité en génie mécanique) et Technifutur (un centre de compétence actif dans 14 domaines d'activités industriels).

Démonstrateur «Construction 4.0»

«Pour ce qui est du démonstrateur Construction 4.0, il aura pour mission de sensibiliser les entreprises en mettant en lumière le potentiel des technologies digitales afin d’améliorer leur productivité, leur profitabilité et la qualité de leurs produits, ainsi que de relier ces technologies aux besoins en formation» souligne Pierre-Yves Jeholet.

Pour ce faire, une enveloppe de 2,8 millions d’euros a été réservée par le Gouvernement. Ce démonstrateur sera créé et géré par trois acteurs technologiques majeurs du secteur que sont le Cstc, Cenaero (Centre de recherche wallon en aéronautique) et le Cetic (Centre d'Excellence en Technologies de l'Information et de la Communication), qui s’associent pour la première fois de manière structurelle autour de la CCW, et avec la collaboration ponctuelle de Sirris.

Il s’articulera comme un hub et permettra, d’une part, l’illustration des technologies digitales les plus récentes qui peuvent impacter favorablement les différentes phases d’un projet de construction (impression 3D, chaînes de production robotisées, reconstruction 3D, drones, maquette numérique BIM, conception virtuelle, objets communicants, réalité augmentée, vision industrielle, etc.) et, d’autre part, leur interconnexion via des scénarii élaborés sur mesure par rapport aux besoins du terrain. Ce démonstrateur sera composé de deux infrastructures spécifiques. La première dédiée à la phase de chantier et la seconde au bâtiment en phase de conception et d’utilisation.

«Le démonstrateur jouera également un rôle essentiel dans la formation professionnelle des acteurs du secteur», souligne la CCW qui est à la manœuvre pour relever le niveau de qualification du secteur face aux défis technologiques qui se multiplient (préfabrication, industrialisation, robotisation, numérisation, objets connectés, smart cities, smart buildings, économie circulaire, permis et cahiers des charges dématérialisés…).
 

Nous vous recommandons

Transformer une vision architecturale complexe en réalité

Transformer une vision architecturale complexe en réalité

A première vue, le nouveau Musée national du Qatar apparaît déstructuré, voire déchiqueté. Normal dans la mesure où sa structure s’inspire des formations cristallines d’une rose[…]

19/06/2019 | BIMArchitectures
Année record pour Matexi et des projets de construction plein la musette

Année record pour Matexi et des projets de construction plein la musette

Les architectes européens veulent une construction axée sur l’économie circulaire

Les architectes européens veulent une construction axée sur l’économie circulaire

Nouvelle caserne de pompiers à Ixelles: le bureau d’études désigné

Nouvelle caserne de pompiers à Ixelles: le bureau d’études désigné

Plus d'articles