Suivre La Chronique

Du carrefour engorgé à la «place-pont»accueillante

Du carrefour engorgé à la «place-pont»accueillante

Vue globale du projet. Sainctelette vue comme un compas qui relie toutes les directions.

Considéré à la fois comme un des points noirs de la circulation et comme un des lieux les plus pollués de la capitale, le carrefour Sainctelette-Yser va enfin pouvoir se débarrasser de cette image déplaisante. Le lauréat du concours portant sur son réaménagement complet de façade à façade a en effet été désigné. Ce projet complète la revitalisation de ce quartier qui se pose peu à peu en place to be de la capitale.

L’ambition du projet vise à reconnecter les deux rives du canal et propose une refonte complète de cet espace public en faveur des modes actifs et durables tout en maintenant la capacité automobile existante. C’est le projet ouvert sur la ville, esquissé par les bureaux d’architecture AgenceTer – Karbon - Arcadis, qui a séduit le jury du concours. Et qui crée du même coup une nouvelle terminologie, celle de «place-pont», à Bruxelles. D’un vaste carrefour cauchemardesque, l’espace Sainctelette-Yser deviendra une nouvelle «place-pont» intégrée à son environnement urbain.

Des parvis urbains verdurisés.

Reconnecter les quartiers

Aujourd’hui, l’espace Sainctelette-Yser se situe au croisement de deux zones urbaines en pleine mutation: la zone du canal, d’une part, et la Petite Ceinture en cours de réaménagement complet, d’autre part. De nombreux autres projets y sont également en cours: le parc Maximilien, l’avenue du Port, le quai des Péniches ou le futur parc au quai Béco. Reste à faire du carrefour Saincteclette-Yser un espace de rencontre et de promenade au bord de l’eau, véritable porte d’entrée du centre-ville, illuminé notamment par le rayonnement du futur Musée Kanal auquel il offrira un parvis à la mesure de ses ambitions. «Arborée, mise en lumière, largement piétonnisée, Sainctelette va enfin retrouver son statut de place urbaine, un nouvel espace de convergence qui reconnecte les différents quartiers existants et ceux à venir», déclare Pascal Smet, ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux publics.

Les piétons bénéficieront de larges zones de promenades tandis que des pistes cyclables séparées et sécurisées seront aménagées sur l’ensemble de l'espace.
 

Une mobilité repensée

En termes de mobilité, le projet privilégie les modes actifs, améliore les flux des transports publics tout en maintenant la capacité automobile existante, mais en rationnalisant les bandes de circulation. Cette simplification permet de libérer des emprises pour l’aménagement d’une station de tram et pour concevoir un dispositif de sites propres tram-bus unidirectionnels en rive extérieure des deux ponts sur le canal.

Les piétons bénéficieront de larges zones de promenades tandis que des pistes cyclables séparées et sécurisées de couleur ocre seront aménagées sur l’ensemble de l'espace.

Un projet qui reconnecte les différents quartiers existants et ceux à venir.
 

La place-pont

Quant à la place-pont, qui émerge au cœur du projet, elle se veut cohérente, simple et partagée Par son traitement des matériaux homogène, son mobilier urbain, l’attention portée à l’éclairage, sa verdurisation, elle rapprochera les deux berges. L’outil clé pour créer de la cohérence au niveau de l’espace public est le traitement du sol continu comprenant un minimum de différences de hauteur.
Concrètement, les ponts existants sont préservés tandis que la «place-pont» augmentera la surface praticable pour les piétons et cyclistes en élargissant les côtés extérieurs des ponts actuels par l’ajout de deux passerelles (légères) piétonnes. Deux nouveaux espaces sont ainsi créés en étendant la place pour se connecter aux façades.

Trois zones spécifiques

Bien que le réaménagement vise une cohérence globale, il comptera également 3 zones aux identités propres: des placettes le long du canal d’abord, des parvis urbains verdurisés ensuite et enfin, la continuité de la place de l’Yser jusqu’au parc Maximilien. Ce dernier pourra renvoyer aux oubliettes son image délétère actuelle. Il sera en effet associé à un vaste espace public accueillant et son parvis sera totalement redessiné pour accompagner le visiteur vers le parc, vers la place et vers le musée.

Le lauréat du concours va à présent approfondir la définition du projet, l’objectif étant de déposer la demande de permis d’ici la fin de l’année. Les premiers travaux sont attendus pour le second semestre 2020. L’enveloppe budgétaire consacré à ce projet est de 9.994.687 euros.
 

Nous vous recommandons

La Norvège aura le plus long tunnel routier du monde

La Norvège aura le plus long tunnel routier du monde

La Norvège est connue pour son littoral à couper le souffle, ses hautes montagnes et ses fjords profonds. Mais ce paysage spectaculaire présente aussi des inconvénients côté mobilité. Pour le[…]

Geldof et BAM Contractors construisent l'un des plus grands réservoirs de propane d’Europe

Geldof et BAM Contractors construisent l'un des plus grands réservoirs de propane d’Europe

Nouvelle fontaine à Anderlecht

Nouvelle fontaine à Anderlecht

Feu vert définitif pour la construction de la prison de Haren

Feu vert définitif pour la construction de la prison de Haren

Plus d'articles