Suivre La Chronique

E42/A8: fin du chantier Kain-Lamain

Sujets relatifs :

E42/A8: fin du chantier Kain-Lamain

© Sofico

C’est un chantier de voirie de longue haleine qui touche à sa fin dans le Hainaut. Entamé en 2015, il sera totalement bouclé ce 31 mai, permettant d’offrir un revêtement plus sécurisé et moins bruyant, de meilleurs équipements, ainsi qu’une autoroute élargie aux endroits critiques pour absorber un flux de trafic plus conséquent.

Le chantier de réhabilitation de l’E42/A8 entre Kain et Lamain dans le Hainaut touche à sa fin. Sa dernière phase, qui portait sur le tronçon allant de l’échangeur de Marquain jusqu’à Kain, en direction de Bruxelles, est en cours de finalisation. Vers Bruxelles, 2 des 3 voies de ces 5 km d’autoroute sont opérationnelles depuis une bonne semaine, marquant symboliquement la fin de ces travaux conséquents. Toutes les voies seront à nouveau accessibles le 31 mai prochain.

Un béton étudié pour réduire l’’impact sonore

Ce chantier visait à réhabiliter en profondeur 7,5 km d'autoroute entre Froyennes et Lamain, vers la France, ainsi que 9 km entre Lamain et Kain, vers Bruxelles, sur l’E42/A8.

Les travaux ont consisté à démolir la voirie jusqu’aux sous-fondations et à reconstruire de nouvelles structures dont une voirie en béton armé continu. Il en résultera une durabilité accrue, un coût d’entretien réduit, une faible fréquence d’intervention, des nuisances acoustiques réduites et une absence d’orniérage.

Il s’agissait aussi de réaliser une troisième bande de circulation entre Kain et l’échangeur de Marquain permettant une meilleure fluidité du trafic et de gérer la problématique du bruit. On a donc étudié la composition du béton armé pour réduire l’impact sonore et posé 7.500 m2 d’écrans acoustiques.

Eaux de ruissellement et ouvrages d’art

Diverses opérations ont également résolu la problématique des eaux de ruissellement: mise à neuf de 8 km de réseau d'égouttage avec étude du dimensionnement pour des crues de 100 ans; entretien des fossés et des plantations; rectification du profil de la route pour augmenter la pente transversale afin d’éviter la stagnation d'eau sur l'autoroute.

Les 8 ouvrages d’art de la zone ont, eux aussi, bénéficié de travaux. Ainsi, sur les ponts inférieurs, les glissières ont été mises aux normes avec le remplacement des trottoirs en pavés par un massif en béton armé; les garde-corps et les écrans acoustiques ont été remplacés, tout comme l’étanchéité et les joints de dilatation. Sur les ponts supérieurs, on a notamment procédé à des réparations de béton.

4 phases 

Ce chantier a comporté 4 phases. La première a porté sur le tronçon entre l’échangeur 34 Froyennes et l’échangeur de Marquain en direction de la France. Elle a débuté à la mi-mars 2015 et s’est achevée en septembre 2015. La deuxième phase s’est concentrée sur le tronçon allant de la frontière française à l’échangeur de Marquain, en direction de Bruxelles. Elle a débuté fin septembre 2015 et s’est achevée en juin 2016 avec un retard sur le planning initial essentiellement dû aux mauvaises conditions climatiques ainsi qu’à certains aléas de chantier imprévisibles au moment du lancement du chantier: certains travaux complémentaires ont effectivement dû être menés en vue de résoudre des problèmes liés à la mauvaise portance du terrain et au réseau d’écoulement des eaux, ainsi qu’aux dégradations plus importantes qu’attendues de certains ouvrages d’art.

La troisième phase concernait la portion allant de l’échangeur de Marquain jusqu’à la frontière française, à hauteur de Lamain, en direction de la France. Elle a débuté à la fin du mois de juin 2016 et s’est achevée en novembre 2016.

La quatrième et dernière phase portait sur le tronçon allant de l’échangeur de Marquain jusqu’à Kain, en direction de Bruxelles. Elle a débuté en novembre 2016 et sera totalement achevée ce 31 mai avec un mois d’avance par rapport au dernier calendrier annoncé.

Le chantier en quelques chiffres
  • Réhabilitation de 3 échangeurs
  • 230.000 m² de pose de béton armé continu
  • 18.500 m de glissières de sécurité en béton
  • 16.000 m de glissières métalliques
  • 8.000 m de tuyaux d’égouttage
  • 7.500 m² d’écrans acoustiques
  • un budget de plus de 40 millions d’euros (Htva) financé par la Sofico.
Le chantier a été réalisé en collaboration avec le partenaire technique de la Sofico, la Direction générale opérationnelle Routes et Bâtiments du Spw.

 

Nous vous recommandons

La modernisation des aires de Waremme a débuté

La modernisation des aires de Waremme a débuté

La Sofico, la Société de Financement Complémentaire des infrastructures wallonne, a débuté les travaux pour la modernisation de ces aires situées de part et d’autre de l’autoroute E40/A3 en[…]

La Sofico veut doter 300 bretelles d’une alerte lumineuse contre les conducteurs fantômes

La Sofico veut doter 300 bretelles d’une alerte lumineuse contre les conducteurs fantômes

«Les entreprises qui adoptent les solutions ICT ont toujours le vent en poupe et l’avenir devant elles»

Interview

«Les entreprises qui adoptent les solutions ICT ont toujours le vent en poupe et l’avenir devant elles»

Nouvelle réglementation pour la signalisation des chantiers en Wallonie

Nouvelle réglementation pour la signalisation des chantiers en Wallonie

Plus d'articles