Suivre La Chronique

Ecocombis en test sur les routes wallonnes

Sujets relatifs :

Le ministre wallon des Travaux publics et de la Sécurité routière, Maxime Prévot, a défini, en concertation avec le secteur, les modalités pratiques pour l’utilisation d’écocombis sur le réseau routier wallon, dans le cadre d’expériences pilotes.

Depuis le 1er novembre, les entreprises intéressées peuvent poser leur candidature pour tester ces «grands camions» sur le réseau routier wallon à partir du 1er janvier 2017. Appelés également «véhicules plus longs et plus lourds» (Vll), les écocombis sont des camions dépassant les dimensions standard du semi-remorque à la suite d’un assemblage de camions, semi-remorques et remorques traditionnelles.

 

Une demande du secteur

 

Le transport par écocombis était une demande du secteur de la logistique et a donc été accepté par le Gouvernement wallon au vu des avantages que ces véhicules présentent en termes économiques, écologiques, de respect de l’infrastructure routière et de sécurité routière ainsi que suite aux expériences positives menées dans des pays voisins.

Dès lors, en février dernier, le Gouvernement wallon avait adopté un décret permettant l’utilisation de ces écocombis sur le réseau routier wallon dans le cadre d’expériences pilotes. Ce décret entre maintenant dans une phase opérationnelle puisque les modalités de mise en œuvre des projets pilotes, concertées avec le secteur, sont désormais fixées.

 

8 ans de test

 

Une fois validés, les dossiers de candidature des transporteurs intéressés seront soumis à une évaluation annuelle. Le Gouvernement wallon décidera, au terme d’une période maximale de 8 ans, s’il autorise de façon définitive la circulation de tels véhicules sur son réseau routier.

 

Sous conditions

 

Les candidats à l’utilisation des écocombis devront répondre à plusieurs conditions:

  • longueur et poids du véhicule: maximum 25,25 m de long et 60 tonnes de masse totale;
  • système de freinage conforme aux plus hautes normes en la matière. Les véhicules devront obligatoirement être équipés de système avancé de freinage d’urgence et d’un contrôle électronique de la stabilité;
  • marquage et signalisation;
  • conformité du dispositif d’assemblage;
  • manœuvrabilité et inscription en courbe du véhicule (anneau circulaire compris entre 6,5 et 14,5 m);
  • moteur: minimum Euro V et une puissance équivalente à au moins 5 kW/tonne;
  • chargement: pour le transport d’unités de transport intermodal, seul l’acheminement au départ ou vers les terminaux multimodaux wallons est autorisé;
  • interdiction de transporter des marchandises dangereuses (Adr), des liquides transportés par citernes (sauf eau, lait) ou des animaux vivants;
  • itinéraires: ils devront être acceptables en termes de sécurité routière, mais aussi d’absence de concurrence vis-à-vis du transport ferroviaire ou fluvial.

Toutes les précisions et modalités pour le dépôt des candidatures sont disponibles sur le site http://www.wallonie.be/fr/vehicules-plus-longs-et-plus-lourds-ecocombis.

Nous vous recommandons

Etude pour la construction d’une deuxième voie sur le tracé du «Rhin d’acier»

Etude pour la construction d’une deuxième voie sur le tracé du «Rhin d’acier»

Dans le cadre de son programme Connecting Europe Facility-Transport, l’Union Européenne va subventionner une étude visant à préparer la construction d’une deuxième voie entre Balen Werkplaatsen et[…]

08/10/2019 | Socio-EconomieTransport
Le gouvernement fédéral lance l’Aviation Portal

Le gouvernement fédéral lance l’Aviation Portal

Sweco planche sur la mobilité en Flandre

Sweco planche sur la mobilité en Flandre

Un projet alternatif pour réinventer le boulevard de Waterloo et l’avenue de la Toison d’Or

Un projet alternatif pour réinventer le boulevard de Waterloo et l’avenue de la Toison d’Or

Plus d'articles