Suivre La Chronique

Economie circulaire ou la nouvelle Révolution industrielle

Au XIXe siècle, alors que la période industrielle est à son apogée, les usines s'installent près des villes, suivies à la trace par les habitants des campagnes qui viennent y chercher un travail salarié, ce qui engendre inévitablement une augmentation du nombre de déchets. Un siècle et demi plus tard, les cadences de production ont explosé, la population mondiale a sextuplé, un habitant sur deux vit désormais en ville et, en même temps que les ressources naturelles s'amenuisent, les déchets en tous genres, eux, croissent dans des proportions hallucinantes. Un véritable défi à l'échelle planétaire au même titre que les émissions de gaz à effet de serre.

C'est ainsi que, un peu partout dans le monde, des entreprises amorcent leur transition vers l'économie circulaire. Un concept à la mode qui s'inspire notamment des théories du chimiste allemand Michael Braungart et de l'architecte américain William McDonough, les fondateurs de la certification cradle-to-cradle (C2C).

Le concept est à la fois simple et ambitieux: il s'agit d'abandonner le système linéaire «extraire, produire, consommer, jeter» pour créer un cercle vertueux dans lequel l'idée même de déchets disparaît. Source d'innovations, de collaborations mais aussi d'économies, ce modèle transforme radicalement les schémas de production et de consommation.

Le secteur de la construction, qui produit énormément de déchets, s'intéresse depuis plusieurs années déjà au modèle prôné par le C2C et de plus en plus de bâtiments sont désormais construits selon ce modèle.'

Par ailleurs, de nombreux pays mettent en place un certain soutien à l'économie circulaire. En Suisse, par exemple, le canton de Genève l'a même inscrite dans sa Constitution. Au Japon (via une Loi-cadre), les autorités visent une politique zéro déchet. Et la Chine a annoncé vouloir développer 100 «villes-modèles» dans ce domaine.

Et en Europe' La Commission européenne avait annoncé le 16 décembre 2014 qu'elle allait introduire dans son agenda 2015 une révision de la législation sur les déchets pour en faire un «paquet législatif» ambitieux sur l'économie circulaire. Mais le 25 février 2015, ce projet était abandonné par le collège des nouveaux commissaires «en raison d'une absence d'accord sur son contenu au niveau du Conseil européen» et ce, alors même que le projet était soutenu par des entreprises et une majorité d'eurodéputés. En juillet dernier, ces mêmes eurodéputés ont pressé la Commission de mettre sur la table un nouveau paquet législatif relatif à l'économie circulaire. D'autant que, dans l'intervalle, un rapport de McKinsey laissait entendre que l'économie circulaire, soutenue par le développement des nouvelles technologies, pourrait permettre de dégager un bénéfice annuel d'environ 1.800 milliards d'euros par an. 

Pour rappel, l'Europe des 28 à elle seule génère chaque année près de 2 milliards de tonnes de déchets!

Adie Frydman

Nous vous recommandons

Magotteaux cède sa filiale Magolux à Callista

Magotteaux cède sa filiale Magolux à Callista

Le groupe Magotteaux, spécialisé dans le secteur des mines, du ciment, des carrières et du recyclage cède sa filiale Magolux à la société allemande: Callista Private Equity. Magolux produit depuis[…]

18/02/2019 | ciment
Besix prend le contrôle de Mabilux pour offrir des solutions complètes dans le domaine de la construction métallique

Besix prend le contrôle de Mabilux pour offrir des solutions complètes dans le domaine de la construction métallique

 Community Land Trust Bruxelles: appel à candidatures pour un nouveau projet

Community Land Trust Bruxelles: appel à candidatures pour un nouveau projet

Du rififi entre les pouvoirs locaux et les négociants en bois

Du rififi entre les pouvoirs locaux et les négociants en bois

Plus d'articles