Suivre La Chronique

Elia teste l’inspection des lignes à haute tension avec des drones

Sujets relatifs :

, ,
Elia teste l’inspection des lignes à haute tension avec des drones

© Elia

Le groupe Elia, actif dans le transport d’électricité, teste des drones longue distance pour l’inspection des lignes à haute tension. Un drone hélicoptère a été utilisé pour la première fois près de Trois-Ponts (Province de Liège) dans ce but. 

Ces drones BVLOS («beyond visual line of sight» ou «en dehors du champ de vision»), qui pèsent jusqu’à 75 kg et peuvent parcourir une distance de 100 km, pourront à terme remplacer les hélicoptères habituellement utilisés pour l’inspection des lignes à haute tension. Elia déclare que l’utilisation de ces drones diminue les risques, réduit l’empreinte écologique et augmente l’efficacité des inspections requises.

Une première en Belgique

C’est la première fois que le groupe Elia teste un drone BVLOS en Belgique pour l’inspection de lignes à haute tension sur une longue distance. Un drone BVLOS peut parcourir environ 75 kilomètres. Elia a obtenu une autorisation spéciale pour ce test, étant donné que la loi prévoit que les drones doivent en principe toujours être à portée de vue du pilote. 
 
L’objectif est de remplacer d’ici 2023 une partie des inspections conventionnelles par des inspections à l'aide de drones. Les inspections conventionnelles se font soit depuis le sol, soit en escaladant les pylônes, soit en survolant les lignes avec un hélicoptère. Cela demande du temps, génère des émissions de CO2 et n’est pas sans risque.
 
«Si nous voulons concrétiser nos ambitions pour une société neutre en carbone d’ici 2050, notre réseau électrique doit être dans un état impeccable et nous devons réduire au maximum l’empreinte carbone de nos propres activités. L’application de technologies innovantes est ainsi cruciale. Nous étudions tant en Belgique qu’en Allemagne les possibilités d’inspecter automatiquement notre infrastructure à l'aide de drones et de technologies telles que l’intelligence artificielle, la photogrammétrie, etc. Nous voulons travailler de manière plus ciblée, plus sûre et plus efficace pour ainsi offrir un approvisionnement électrique stable, durable et abordable» déclare Arya Fazilat, Project Leader innovation chez Elia.
 
Lors de la phase de test, Elia a travaillé avec différents partenaires afin d'échanger expériences et connaissances. Et cela notamment avec Vansteelandt, EuroUSC, SwissDrones, YellowScan et Skeydrone. Un précédent vol avec un BVLOS a eu lieu l’hiver dernier en Allemagne. En Belgique, Elia fait déjà appel à de petits drones pour l’inspection des pylônes. Les deux applications s'appuient ensuite sur l’intelligence artificielle afin d’obtenir un aperçu précis et à jour de l’état de notre réseau à haute tension.
 

Nous vous recommandons

L’éolienne la plus puissante du monde est chinoise

L’éolienne la plus puissante du monde est chinoise

Le groupe chinois MingYang Smart Energy a dévoilé un futur modèle d’éolienne offshore de 16 MW de puissance, dépassant ainsi les 13 MW de l’Haliade-X de General Electric actuellement testée[…]

Les parcs éoliens offshores s'engagent pour la biodiversité en mer du Nord

Les parcs éoliens offshores s'engagent pour la biodiversité en mer du Nord

14 tours de logements sociaux bruxellois équipées d’unités de cogénération

14 tours de logements sociaux bruxellois équipées d’unités de cogénération

Les jeunes candidats acheteurs n'ont pas le budget pour des rénovations énergétiques

Les jeunes candidats acheteurs n'ont pas le budget pour des rénovations énergétiques

Plus d'articles