Suivre La Chronique

Eloge de l’habitat innovant aux Erasmus Gardens

Sujets relatifs :

, ,
Eloge de l’habitat innovant aux Erasmus Gardens

Des bassins participeront à la gestion des eaux de pluie.

Le vaste projet Erasmus Gardens de Bpi, développé en partenariat avec Belfius à un jet de pierre de l’hôpital Erasme à Anderlecht, d’où son nom, est un projet qui correspond bien à la stratégie de ce promoteur actif en Belgique, au Luxembourg et en Pologne: innovant, conçu pour évoluer avec les générations qui y vivront et durable.

Avec ses 1.300 appartements sur une superficie totale de 13 ha, ce projet dense encourage à coup sûr le développement urbain aux limites de la Région bruxelloise. L’environnement rural du Pajottenland voisin y côtoie l’hôpital Erasme, le futur Institut Bordet, des facultés de l’Ulb, le parc d’activités de citydev et diverses entreprises. Manquait donc du logement. Une lacune qui sera largement comblée d’ici 2020 puisque le site devrait accueillir à terme quelque 3.000 occupants.

Croissance urbaine

Erasmus Gardens entend utiliser sa superficie de 13 ha de manière optimale, ce qui permettra une croissance urbaine à haute densité, associée à des espaces publics de qualité, le tout relié par des chemins piétons. Au centre du site, une place publique de 3.500 m2, la Plaza, peut être considérée comme le centre névralgique du projet. La commune adaptera également la voirie qui longe le site dans une optique de mobilité douce.

Tout public

Comme il se doit, la mixité fonctionnelle et générationnelle est de mise. Erasmus Gardens comprendra ainsi une école pour 500 élèves, une crèche pour 50 enfants, des kots étudiants, des logements compacts ou «micro-living» correspondant à une certaine demande, une résidence-service pour les seniors, des services locaux comme du car-sharing, des boîtes aux lettres intelligentes, des espaces partagés, des poubelles communes sous la forme de conteneurs enterrés, des éventuelles bornes pour voitures électriques, des panneaux photovoltaïques et autres pop-up stores. Sans oublier les appartements de 1, 2 ou 3 chambres et les studios.

Bref, Erasmus Gardens entend répondre aux aspirations les plus larges, allant des jeunes primo-acquérants aux seniors en passant par les familles avec petits et grands enfants, les étudiants, les investisseurs,…

Matériaux locaux

Tous les bâtiments des Erasmus Gardens répondent aux normes bruxelloises en matière d’habitation passive ou basse énergie. Le projet recourt aussi tant que possible aux matériaux locaux comme la brique, la pierre bleue et des pavés en bétons «made in Belgium». Les plantations seront des espèces indigènes.

Les chemins piétons de l’ensemble sont organisés autour de plusieurs bassins et d’un parc de 1,4 ha. Ces bassins parteciperont à la gestion de l’eau de pluie, qu’ils recueilleront pour la distiller ensuite lentement vers les égouts tout en veillant au développement de la biodiversité.

3 phases

La première phase du projet porte sur 60.000 m2 et consiste en la construction d’une école pour 500 élèves, d’une crèche pour 50 enfants, de 210 logements sociaux gérés par le Foyer Anderlechtois, d’une maison de repos de 160 lits et de 35 résidences-services, d’une première maison d’étudiants de 300 chambres et d’un dépôt pour la Stib de 9.500 m2.

Face au succès de cette première phase, Bpi a pu lancer immédiatement la deuxième phase qui se compose de 240 appartements autour de la Plaza. Ils sont répartis dans plusieurs bâtiments, avec différents types de logements, degrés de finition et prix, afin de proposer une offre variée et répondant aux besoins les plus divers.

La troisième phase, composée de 180 unités, est actuellement en développement. Des produits haut de gamme et confortables seront complétés par des logements compacts et du micro-linving à prix plus abordable.

Les premiers habitants prendront possession des lieux en 2018. Ensuite, le site se peuplera au fil des mois jusqu’à la fin de 2020 lorsque toutes les phases devraient être achevées.

De 250 à 300 millions d’euros

La génèse du projet a duré 3 ans, les premiers permis de lotir ayant été délivrés en avril 2014. L’ensemble est développé avec le bureau d’architectes A2RC et avec Jnc pour la planification urbanistique. L’investissement global oscille entre 250 et 300 millions d’euros.

Nous vous recommandons

Besix livre le projet Sluishuis Amsterdam

Besix livre le projet Sluishuis Amsterdam

Besix Red et Vorm ont achevé le projet Sluishuis Amsterdam après quatre ans de construction. Doté notamment de 442 logements, sa particularité vient du fait qu’il semble flotter sur l’eau grâce[…]

27/07/2022 | InternationalProjets
B-architecten participe à la transformation de l’ancienne prison à dôme de Breda

B-architecten participe à la transformation de l’ancienne prison à dôme de Breda

Le projet ougandais d’Enabel récompensé aux Architizer A+ Awards

Le projet ougandais d’Enabel récompensé aux Architizer A+ Awards

Les architectes s’attendent à un impact majeur du Green Deal européen

Les architectes s’attendent à un impact majeur du Green Deal européen

Plus d'articles