Suivre La Chronique

Exosquelette? N'ayez pas peur! Bien au contraire…

Sujets relatifs :

, ,
Exosquelette? N'ayez pas peur! Bien au contraire…

© Possessed Photography

C'est quoi un exosquelette? Rien de bien méchant ni de fantomatique, rassurez-vous. D'ailleurs, le terme est bien choisi puisque cet instrument extérieur à votre corps («exo») vient accompagner votre geste répétitif comme un «squelette» artificiel, doté d'une force et d'une résistance bien supérieures à celles de votre propre squelette… et avec le bon mouvement, bien précis, qu'on lui a appris. Pour l'entrepreneur, c'est tout gagné. D'ailleurs, le Centre Scientifique et Technique de la Construction (CSTC) décrit cette technologie nouvelle comme l'une des plus prometteuses pour notre secteur de la construction.

Concrètement, la technologie de l'exosquelette (déjà appliquée avec succès dans quelques entreprises) permet de travailler plus vite et de façon plus sûre lorsqu'il s'agit d'accomplir des gestes répétitifs demandant un effort physique. L'exosquelette qu'on porte sur soi accompagne le mouvement du corps. Il prend sur lui un effort physique que, sans cette aide mécanique, l'ouvrier devrait chaque fois réaliser lui-même.

Productivité accrue

Qu'il s'agisse de peindre un plafond, de démolir une façade au marteau pneumatique ou de soulever des blocs de béton, ces tâches répétées à longueur de journée provoquent une fatigue musculaire et articulaire qui nécessite des pauses. Une blessure peut aussi survenir, qui entraîne alors un arrêt de travail de quelques jours ou semaines avec toutes les répercussions possibles sur le planning du chantier.
 
Vous l'aurez compris, un outil comme l'exosquelette - qui permet de travailler moins péniblement et sans fatigue - améliore du même coup la productivité… Il peut d'ailleurs aider à faire des gestes même complexes et variés qui requièrent une grande flexibilité.

Passif ou actif?

Aujourd'hui, la plupart des exosquelettes sont «passifs». Entendez par là qu'ils ne contiennent pas de moteur, mais des ressorts. L'opérateur «charge» les ressorts quand il se penche en avant, par exemple. Il se redresse ensuite plus facilement et préserve son dos grâce à l'action des ressorts lorsqu'ils reprennent leur forme initiale.

L'exosquelette se porte comme un harnais ou un sac à dos (© photo: Nonet).

Ne pas forcer pour autant…

L'exosquelette peut, par exemple, permettre la manutention sans effort de volumes pesants. Il permet ainsi de manipuler des outils lourds pendant plusieurs dizaines de minutes, soit vingt fois plus longtemps que sans cette assistance. Mais attention: ne vous transformez pas pour autant en super-héros et continuez à respecter les règlements de travail en vigueur, spécifiant les charges maximales qu'un individu peut porter.

Divers types d'appareils

Selon la partie du corps à protéger, on choisira tel ou tel type d'exosquelette. Certains soulagent les épaules en gardant les bras à bonne hauteur pour faire des travaux de peinture ou de ponçage, par exemple. D'autres soulagent le dos du maçon ou de l'ouvrier qui perce un mur de béton. D'autres encore aident l'opérateur à rester accroupi ou à genoux los de la pose de canalisations ou de carreaux. Même pour une tâche aussi précise que l'étalement du gravier, il existe un exosquelette spécifique!

L'exemple de Nonet

Le Groupe Nonet a, par exemple, acquis deux exosquelettes (environ 5000 EUR chacun) pour réduire la pénibilité du travail sur chantier de démolition. Aurélien Nonet nous explique qu'un ouvrier peut être amené à travailler des heures avec un marteau-piqueur de sept à huit kilos en mains. L'exosquelette (dont le bras supporte 80 % du poids de la machine) lui facilite grandement la tâche: «Nous mettons ces appareils à la disposition des équipes qui en ont besoin et elles en sont friandes! Nos ouvriers peuvent rentrer chez eux le soir sans plus être épuisés comme avant. Nos hommes apprécient cet investissement dans leur bonne forme qui leur permet d'avoir une carrière plus longue. C'est un outil précieux pour une bonne gestion du personnel…».

Une technologie mûre

Même si les exosquelettes n'ont fait que récemment leur apparition dans le secteur de la construction, cette technologie ne date pas d'hier. Certaines marques sont même déjà classées parmi les équipements de protection individuelle. Les nouvelles générations d'exosquelettes sont toujours plus légères, plus ergonomiques et plus simples d'utilisation, sans qu'aucune connaissance ne soit requise a priori. Il suffit de régler l'exosquelette dans une position confortable, en suivant les recommandations du fabricant. Et la durée de vie d'un exosquelette est estimée à dix ans, pour un coût tout à fait raisonnable.
 

Références: 

Compilation libre d'un article paru en pp. 16 et 17 du CSTC-Contact 2021/1 (Cliquez ici pour le consulter).
Seul cet article original peut être cité en référence.
 
Victor Vicour

Nous vous recommandons

PlanRadar se lance en Belgique

PlanRadar se lance en Belgique

PlanRadar, acteur majeur du marché de la proptech dans le domaine de la documentation et de la communication pour les projets de construction et immobiliers, s’engage sur le marché du Benelux.  Avec sa solution SaaS[…]

28/09/2021 | BIMDigital
Besix et Proximus créent une startup experte dans le Smart Building

Besix et Proximus créent une startup experte dans le Smart Building

Elia teste l’inspection des lignes à haute tension avec des drones

Elia teste l’inspection des lignes à haute tension avec des drones

Les simulations en ligne de prêt hypothécaire ont le vent en poupe

Les simulations en ligne de prêt hypothécaire ont le vent en poupe

Plus d'articles