Suivre La Chronique

Fediex: un secteur de taille

Sujets relatifs :

, ,
Fediex: un secteur de taille

Si bon nombre des carrières wallonnes sont séculaires, la Fediex (la Fédération de l’Industrie extractive et transformatrice) fête, elle, ses 75 ans cette année.

Le secteur, plutôt discret, est un maillon essentiel de l’activité économique et industrielle du pays. Quelques chiffres: plus de 4.000 emplois locaux, 8.000 emplois indirects, plus de 720 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel, près de 200 sites d’extraction, 85% du tonnage extrait en Belgique (pour les membres de la Fediex), mais le tout ne représentant que 0,1% du territoire belge.

Des champions internationaux

La présence de roches de qualité dans le sous-sol belge a permis à des grands noms de l’industrie extractive et transformatrice comme Lhoist, Carmeuse ou Sibelco de se démarquer au niveau international. Côté emploi, non délocalisable, la stabilité et la diversité des profils sont de mise: ingénieurs, chefs-mineurs, laborantins, électromécaniciens, foreurs, mineurs, tailleurs de pierre, conducteurs d’engins, opérateurs de concassage, etc. Une étude a montré que la durée moyenne de l’emploi dans le secteur en Europe est de 17 ans.

Des vertus du dialogue

Sous la pression des changements de réglementations, la Fediex a en outre changé d’optique, adoptant le mode «partenariat» avec ses interlocuteurs. Une charte «Carrière et Biodiversité» a par exemple débouché sur le projet «Life in Quarries» qui favorisera la biodiversité dans 36 sites carriers avec le soutien de l’UE et de la Région wallonne (www.lifeinquarries.eu).

H2O

Par ailleurs, le secteur collabore avec des sociétés distributrices d’eau pour valoriser 10 millions de m3 d’eau par an en eau potable, soit 27% des eaux d’exhaure de divers sites carriers du Hainaut. D’autres projets de la même veine visent à augmenter ce cubage de 12 millions de m3.

Débouchés et défis

Les grands défis du secteur se «résument» à 4 P. «P» comme produit innovant. «P» comme personnel, dont les qualifications doivent rester à la pointe. «P» comme préservation de la ressource. Enfin, «P» comme persévérance car les échelles de temps de cette industrie ne sont pas comparables avec les rythmes des résultats trimestriels…

Nous vous recommandons

L’industrie de la pierre naturelle se regroupe autour de la BNSA

L’industrie de la pierre naturelle se regroupe autour de la BNSA

La Benelux Natural Stone Association (BNSA) est une association regroupant toutes les entreprises actives dans le secteur de la pierre naturelle en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg. Des carrières et importateurs aux transformateurs[…]

E. Victor-Meyer, des activités diversifiées mais un seul mot d’ordre: l’excellence

E. Victor-Meyer, des activités diversifiées mais un seul mot d’ordre: l’excellence

Kilkenny Limestone fait aussi son tour de France 2019

Kilkenny Limestone fait aussi son tour de France 2019

Fossil Stone de Beltrami: de vieux fossiles pour un jeune produit

Fossil Stone de Beltrami: de vieux fossiles pour un jeune produit

Plus d'articles