Suivre La Chronique

Filière bois: état des lieux

Sujets relatifs :

, ,
Filière bois: état des lieux

Bonne tenue de la construction bois.

Légère progression de la surface forestière wallonne, érosion de l’emploi salarié, bonne tenue de la construction bois, diminution des volumes vendus en forêt publique... Tous les deux ans, l’Office économique wallon du bois dresse, en chiffres et en schémas, un nouvel état des lieux socio-économique de la filière bois en Wallonie. Au-delà d’une simple actualisation des chiffres de la précédente édition, le PanoraBois 2019 s’enrichit de 24 pages supplémentaires. Un élargissement qui a porté notamment sur une analyse approfondie de la filière en termes d’entreprises et d’emplois à Bruxelles et en Flandre, de façon à s’en faire une idée à l’échelle nationale.

Quelques chiffres extraits de ce PanoramaBois 2019:

◊ la surface forestière wallonne couvre 557.909 ha, dont 86% de surface productive;

◊ on compte 83.848 propriétés, d’une surface moyenne de 3 ha;

◊ de 2012 à 2019, le nombre d’entreprises est à la hausse en Wallonie avec une progression de 7.813 à 7.990 sociétés au cours de ces 8 années. Plus en détails, on notera une stabilité dans la sylviculture et l’exploitation forestière, un recul dans la pâte à papier, le papier et le carton, dans le meuble, le commerce de gros et de détail, mais une progression dans le travail du bois et la menuiserie;

◊ par Région, il apparaît que la sylviculture/exploitation forestière et la menuiserie dominent en Wallonie et que la Flandre et Bruxelles font aussi la part belle à la menuiserie. Le commerce de détail du bois est également plus présent à Bruxelles que dans les deux autres Régions;

◊ côté consommation de bois en Wallonie, la pâte à papier et les panneaux restent stables, les pellets et le bois énergie croissent tandis que les chantiers de découpe, les scieries de bois feuillus et de bois résineux sont en recul.

Au-delà de ces chiffres, il faut également souligner que 2018 restera longtemps dans la mémoire des forestiers. Si la crise des scolytes de l’épicéa concentre toutes les attentions depuis l’automne dernier, compte tenu de son importance et de ses conséquences économiques tant pour les propriétaires que pour la filière, elle ne doit pas non plus occulter les attentions à porter aux autres essences: mélèzes, pins et douglas, mais également chênes et hêtres, conclut l’Oewb.

La surface forestière wallonne couvre 557.909 ha, dont 86% de surface productive.

 

La crise des scolytes de l’épicéa, une préoccupation majeure depuis l’automne dernier.

Nous vous recommandons

Norbord poursuit ses efforts contre les nuisances olfactives

Norbord poursuit ses efforts contre les nuisances olfactives

Dans le cadre de sa réunion d’information annuelle, le fabricant de panneaux OSB (Oriented Strand Board) Norbord a présenté son bilan quant à la gestion des nuisances olfactives. L’utilisation d’un[…]

20/11/2019 | NuisancesNorbord
2e édition des Fibres d’Or

2e édition des Fibres d’Or

Zircon ne viendra pas les mains vides au salon Pro & Garden de Courtrai

Zircon ne viendra pas les mains vides au salon Pro & Garden de Courtrai

La construction bois déploie ses ramures de plus en plus loin

La construction bois déploie ses ramures de plus en plus loin

Plus d'articles