Suivre La Chronique

Global LafargeHolcim Awards 2018: les femmes à l’honneur

Sujets relatifs :

,
Global LafargeHolcim Awards 2018: les femmes à l’honneur

© Les trois projets lauréats sont tous dirigés par des femmes comme le projet «Legacy Restored» au Niger mené par l’architecte iranienne, Yasaman Esmaili et sa consoeur nigérienne, Mariam Kamara. (© Fondation LafargeHolcim)

Des projets menés au Mexique, au Niger et aux Etats-Unis remportent la 5e édition des Global LafargeHolcim Awards pour la construction durable. Que ce soit en termes de situation géographique, de programme ou d’échelle, les trois projets lauréats n’ont pas grand-chose en commun, si ce n’est – et ça vaut la peine d’être souligné – qu’ils sont tous dirigés par des femmes.

Les experts de renom qui composent le jury indépendant ont examiné les 15 projets de toutes origines, retenus pour la phase internationale qui clôt les LafargeHolcim Awards. Pas moins de 5.085 projets et visions concernant 131 pays ont été soumis à la 5e édition des LafargeHolcim Awards.

«Les trois projets récompensés par les Global Awards s’inscrivent dans une démarche de complémentarité. Ils proposent des modèles pour les mégalopoles, les communautés urbaines et les villages ruraux isolés», a déclaré le président du jury, Alejandro Aravena (Chili). «Ils sont révélateurs de deux tendances dans le discours sur le développement durable: la priorité donnée à l’infrastructure et de nouvelles formes d’appropriation des méthodes de construction traditionnelles.» Et le président d’ajouter: «Bien que ce point n’ait pas été pris en compte pendant l’examen des dossiers, le jury est ravi de constater la part importante et le succès des femmes dans les LafargeHolcim Awards.»

Ce concours doté de 2 millions de dollars est organisé par la Fondation LafargeHolcim, une initiative de LafargeHolcim, leader mondial des matériaux et des solutions de construction.

And the winners are…

  •  «Hydropuncture»
(© Fondation LafargeHolcim)

Le prix d’or des Global LafargeHolcim Awards 2018 honore le projet «Hydropuncture», une installation de traitement et de retenue des eaux ouverte au public au Mexique. L’équipe de projet est dirigée par Loreta Castro Reguera, directrice architecturale chez Taller Capital, et Manuel Perló Cohen, chercheur à l’Universidad Nacional Autónoma de México.

Le projet d’infrastructure, implanté dans un secteur défavorisé de Mexico City, se compose de bassins de retenue et d’aménagements publics organisés en entrelacs, en suivant le cours naturel de l’eau.

«Le jury a choisi d’attribuer l’or au projet de traitement des eaux au Mexique parce qu’il prévoit de grandes infrastructures urbaines qui remplissent de multiples objectifs et créent des espaces citoyens. En outre, ce projet sophistiqué aborde un problème urgent en le traitant à une échelle ayant un impact réel», a souligné Alejandro Aravena.

 

  • «Legacy Restored»
(© Fondation LafargeHolcim)

Le projet «Legacy Restored», prix d’argent du concours, est un complexe à la fois religieux et laïc, associant une nouvelle mosquée et un centre communautaire au Niger dont il revisite l'architecture traditionnelle. Il est l’œuvre des architectes Mariam Kamara, atelier Masomi (Niger), et Yasaman Esmaili, studio Chahar (Iran). Il propose un espace citoyen ouvert à tous les habitants du village de Dandaji, favorise l’éducation des femmes et renforce leur présence au sein de la communauté. Sa stratégie met en exergue l’artisanat local, les techniques de construction traditionnelles et les matériaux produits sur place.

«L’utilisation de l’architecture comme instrument pour rétablir la dignité des communautés rurales fragiles et dépeuplées par l’exode rural» a été l’une des principales motivations qui ont présidé à l’attribution du prix d’argent au projet du Niger», a expliqué Alejandro Aravena.

 

  • «Grassroots Microgrid»
(© Fondation LafargeHolcim)

Le prix de bronze est décerné au projet de quartier à vocation communautaire «Grassroots Microgrid» à Detroit (USA). Ce projet convertit des parcelles désaffectées en infrastructure collective de production énergétique et maraîchère tout en s’appuyant sur l’engagement citoyen. L’équipe de concepteurs, nombreuse, est dirigée par Constance C. Bodurow, directrice et fondatrice de studio[Ci], un collectif d’architecture interdisciplinaire de Détroit. Le projet rend les quartiers autonomes sur le plan énergétique grâce à une micro-infrastructure, il transforme en actif une surface inoccupée et invente un nouveau paradigme économique de renouveau communautaire.

Nous vous recommandons

Le jury du Prix Mies van der Rohe 2019 plébiscite une architecture qui met l’humain au centre de ses préoccupations

Le jury du Prix Mies van der Rohe 2019 plébiscite une architecture qui met l’humain au centre de ses préoccupations

Le 10 avril 2019, la Commission Européenne et la Fundació Mies van der Rohe ont dévoilé les gagnants du Prix d'architecture contemporaine de l'Union Européenne – Prix Mies van der Rohe 2019. Et[…]

17/04/2019 |
 Un hébergement flottant dans une enveloppe en verre

Un hébergement flottant dans une enveloppe en verre

La place Rouge était blanche

La place Rouge était blanche

Prix Mies van der Rohe: 5 finalistes en lice dont un belge

Prix Mies van der Rohe: 5 finalistes en lice dont un belge

Plus d'articles