Suivre La Chronique

Interview

«Il faut adopter une démarche technologique au plus tôt car l’apprentissage prend du temps»

Sujets relatifs :

,
«Il faut adopter une démarche technologique au plus tôt car l’apprentissage prend du temps»

© Aboreal

La Chronique donne la parole à un(e) CEO ou dirigeant(e) actif/ve dans le secteur belge de la construction au sens large. Cette semaine, c’est au tour de Bernard Jacquet, de l'entreprise Aboreal, de répondre à nos cinq questions.

Intelligence artificielle, réalité virtuelle, énergie hydrogène, drones, big data, impression 3D, … Selon vous, quelle nouvelle technologie influencera le plus votre activité dans les années à venir?

Au sein d’Aboreal, le BIM (Building Information Modeling) est très largement utilisé. Il consiste à modéliser toutes les données de la construction d’un bâtiment sur une reproduction numérique. Chaque bureau d’études ou corps de métier intègre ses plans/ressources sur une maquette commune et accessible à tous. La maquette se base sur les plans de l’architecte et se complète avec les plans de stabilité, des techniques spéciales, etc. Cela limite fortement le risque d’erreur et permet d’envisager d’autres finalités comme la constitution de métrés, la visualisation 3D en temps réel, la maintenance…
 
Selon moi, il est important de se mettre dès aujourd’hui à travailler dans une démarche technologique car l’apprentissage et la mise en place demandent beaucoup de temps. Il faut ensuite travailler avec des partenaires capables de l’utiliser également.

Quel métier de la construction les garçons et les filles devraient-ils choisir à l'école aujourd'hui pour garantir une carrière bien rémunérée et intéressante dans le secteur de la construction : charpentier, menuisier, plombier, ... ou plutôt programmeur?

La chance dans notre secteur est que la plupart des métiers sont très recherchés et correctement rémunérés. Qu’il s’agisse d’être charpentier, menuisier, plombier ou encore programmeur, le plus important est d’être bien formé et d’être heureux dans son travail.

Qu'est-ce que la crise du virus vous a appris sur votre entreprise (dont vous n'étiez pas conscient auparavant)?

Sur le long terme, la crise n’a pas apporté de gros changements internes. Le télétravail a toujours été possible mais il est essentiel de pouvoir faire des réunions et d’échanger régulièrement son expérience en présentiel. Il est par ailleurs impossible de gérer un chantier uniquement à distance, les visites régulières sont bien entendu essentielles.

Quelle est, selon vous, la plus grande menace qui pèse sur votre entreprise ou votre secteur (concurrence étrangère (de quel pays), manque de personnel qualifié, coûts de la main-d'œuvre, etc.)

La complexité des procédures administratives occasionne souvent des lenteurs et des incompréhensions dans les demandes de permis. Ceci peut aller jusqu’au gel ou à l’abandon complet d’un projet. C’est un vrai problème compte tenu de la valeur des terrains et du cout des études engagées.

Construisons-nous encore pour l'éternité ou les bâtiments, routes, ponts, etc. auront-ils bientôt une date d'expiration?

Pour ce qui est des bâtiments, l’évolution la plus importante a eu lieux ces 5 dernières années avec la mise en application de normes énergétiques strictes. Dans un avenir proche, il y aura probablement de grosses différences entre les bâtiments récents, très peu énergivores et les autres qui risquent de devenir obsolètes.
 

Nous vous recommandons

«La numérisation est indispensable pour accélérer les processus dans le secteur de l'immobilier»

Interview

«La numérisation est indispensable pour accélérer les processus dans le secteur de l'immobilier»

La Chronique donne la parole à un(e) CEO ou dirigeant(e) actif/ve dans le secteur belge de la construction au sens large. Cette semaine, c’est au tour de Cedric Vanhenxcthoven, CEO de Heylen Vastgoed, de répondre à nos[…]

24/03/2022 |
«Si la législation avance plus vite que le secteur, nous nous ferons écraser par nos concurrents étrangers»

Interview

«Si la législation avance plus vite que le secteur, nous nous ferons écraser par nos concurrents étrangers»

«C’est la motivation dans les choix professionnels qui déterminera la réussite»

Interview

«C’est la motivation dans les choix professionnels qui déterminera la réussite»

«Rendre notre offre pérenne et circulaire est une exigence absolue»

Interview

«Rendre notre offre pérenne et circulaire est une exigence absolue»

Plus d'articles