Suivre La Chronique

Immobilier: kén' affaire à Lîdje

Sujets relatifs :

, ,
Immobilier: kén' affaire à Lîdje

En Province de Liège, comme au niveau national, le marché immobilier reste une valeur sûre. La province de Liège réalise 8,7% des transactions immobilières nationales et reste la 2e province wallonne la plus importante en nombre de transactions après le Hainaut.

Tout comme en 2015, les candidats acquéreurs se sont principalement tournés vers les maisons jointives ou semi-jointives dont les prix étaient inférieurs à 200.000 euros, encouragés en cela par les taux attrayants des crédits hypothécaires.

A l’inverse, sur les trois premiers trimestres de 2016, le nombre de permis de bâtir pour de nouveaux logements en Province de Liège a chuté de 32,2% avec 1.890 nouveaux dossiers octroyés, contre 2.786 en 2015 pour la même période! Une chute d’autant plus étonnante que les permis de bâtir sont en hausse au niveau national (+16,8%), même si cette augmentation est en très grande partie due à la Flandre.

Les maisons mitoyennes encore accessibles

Le marché des maisons jointives est resté stable dans l’ensemble de la Province.  Et les tranches de prix relatives à ce type de biens restent accessibles vu les taux bas des crédits hypothécaires. Le prix moyen des maisons est ainsi passé de 164.976 euros en 2015 à 167.905 euros en 2016, ce qui représente une hausse de 1,8%.

Malgré des prix parfois élevés, les biens neufs ont également séduit de nombreux candidats bâtisseurs. A cet égard, les aspects énergétiques et la peur de se lancer dans des travaux de rénovation longs et onéreux ont joué un rôle important. En revanche, les conditions d’octroi des crédits hypothécaires restent toujours extrêmement restrictifs, ce qui conduit à de nombreux refus de crédits.

De manière générale, les communes des hauteurs de la province et des cantons rédimés sont toujours celles où on relève les prix les plus élevés: 227.365 euros à Aubel, 227.135 euros à Chaudfontaine et 223.645 euros à Jalhay.  A l’inverse, les prix les plus bas sont observés à  Seraing (120.313 euros) et Engis (127.839 euros).

Les villas ne trouvent plus preneurs

Le prix moyen des villas est passé de 323.310 euros à 300.819 euros, soit une diminution de 7% (contre +5,5% à l’échelle nationale), alors qu’en 2015, le prix avait augmenté de 10,7%.

Mais même à ces prix-là, les acquéreurs ne se bousculent pas au portillon. Il est vrai qu’il faut disposer de fonds propres importants. En outre, il s’agit souvent d’un habitat relativement ancien, absolument plus aux normes actuelles en matière de performances énergétiques, d’installation électrique, etc. Enfin, ces biens sont très souvent construits sur des terrains assez grands (plus de 1.500 m²), dans des endroits relativement éloignés des voies de communication, ce qui ne constitue plus des avantages aux yeux des candidats acquéreurs actuels.

Appartements: le neuf a la cote

Le prix moyen des appartements a légèrement augmenté avec une progression de 1,6% en 2016 et un prix moyen qui passe de 150.932 euros à 153.310 euros.

Il apparaît que ce sont les appartements 1 chambre et 2 chambres qui influencent le plus le prix moyen des appartements, ceux-ci représentent respectivement 23% et 60% des transactions pour des appartements en Province de Liège.

En 2016, le prix moyen a augmenté de 2,2% pour les 1 chambre et de 4,6% pour les 2 chambres alors que, dans le même temps, il a diminué de 7,2% pour les 3 chambres.

L’appartement neuf reste attractif, même s’il est plus cher. La consommation énergétique, mais également la crainte de frais à venir dans les anciennes résidences à appartements sont deux facteurs qui permettent d’expliquer cet attrait pour les appartements neufs.

Les notaires liégeois ont ainsi relevé de nombreux projets de construction de résidence à appartements, notamment sur les entités de Liège Ville (place Saint-Paul, place Cathédrale), à Awans, Rocourt, Aywaille, Sprimont, Spa, Stavelot, Malmedy, Saint-Vith, Marchin, Hannut.

Et la demande est forte pour ces projets neufs ou en voie de construction. Il n’est pas rare de voir de tels biens se vendre à des prix oscillant entre 2.500 euros et 3.000 euro/m2.

Terrains à bâtir: les prix augmentent, les surfaces rapetissent

Le prix moyen d’un terrain à bâtir en Province de Liège est de 79,9 euros/m², soit une hausse de 10,4%. Les mètres carrés constructibles étant plus onéreux, il est normal que le prix moyen au mètre carré tend à également augmenter, mais cela est compensé par le fait que les terrains à bâtir vendus ont des superficies plus réduites. Résultat: le prix d’acquisition moyen a diminué.

Globalement, le prix des terrains à bâtir reste élevé à proximité des axes autoroutiers et le long de la frontière linguistique et de la frontière allemande. C’est d’ailleurs une constante depuis plusieurs années.

Par ailleurs, comme les années précédentes, plusieurs notaires liégeois ont constaté une augmentation importante de la demande pour les terrains agricoles et les fonds de bois, principalement en zone rurale; des biens qui pourraient servir de «valeur refuge» en période de crise.

 

Nous vous recommandons

Appel à auteurs de projet: une nouvelle identité pour la police de Bruxelles-Capitale Ixelles

Appel à auteurs de projet: une nouvelle identité pour la police de Bruxelles-Capitale Ixelles

La Ville de Bruxelles recherche une équipe pluridisciplinaire pour un projet ambitieux: installer la police de Bruxelles-Capitale Ixelles dans le bâtiment de La Ligne. L’objectif est de réunir les différents[…]

11/10/2019 | Rénovation
La suppression du woonbonus entraîne un rush sur l’immobilier en Région flamande

La suppression du woonbonus entraîne un rush sur l’immobilier en Région flamande

Le marché immobilier côtier a le vent en poupe

Le marché immobilier côtier a le vent en poupe

Immobilier industriel en Flandre: pénurie de terrains

Immobilier industriel en Flandre: pénurie de terrains

Plus d'articles