Suivre La Chronique

Inflation et perturbations sur le marché des matériaux: que faire?

Sujets relatifs :

Inflation et perturbations sur le marché des matériaux: que faire?

Crise sanitaire, guerre en Ukraine… Pour nos entreprises, cela a entraîné des hausses de prix importantes sur les matériaux de construction, un allongement des délais de livraison et parfois même de réelles pénuries. Prudence donc, car si le coût de la construction augmente plus vite que le coût de la vie, nos clients vont se raréfier. Le Centre Scientifique et Technique de la Construction s'est penché sur la question et nous donne quelques recommandations pour positionner nos entreprises en pareil contexte.

L'augmentation des coûts des ressources a bien évidemment une incidence sur nos prix de vente. L'offre de l'entrepreneur tient normalement compte des coûts directs liés aux postes (tels que les matériaux, la main-d'œuvre, la sous-traitance ou le matériel), mais aussi des coûts indirects, des marges bénéficiaires et d'un coefficient de risque. 

Flambée du coût des matériaux

Un exemple parlant: en mars 2021, pour la pose d'un parquet, les matériaux ne représentaient que 65 % du coût et en avril 2022, on en est à 75 %! La forte hausse du prix de l'énergie et ses répercussions sur les coûts de production et de transport est en bonne partie responsable de cette hausse du prix des matériaux. Mais d'autres facteurs ont pu jouer aussi: pénurie de matières premières, offre déséquilibrée par rapport à la demande, spéculation, difficultés d'approvisionnement, ... Entre janvier 2021 et avril 2022, voici les hausses de prix enregistrées pour divers postes:
  • pierres naturelles et sables: + 31,20 %
  • ciment: + 31,51 %
  • diesel: + 41,47 %
  • électricité: + 54,73 %
  • bois: + 76,16 %
  • acier: + 111,88 %
  • gasoil de chauffage: + 135,66 %
  • gaz naturel: + 148,48 %. 
Et ce n'est qu'un début!

En quinze mois de temps, le prix du bois a véritablement flambé: + 76,16 %!

Autres postes en croissance

Les salaires - sous notre régime d'indexation automatique - se sont aussi emballés depuis 2021; dans une moindre mesure certes que le coût des matériaux, mais ce surcoût devra bien sûr être intégré aux prochaines offres de prix.
 
En ce qui concerne la sous-traitance et le matériel, oublions les prix couramment pratiqués par le passé, car ils sont dépassés. Le coût de l'énergie a poussé vers le haut le coût du matériel. 
 
Les frais d'installation de chantier subissent de même la loi de l'inflation. Les déplacements, l'énergie, le matériel et les matériaux: tout coûte plus cher et la conjoncture économique actuelle ne risque pas d'inverser la tendance.
 
Les frais généraux tels que loyers, carburant, énergie (gaz, électricité, mazout), ou encore coût des heures non productives sont des postes qui gonflent, eux aussi, entraînés par tous les autres, dans un dangereux cercle vicieux. Le CSTC recommande aux entreprises de suivre régulièrement cette évolution de leurs frais généraux, afin d'éviter tout dérapage par rapport aux objectifs calculés. 

Recommandations pour chaque phase du projet

Entre la remise d'offre et la facturation, chaque phase du chantier implique une attention soutenue au contexte d'inflation. Dans «Les Dossiers du CSTC 2022/3.9» figurent les recommandations détaillées de notre centre de recherche sectoriel pour chaque phase de chantier: offre de prix, commande, préparation de chantier, achat, exécution, …
 
Le schéma ci-après résume ces recommandations par ordre chronologique, depuis l'offre jusqu'à l'exécution:

A chaque phase d'un projet, quelques conseils de prudence, vu l'inflation et la pénurie de matériaux.
En conclusion, il faut déjà prévoir que, faute de moyens suffisants, nos clients potentiels ne pourront plus faire réaliser certains projets qu'ils avaient ou devront réduire le parachèvement de certains projets entamés, ce qui réduira la charge de travail. Le CSTC préconise dès lors - paradoxalement, mais avec réalisme - de prospecter de nouveaux chantiers dans un tel contexte haussier, histoire de maintenir un niveau d'occupation suffisant de la main-d'œuvre.
 
Références:
Compilation libre de l'article «Inflation et perturbations sur le marché des matériaux de construction: quelles conséquences pour l'entreprise?» paru dans «Les Dossiers du CSTC 2022/3.9» et signé par D. Pirlot et M. Janssens, respectivement chef de division et conseiller à la division «Gestion et qualité» du CSTC. Seul ce texte original peut être cité en référence.
 
Victor Vicour
 

Nous vous recommandons

Comment peindre ou repeindre sur place des éléments en aluminium

Comment peindre ou repeindre sur place des éléments en aluminium

Dans le cadre de travaux de rénovation ou de réparation, on envisage quelquefois la (re)mise en peinture sur site d'éléments en aluminium. Très bien… mais il faut savoir que les couches d'oxyde[…]

22/11/2022 |
Le CSTC change de nom et devient «Buildwise»

Le CSTC change de nom et devient «Buildwise»

Chaufferies utilisant des granulés et plaquettes forestières: nouveau règlement

Chaufferies utilisant des granulés et plaquettes forestières: nouveau règlement

Comment contrôler un vase d'expansion fermé à pression variable?

Comment contrôler un vase d'expansion fermé à pression variable?

Plus d'articles