Suivre La Chronique

L'alternance se réforme

Sujets relatifs :

,
L'alternance se réforme

Le taux d?insertion à 6 mois des jeunes demandeurs d?emploi wallons sortis de l?enseignement est passé de 53,4% en 2014 à 56,9% en 2015.

Le Gouvernement wallon, et plus particulièrement Eliane Tillieux, ministre de l'Emploi et de la Formation, fait de la formation en alternance une priorité et veut balayer les clichés d'une filière de relégation. La dynamique enclenchée vise à mobiliser les ressources et expertises de tous les acteurs pour développer l'alternance et en faire une filière d'excellence.

Chaque année, les services du Forem réalisent une étude à propos de l'insertion des jeunes sur le marché du travail. La 8e édition de ce travail montre que la situation s'améliore. En effet, le taux d'insertion à 6 mois des jeunes demandeurs d'emploi wallons sortis de l'enseignement est passé de 53,4% en 2014 à 56,9% en 2015. C'est évidemment insuffisant, mais on progresse!

Si le nombre de jeunes de moins de 25 ans venant s'inscrire au Forem après l'école diminue régulièrement depuis 2012 (21.526 en 2015, 22.642 en 2014, 24.132 en 2013), certaines tendances de fond se confirment et méritent une analyse. Ainsi, les études qui offrent le meilleur taux d'insertion sont le bac (75%), le contrat d'apprentissage en alternance (61%) et le master (59%).

Les bons résultats de la formation en alternance, en matière de correspondance entre les compétences acquises par les jeunes et les compétences attendues par les entreprises, poussent à tout mettre en œuvre pour en faire une véritable filière d'excellence et un des principaux leviers pour conduire à l'emploi et contribuer au redéploiement économique.

Afin de soutenir cette filière, une réforme ambitieuse est en marche, traduisant la volonté du Gouvernement wallon de coopérer tous azimuts, de conjuguer les expertises et de faire essaimer les outils et pratiques.

Mais la qualité de l'alternance repose aussi sur l'harmonisation des statuts et sur la suppression des concurrences entre les acteurs de l'alternance. La nouveauté de cette rentrée réside dès lors dans la réorganisation des incitants financiers à la formation en alternance, en les rendant plus pertinents, plus efficaces et plus cohérents. Jusqu?ici, les jeunes, les entreprises et les opérateurs, selon les cas, leur profil ou leur statut, avaient droit ou non à des primes régionales et/ou à des «bonus de démarrage», «bonus de stage», etc.

Depuis le 1er septembre dernier, quatre primes sont octroyées pour tous les opérateurs, pour tous les jeunes et pour toutes les entreprises, quels que soient leur statut, leur âge, leur profil, pour autant qu?ils soient liés à un contrat d'alternance: une prime pour les entreprises, une pour les indépendants, une pour les apprenants et une pour les opérateurs. En simplifiant, aujourd'hui, un jeune est désormais égal à autre un jeune, qu?il vienne de l'enseignement ou de la formation.

Nous vous recommandons

Les secteurs de la peinture et de l’isolation toujours en difficulté

Les secteurs de la peinture et de l’isolation toujours en difficulté

La pénurie mondiale de matières premières essentielles au secteur entraîne une augmentations de prix sans précédent et des retards croissants dans les approvisionnements internationaux. A tel point que[…]

30/04/2021 | Socio-EconomieIsolation
Hausse de 8 % en un an du coût de la construction à Bruxelles

Hausse de 8 % en un an du coût de la construction à Bruxelles

Le nombre d’accidents du travail avec incapacité dans la construction en forte baisse

Le nombre d’accidents du travail avec incapacité dans la construction en forte baisse

Le secteur de la construction remonte la pente mais craint la hausse des prix des matériaux

Le secteur de la construction remonte la pente mais craint la hausse des prix des matériaux

Plus d'articles