Suivre La Chronique

L’ARAU veut régionaliser et transformer le bois de La Cambre

L’ARAU veut régionaliser et transformer le bois de La Cambre

Un nouveau chapitre s’ouvre pour «la saga du Bois de la Cambre». L’ARAU (Atelier de Recherche et d'action Urbaines), une association et un groupe de réflexion souhaitant promouvoir la ville comme lieu de vie volontaire, a établi une liste de 25 propositions tirée de 2 ateliers citoyens, dans le but de résoudre les problématiques urbaines qui découlent de la gestion du bois de La Cambre.

Depuis mars 2020 et le premier confinement, c’est une histoire qui fait couler beaucoup d’encre. D’abord totalement fermé à la circulation, le bois de la Cambre a ensuite vu ses portes se rouvrir partiellement en mai de la même année suite à une demande de consultation de la commune d’Uccle. La situation a de nouveau évolué en septembre, avec l’élaboration d’un plan de circulation qui sera à son tour contesté par la commune du sud de la capitale. Celle-ci déposera un recours en référé vis-à-vis des décisions de la Ville de Bruxelles, qui sera accepté par le tribunal de première instance. Ce dernier enjoindra la Ville de Bruxelles à rouvrir la boucle sud du bois à la circulation. Et cela n’est que le résumé d’une histoire bien plus longue et complexe. Mais si cette histoire a fait l’objet de tant de débats, c’est parce que le bois de La Cambre n’est pas que le poumon vert de la capitale: il est aussi un axe important de circulation, reliant plusieurs communes entre elles. 

La mobilité, mais pas que…

Si le débat sur la mobilité au sein du bois de La Cambre est important, l’ARAU souhaite également l’élargir à d’autres questions. Comme par exemple, celles relatives au manque d’infrastructure pour les usagers actifs, à l’efficacité médiocre des transports en commun ou encore à la perte de lisibilité et de mixité dans les usages de certains axes. Et pour ce faire, l’association a organisé 2 ateliers citoyens destinés à ouvrir la réflexion sur ces questions. Elle a donc convié des représentants des comités de quartiers et du secteur associatif, des chercheurs universitaires ainsi que des «experts urbains» pour s’exprimer sur ces thématiques et établir des diagnostics qui ont débouché sur des propositions concrètes. «À l’ARAU, nous avons élaboré ces propositions avec une certaine vision de la ville. Et de notre côté, nous avons réellement fait le maximum. Ce qu’on espère aujourd’hui, c’est qu’il y ait un pas en avant vers la régionalisation du bois de La Cambre» déclare Marion Alecian, directrice de l’ARAU.
 

La régionalisation du bois au centre des discussions

Ces propositions s’articulent autour de deux grands axes: repenser la chaussée de Waterloo et faire revivre le bois. Au nombre de 25, celles-ci s’attaquent de front à plusieurs problématiques telles que:
  • la suppression des stationnements automobiles dans les allées du bois;
  • la transformation des routes en zones de rencontre;
  • le renforcement de la vocation pédagogique du site;
  • l'interdiction des événements payants et de l'occupation privée des espaces publics;
  • le rétablissement d’une ligne de tram sur la chaussée de Waterloo;
  • ou encore l’amélioration de la qualité des cheminements piétons dans et autour du bois.
Mais l’une des plus importantes propositions concerne la régionalisation de la gestion du bois de la Cambre. L’ARAU souhaite en effet la confier à Bruxelles Environnement. Selon elle, cela permettrait d’avoir à disposition un personnel plus qualifié dans la gestion d’espace verts, des moyens financiers et humains plus importants, de réaliser des économies d’échelle en termes de coûts (grâce notamment à l’achat groupé de plants et de matériel) et de mieux répartir les événements entre les différents espaces verts gérés par la Région. «À partir du moment où le parc aura été régionalisé, on espère avancer pour mettre en place ces propositions petit à petit. Celles-ci nécessitent un plan d’ensemble, et plus précisément un plan de mobilité. Elles requièrent également des prises de position des opérateurs de transports en commun, et notamment de la STIB. Tout cela doit maintenant être approprié d’un côté par les autorités publiques, et de l’autre par les administrations compétentes» indique Marion Alecian.

Deux camps qui s’affrontent

Ce projet a ses défenseurs et ses détracteurs. Ainsi, les automobilistes et les commerçants situés aux alentours sont foncièrement contre la fermeture du bois aux voitures. Les premiers y voient une violation de leur liberté ainsi qu’une complexification des itinéraires, pouvant mener à une sur-fréquentation de la chaussée de Waterloo. Quant au second, ils craignent que les clients finissent par se décourager à se déplacer jusqu’à eux, faute d’alternative crédible. En outre, la commune d’Uccle, elle-même, s’y oppose. Mais l’ARAU peut également compter sur un certain nombre d’alliés. «Le milieu associatif est très mobilisé dans cette bataille et soutient nos propositions. On pense notamment au mouvement «Reclaim The Park», qui regroupe des associations, des citoyennes et des citoyens qui militent pour que le bois de La Cambre soit préservé du trafic routier. Et c’est la première fois que l’ARAU travaille aussi étroitement avec d’autres associations. Il y a également les habitants et certains commerçants qui savent très bien qu’à partir du moment où nous aurons une ligne de transport efficace, cela amènera automatiquement de nouveaux clients» conclut Marion Alecian. 
 

Nous vous recommandons

Besix livre un nouveau parking à vélos à la ville de Louvain

Besix livre un nouveau parking à vélos à la ville de Louvain

L'inauguration a eu lieu en présence du bourgmestre de Louvain, Mohamed Ridouani, de l'administrateur délégué de la SNCB, Sophie Dutordoir, du ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet et de[…]

Permis pour la passerelle sous le pont Jules de Trooz à Bruxelles

Permis pour la passerelle sous le pont Jules de Trooz à Bruxelles

Recherche équipe pour réaménager le square Jacques Franck

Recherche équipe pour réaménager le square Jacques Franck

Feu vert pour la construction de l'écoduc du bois de Halle

Feu vert pour la construction de l'écoduc du bois de Halle

Plus d'articles