Suivre La Chronique

L'architecture wallonne cultive ses formes

Sujets relatifs :

, ,
L'architecture wallonne  cultive ses formes

null

L'Union Wallonne des Architectes et la Maison régionale de l'Architecture et de l'Urbanisme ont organisé la 3e édition du Grand Prix d'Architecture de Wallonie 2015. Plus de 160 projets étaient 'en lice cette année. Palmarès.

n Catégorie habitat individuel: 2 lauréats ex aequo: le bureau d'architecture Vers plus de bien-être pour le projet maison Lathuy et AABE Bruno Erpicum pour la maison Deblauwe.

La maison Lathuy a une superficie de 160 m2 bruts et compte

deux logements et ateliers pour les week-ends sur un terrain commun à Jodoigne. Le terrain surplombe la route dont il se dissimule par un environnement boisé. Du côté jardin, la façade entièrement vitrée et la terrasse commune permettent de profiter un maximum de la relation au paysage et de ses quelques arbres remarquables. Les sensibilités et besoins des deux maîtres d'ouvrage ont généré des spatialités intérieures différentes. La volumétrie et les proportions permettent d'accueillir deux niveaux d'un côté pour un besoin supplémentaire de surface, et une

mezzanine dans un espace très ample pour répondre à une attention plus grande du rapport au jardin et à la lumière de l'autre. La maison a été réalisée entre août 2012 (études) et juin 2013 (livraison) pour un budget Htva de 190.000 euros. Sa structure est en bois et ses finitions sont brutes. Les travaux ont été confiés à la société Wood de Ruisbroek.

Quant à l'autre projet primé, la maison Deblauwe à Bousval, il fait appel au béton et au verre et s'organise, dans la partie haute du terrain, en fonction d'un chêne centenaire. Pour preuve, le choix des agrégats et les séquences de mise en 'uvre des murs alternent les surfaces douces et rugueuses en imitant l'écorce ponctuée d'aspérités du chêne. De même, les menuiseries en chêne brossé renvoient, elles aussi, à l'arbre. Pour les sols et plafonds par contre, ce sera du béton lisse.

Du côté de la rue et de l'entrée, les ouvertures sont rares: de longs voiles de béton assurent la privatisation des lieux. Au centre du bâtiment, de grandes baies vitrées éliminent toute frontière entre l'intérieur et l'extérieur. Les travaux ont été réalisés par la société Durce à Rhode-St-Genèse.

n Catégorie habitat collectif: le Bureau Matador pour le projet Caserne qui décroche aussi le prix spécial «Reconstruire la ville»'.

Ce projet est le fruit d'un Ppp lancé en 2006 par la ville de Mons lors d'un appel d'offres restreint. L'objectif du concours était

d'accorder les droits d'acquisition du dernier terrain important disponible en centre ville historique au projet lauréat, Mons s'engageant à financer la réalisation des espaces publics.

Sur la base d'un plan masse imposé, il s'agissait de concevoir un projet de 120 logements, quelques services et commerces, 150 places de parking et un jardin privé collectif nécessaire dans ce

morceau de ville déserté les soirs et les week-ends.

En matière d'urbanisme et d'architecture, le projet du bureau Matador devait répondre à une série de questions: que faire de ce grand îlot' Comment gérer l'éventuel déficit d'espace public dans ce quartier' Comment désenclaver les quartiers nord'est' Comment habiter au milieu de grands équipements' Comment s'installer, voire lier et/ou unifier autant d'objets différents que sont tous les équipements voisins' Comment tenir compte de deux biens historiques (la tour Valenciennes et le Manège)' Comment considérer la pente' Etc.

Pour y répondre, il a notamment dérogé au plan masse imposé en ajoutant un petit bâtiment. Ce dernier a le triple avantage de former un second îlot, de clarifier l'espace public en ménageant une double place en forme de diabolo et de générer un vis-à-vis au bâtiment long.

Le promoteur de ce projet est la société anversoise Himmos et le chantier a été confié à l'entreprise Antwerpse Bouwwerken. L'investissement dépasse les 17,9 millions d'euros.

n Catégorie bâtiments non résidentiels publics ou privés: ARJM Architecture pour le projet pôle Marexhe ' gare de Herstal' et deux mentions pour l'Atelier Pierre Hebbelinck et Pierre de Wit pour le Mémorial Museum à Mons et Label Architecture pour le centre culturel d'Andenne'.

Dans cette catégorie, le jury du Prix d'Architecture de Wallonie 2015 a posé un geste fort en primant la nouvelle gare de Herstal, véritable articulation entre divers espaces et garante d'une revitalisation d'un quartier en mutation avec un parcellaire typique (maisons ouvrières) en état de délabrement avancé et caractérisé par des rues étroites et sombres. La demande du maître d'ouvrage (la Ville de Herstal) consistait à reconsidérer ce quartier comme un nouveau pôle urbain, en repensant la gare et en créant un nouvel espace public (une place) et en imaginant de nouvelles implantations pour du logement, du commerce de proximité et de l'Horeca.

En finale, la nouvelle gare se définit comme un bâtiment-place qui connecte les espaces publics, recrée une relation avec le paysage de coteau mosan, tout en manifestant une identité forte et une lisibilité dans le tissu urbain en mutation. La gare est construite en béton apparent teinté en rouge dans la masse. Les faces latérales de l'édifice ont une apparence brute, par l'usage de coffrages en lattes verticales de bois imprimant du motif dans la texture du béton. La face avant, quant à elle, bordant l'espace public, est lisse et propose une colonnade verticale. Il consiste en un maillage de dalles en béton lavé, dont le granulat en quartz blanc donne un côté lumineux à la place. Le mobilier urbain est en béton blanc. Ces matériaux ont aussi été choisis pour leur caractère durable face à l'usage intensif de l'espace public.

Le projet, d'un montant de 3.290.000 euros, a été réalisé par Bam-Galère. La réception provisoire aura lieu en 2016.

n Catégorie espaces ouverts publics ou privés, ouvrages d'art: le bureau d'architecture Vers plus de bien-être pour le château d'eau de Ghlin et une mention pour l'AM l'Escaut/V+ pour l'aménagement des quais en rive gauche de la Sambre à Charleroi.

Les châteaux d'eau sont des ouvrages qui, au-delà de leur rôle technique, dessinent les paysages. Réalisés principalement au cours du XXe siècle, ils ont souvent des formes bien définies. Dans ce cas-ci, le maître d'ouvrage (l'intercommunale Idea/la commune de Mons Ghlin) a profité de la rareté de la construction d'un tel ouvrage pour souhaiter un signal fort permettant de situer l'important complexe industriel de Ghlin-Baudour.

Le projet répond largement à ces attentes. Il se compose d'une cuve circulaire de 20 m de diamètre posée sur une table à 50 m de haut. Les quatre pieds de la table sont formés par le croisement d'un X et d'un V en béton coulé sur place. La cuve de 2.000 m3 n'est pas la prolongation massive des pieds, mais bien un élément déposé sur un support. Le principe de la plate-forme offre ainsi une flexibilité dans la reconversion possible du château d'eau à l'avenir. En finale, cette infrastructure imposante s'enrichit d'une fragilité inhabituelle dans le monde stricte de l'ingénierie.

La stabilité a été étudiée par le bureau Greisch, les techniques spéciales par SNC Lavalin et le budget global est de 4.440.000 euros. Les travaux, qui ont duré 3 ans, ont été réalisés par Franki.

n Prix du Patrimoine: Arcadus Architecte pour le centre d'accueil pour artistes en résidence à Froyennes.

Cette ancienne ferme jadis attachée au château de Froyennes fait partie d'un site classé avec le château, le moulin à eau et son étang. Le meilleur moyen de réhabiliter et révéler cet héritage était de lui associer une nouvelle fonction culturelle et vivante telle qu'envisagée par le maître de l'ouvrage: un lieu d'accueil pour des artistes en résidence.

Le programme comprend une salle de représentation et/ou d'exposition dans la grange et des espaces communs (salle à manger, cuisine, coin feu avec bar, un gîte et des chambres dans les étables, des ateliers avec dortoir et coin lecture ainsi qu'un lieu de séminaires).

Pour abriter la partie administrative, le fournil s'étant effondré durant le chantier, les architectes lui ont substitué un nouveau volume, identique en gabarit et forme, mais d'aspect contemporain en bois ajouré.

Vu la nature des lieux, l'intervention des architectes s'est limitée à retrouver le caractère originel des ouvrages en éliminant les ajouts et interventions inadaptés qui dénaturaient l'ensemble, pour conserver au maximum les qualités vernaculaires du patrimoine existant tout en rehaussant le niveau de confort général pour le mettre au diapason des normes actuelles (isolation thermique, installations de chauffage et ventilation discrètes, signalisation de sécurité, etc). La plupart des aménagements et dispositifs techniques mis en place peuvent être démontés sans dénaturer les éléments authentiques existants.

L'entrepreneur chargé de ce projet est la société Carlos Gomez de Bruxelles. Le maître d’ouvrage, la société Via Lactea & La petite Fabrique (Tournai), ont investi 2.435.400 euros dans ce projet.

Nous vous recommandons

La Régie des Bâtiments finance les travaux à la Bibliothèque royale de Belgique

La Régie des Bâtiments finance les travaux à la Bibliothèque royale de Belgique

Des travaux ont commencé à la BRB pour la création d’un nouveau musée. Ces travaux sont co-financés par la Régie des Bâtiments, la BRB et Toerisme Vlaanderen. La première phase des[…]

Un nouveau tunnel et une réserve de costumes pour La Monnaie

Un nouveau tunnel et une réserve de costumes pour La Monnaie

Besix inaugure le Pont Princesse Héritière Mary au Danemark

Besix inaugure le Pont Princesse Héritière Mary au Danemark

Assa Abloy fête ses 25 ans

Assa Abloy fête ses 25 ans

Plus d'articles