Suivre La Chronique

L’écocombi met le cap vers le Sud

Sujets relatifs :

, ,
L’écocombi met le cap vers le Sud

Le premier écocombi qui circulera en Wallonie devrait permettre d’économiser 9 voyages et 2.954 kilomètres pendant la phase pilote. (© AB InBev)

Depuis avril 2015, Ninatrans fait rouler un écocombi pour le compte de son client AB Inbev entre ses installations d’Heverlee et le terminal de Katoen Natie au port d’Anvers. En un an et demi, le projet a permis d’économiser 418 trajets, soit une baisse de 32% par rapport à des poids lourds traditionnels. En termes de CO2, le gain atteint les 21%.

Au terme de cette expérience pilote particulièrement concluante sur les routes flamandes, l’écocombi va désormais faire son apparition sur les voiries wallonnes puisque AB InBev a mandaté Ninatrans pour assurer le transport entre sa brasserie de Jupille et le centre de distribution de Colruyt à Ollignies. Ce premier écocombi en Wallonie devrait permettre d’économiser 9 voyages et 2.954 kilomètres pendant la phase pilote.

Un bénéfice environnemental énorme, mais pas que

Deux écocombis remplacent trois poids lourds standard. Concrètement, cela signifie qu’un écocombi est capable de transporter une charge de 36 palettes: 12 dans la première remorque, 24 dans la deuxième remorque, au lieu des habituelles 26 palettes des poids lourds traditionnels. Donc, 10 palettes supplémentaires par expédition. L'impact écologique de ce projet entre Jupille et Ollignies est énorme. 

Faites le compte: l’écocombi effectuera 1 voyage par jour (un aller-retour de 320 km exclusivement sur territoire wallon), 6 fois par semaine pendant 4 semaines. En d’autres termes, il effectuera 24 voyages, là où un poids- ourd classique en ferait 33. Et sur une base annuelle, cela donnera 312 voyages par an au lieu de 432, donc 120 trajets en moins, soit un total de 38.400 kilomètres économisés!

Si promouvoir le recours aux écocombis permet de réduire les émissions de CO2, leur bénéficie ne s’arrête pas là: ils peuvent aussi contribuer à limiter les problèmes structurels de mobilité en réduisant le nombre de voyages.

Nous vous recommandons

Le rail, un outil de reconversion industrielle

Le rail, un outil de reconversion industrielle

Infrabel et Somei, une Pme spécialisée dans la maintenance de matériel ferroviaire, ont mis officiellement en service un raccordement entre la dorsale wallonne (ligne 130 «Charleroi-Namur») et les anciennes[…]

03/07/2019 | RailInfrabel
Première mission de Vera: transport autonome entre un centre logistique et un port

Première mission de Vera: transport autonome entre un centre logistique et un port

Prime aux véhicules propres dans les marchés publics en Europe

Prime aux véhicules propres dans les marchés publics en Europe

La Stib teste ses premières navettes autonomes

La Stib teste ses premières navettes autonomes

Plus d'articles