Suivre La Chronique

La Cité de l’Amitié veut renouer avec l’esprit des seventies

La Cité de l’Amitié veut renouer avec l’esprit des seventies

Objectif du projet: améliorer les espaces publics de la Cité de l’Amitié, repenser la distribution des logements et la circulation, reconnecter la cité à son quartier et rénover une partie des bâtiments.

La Cité de l’Amitié, à Woluwe-Saint-Pierre, est un reliquat de l’architecture des années 1970, si ce n’est que le concept entourant ce site était tout à fait particulier. A la base du développement de la cité, on retrouve en effet un groupe mêlant personnes valides et invalides, toutes désireuses de créer – ensemble – un lieu où chacun pourrait s’épanouir. Ainsi, des solutions architecturales innovantes pour l’époque ont été déployées afin d’accueillir un maximum de personnes à mobilité réduite, ce qui a débouché sur un projet unique en son genre.
Si la philosophie qui a présidé au concept n’est  plus qu’un lointain souvenir aujourd’hui, les bâtiments, eux aussi, ont mal résisté au passage du temps et nécessitent une rénovation en profondeur. Message parfaitement reçu par la Société Immobilière de Service Public (Sisp) «En Bord de Soignes» qui souhaite améliorer les espaces publics et communs de la cité, repenser la distribution des logements et la circulation, reconnecter la cité à son quartier et rénover une partie des bâtiments tout en soulignant les qualités actuelles du lieu. La mission telle que la conçoit la Sisp vise à établir un masterplan et un phasage pour le redéveloppement complet de la cité. Il s’agit d’étudier des scénarios et des opportunités de redéveloppement qui peuvent comprendre notamment la rénovation, la transformation ou la reconstruction des bâtiments bas, des socles et des espaces publics ou communs. 

Reconnecter les lieux et les gens

Le comité d’avis piloté par le Bouwmeester bruxellois a étudié les projets remis par les différentes équipes pluridisciplinaires et a finalement retenu l’association momentanée Dessin & Construction/Trame. Deux grandes intentions spatiales guident leur approche dans l’élaboration de ce masterplan. D’une part, il y a la volonté de lier la cité aux quartiers alentours, notamment en travaillant sur les connexions piétonnes entre les métros Stockel et Kraainem. D’autre part, on retrouve l’envie d’offrir des espaces de rencontre, dont un espace central qui puisse servir tant aux habitants de la cité qu’aux riverains, pour asseoir la présence d’activités collectives et associatives au cœur du quartier. Une hiérarchisation claire est proposée pour que chaque lieu trouve son public: le parc est dédié au tout-venant, les venelles deviennent des espaces regroupant des communautés d’échelles différentes et les paliers sont pratiquement privatifs. Enfin, la transformation des maisonnettes offre l’opportunité d’appuyer ces intentions. 
A ce stade, il n’est toutefois pas encore établi s’il s’agira d’une rénovation lourde ou d’une démolition-reconstruction.

Nous vous recommandons

La construction pourrait connaître une relance spectaculaire en 2021

La construction pourrait connaître une relance spectaculaire en 2021

Une analyse conjoncturelle de la Confédération Construction montre que l’activité économique du secteur a baissé de 3,8% en 2020. Une relance de 5% serait possible cette année, à condition[…]

Construction neuve et rénovation: quelles sont les tendances pour 2021?

Construction neuve et rénovation: quelles sont les tendances pour 2021?

Eiffage et Valens déménagent bientôt en région bruxelloise

Eiffage et Valens déménagent bientôt en région bruxelloise

«Un vent nouveau souffle sur l’immobilier»

Interview

«Un vent nouveau souffle sur l’immobilier»

Plus d'articles