Suivre La Chronique

La construction: objet de tous les désirs… et de toutes les contradictions

Sujets relatifs :

La construction: objet de tous les désirs… et de toutes les contradictions

Si plus de logements n’implique pas toujours une baisse des prix, trop peu de logements entraîne fatalement leur hausse. (Photo by Randy Fath on Unsplash)

Le logement façonne les communautés et joue un rôle crucial pour créer une société inclusive et prospère. Or, la flambée des prix de l’immobilier européen a pour conséquence de rendre le logement difficilement accessible au plus grand nombre, créant un sentiment de déclassement social. Build Europe est convaincu que si les professionnels de la construction et les pouvoirs publics s’engagent à travailler ensemble, il serait possible de résoudre la crise du logement et de s’assurer que chacun puisse accéder au logement dont il a besoin. Comment?

En construisant suffisamment de logements

Si le marché du logement reposait exclusivement sur la loi de l’offre et de la demande, il suffirait de construire beaucoup dans les zones les plus tendues pour y voir les prix baisser. En réalité, le prix d’un logement, neuf ou ancien, dépend d’un grand nombre de paramètres, au premier rang desquels l’attractivité de son environnement et les services auxquels il donne accès: des emplois à proximité, des infrastructures scolaires et hospitalières de qualité, un réseau de transports publics, etc. Pour autant, ce constat n’invalide pas l’objectif de construire plus, car si plus de logements n’implique pas toujours une baisse des prix, trop peu de logements entraîne fatalement leur hausse.

En construisant à prix abordables

Un logement sera considéré comme abordable s’il limite le taux d’effort des ménages. Il appelle donc deux types de réponses, éventuellement complémentaires, de la part des pouvoirs publics: mieux solvabiliser les ménages et/ou faire baisser les prix et les loyers. La philosophie actuelle propose de construire là où sont les besoins. Le phénomène de concentration urbaine rend le défi plus difficile encore à relever. Or, c’est dans les zones urbaines denses et dans les métropoles que le terrain est le plus rare, donc le plus cher compte tenu de la pression démographique. Il faut changer de paradigme.

En construisant des logements de qualité

La première priorité consiste à soutenir une densification appropriée des
quartiers via une planification urbaine qui soit durable et respectueuse des citoyens et de leurs besoins. Un équilibre doit être trouvé entre restructuration et création de nouveaux logements dotés d’espaces de respiration et des équipements indispensables au quotidien.

En faisant du neuf avec de l’ancien

L’idée de la reconquête des centres urbains ne peut être envisagée par la seule démolition-reconstruction. Des patrimoines, des atmosphères, des paysages restent à préserver. Mais la réponse à cette préservation ne peut consister en la rénovation des façades ou des peintures intérieures. Elle nécessite une restructuration en profondeur des logements qui puissent correspondre aux standards actuels et futurs des logements neufs et donc aux attentes des ménages.



Pour ce faire, il est nécessaire de lever les nombreux obstacles auxquels doit faire face le marché du logement, parmi lesquels:

le manque physique de terrains à prix abordables

L’objectif de la Commission de «zéro artificialisation nette» d’ici 2050 ne
peut être soutenable que si les conditions sont créées pour qu’émerge une alternative crédible à l’artificialisation, c’est-à-dire que si la reconstruction de la ville sur la ville et la densification sont rendues plus faciles, donc en contradiction avec la réticence des élus locaux à l’égard de la construction et de la densité urbaine.

les attitudes sociales

Les citoyens européens souhaitent, à juste titre, voir la crise du logement résolue. Mais, dans le même temps, ils semblent réticents aux propositions de constructions dans leur environnement, en pesant à la fois en amont, auprès des élus, et en aval, contre le pétitionnaire. Cette attitude est aussi trop souvent adoptée par les décideurs politiques: il y a certes un consensus pour construire plus, mais en pratique, l’agenda politique instrumentalise trop fréquemment ce sujet, par exemple en retardant les décisions de délivrance d’un permis de construire. L’administration aussi applique la loi de façon restrictive et excessive, et s’oppose trop souvent, au lieu d’accompagner.

l’augmentation des coûts de construction

L’inflation normative et réglementaire, les exigences environnementales, les procédures administratives parfois superflues et inutiles, l’émergence d’un droit «gris» avec les chartes locales,… Tous les éléments sont réunis pour rendre le logement toujours plus inabordable…

le poids de la fiscalité et les incertitudes sur le financement

Est-il besoin de rappeler que le logement est la vache à lait des finances publiques? Ce qui n’empêche pas que l’effort financier public en faveur du logement a été divisé par deux en 10 ans! Moins de fonds publics mais, peut être aussi moins de fonds privés car, selon les critères de «Bâle 4», le financement des opérateurs immobiliers serait considéré comme spéculatif et nécessiterait plus de fonds propres…
Pour Buid Europe, il n’y a pourtant pas de modèle unique en termes de financement dans le secteur immobilier. «L’UE doit prendre cela en compte en transposant les accords de «Bâle IV», afin de ne pas durcir indûment l’accès au crédit des professionnels de l’immobilier et des particuliers. Il faut aussi assouplir la Directive Tva pour l’application de taux réduits sur le logement.»
C’est l’une des 15 propositions déclinée par la Fédération européenne dont l’intégralité est disponible sur leur site: https://buildeurope.net/manifeste-fr
 

Marchés publics
Tous les marchés

Nous vous recommandons

Un projet alternatif pour réinventer le boulevard de Waterloo et l’avenue de la Toison d’Or

Un projet alternatif pour réinventer le boulevard de Waterloo et l’avenue de la Toison d’Or

C’est une première: unis par des intérêts convergents, commerçants et riverains du boulevard de Waterloo et de l’avenue de la Toison d’Or, soutenus par de nombreux acteurs économiques, ont[…]

Pose de la 1ère pierre du nouveau quartier «Arborescence» à Soignies

Pose de la 1ère pierre du nouveau quartier «Arborescence» à Soignies

Le Delta, nouveau phare culturel namurois, entre Sambre et Meuse

Le Delta, nouveau phare culturel namurois, entre Sambre et Meuse

Atenor annonce la vente du 5e bâtiment de Vaci Greens à Budapest

Atenor annonce la vente du 5e bâtiment de Vaci Greens à Budapest

Plus d'articles