Suivre La Chronique

La douane belge fait le forcing pour préparer les entreprises belges au Brexit

Sujets relatifs :

, ,
La douane belge fait le forcing pour préparer les entreprises belges au Brexit

La douane belge s’attend à devoir gérer 930.000 déclarations d’importation en plus à la suite du Brexit, soit une augmentation de 14%. Le nombre de déclarations d’exportation en plus est estimé à environ 4,5 millions, en hausse de 47%!

A partir du moment où le Royaume-Uni aura quitté l’Union européenne, les entreprises qui entretiennent des relations commerciales avec lui devront s’acquitter de formalités douanières. Jusqu’à présent, à peine 1/5e des entreprises concernées avait entrepris les démarches nécessaires.

A la mi-janvier, le SPF Finances s’était ému que seule une entreprise belge sur cinq ayant des échanges commerciaux avec le Royaume-Uni, mais pas encore de numéro de douane, s’était mise en ordre ces derniers mois. Vingt mille autres n’avaient jusqu’ici pas encore fait la demande d’un numéro Eori («Economic Operator Registration and Identification», un numéro d'identification unique, obligatoire depuis le 1er janvier 2017 dans l'UE pour les formalités à l'importation et à l'exportation - Lire La Chronique n°4, page 21). Le ministre des Finances, Alexander De Croo, avait alors décidé, en accord avec la douane et les organisations sectorielles, d’inverser les rôles.

Comment? Simple: si auparavant les entreprises devaient elles-mêmes demander un numéro de douane Eori, elles se voient maintenant attribuer ce numéro d’office par la douane. Vingt mille sociétés en ont ainsi reçu une dans leur boîte aux lettres ces dernières semaines. Dès ce moment, elles doivent uniquement transmettre un certain nombre d’informations pour que le numéro Eori soit définitivement inscrit dans la base de données européenne des bureaux de douanes.

La douane retrousse ses manches

Une formule qui a visiblement fait mouche puisque sur les vingt mille entreprises qui ont reçu un courrier leur attribuant un numéro de douane ces deux dernières semaines, un quart environ a régi: 3.646 entreprises ont envoyé les données nécessaires, 1.296 autres entreprises se sont déjà manifestées, mais devaient encore compléter la demande.

Par ailleurs, la douane a aussi décidé de contacter par téléphone les 5.000 entreprises les plus actives en matière d'échanges commerciaux avec le Royaume-Uni. Le call center est opérationnel depuis début février et une équipe de douze collaborateurs de la douane assure le suivi des demandes Eori.

La douane s’attend à devoir gérer 930.000 déclarations d’importation en plus à la suite du Brexit, soit une augmentation de 14%. Le nombre de déclarations d’exportation en plus est estimé à environ 4.500.000, en hausse de 47%!
 

Nous vous recommandons

Extension du parc d’activité économique de Ciney-Hamois: la fin d’une longue attente

Extension du parc d’activité économique de Ciney-Hamois: la fin d’une longue attente

L’extension du parc d’activité économique de Ciney-Hamois va pouvoir se concrétiser. Le futur ex-ministre wallon de l’Aménagement du Territoire, Carlo Di Antonio, a approuvé le Plan Communal[…]

Le prix des terres agricoles en baisse pour la première fois depuis 5 ans

Le prix des terres agricoles en baisse pour la première fois depuis 5 ans

Signer son bail via son Smartphone ou son ordinateur, c’est possible sur Immoweb

Signer son bail via son Smartphone ou son ordinateur, c’est possible sur Immoweb

Les représentants des entreprises jugent le programme du Gouvernement bruxellois

Les représentants des entreprises jugent le programme du Gouvernement bruxellois

Plus d'articles