Suivre La Chronique

La guerre en Ukraine menace d’aggraver la crise des matériaux

Sujets relatifs :

,
La guerre en Ukraine menace d’aggraver la crise des matériaux

© Adobe Stock

C’est en tout cas la crainte des entreprises  de construction. Selon une enquête de la Confédération Construction, 95% des entreprises de construction s'attendent à une poursuite de ces augmentations ces prochains mois, notamment pour les produits d’acier.

Depuis début janvier 2022, 92% des entreprises de construction constatent des augmentations de prix: 52% parlent d'augmentations de 10% et plus. Elles concernent surtout l'acier, le bois, les matériaux d'isolation et les métaux non ferreux. Quant à eux, les produits en verre, les matériaux d'infrastructure, les briques et les tuiles sont les moins touchés.
 
Et la guerre en Ukraine n’a rien arrangé: 95 % des entrepreneurs s'attendent à des nouvelles augmentations durant ces prochains mois, surtout pour les produits d’acier.Pour contrer cet effet négatif, la Confédération conseille aux entrepreneurs de travailler avec une formule de révision ou des prix journaliers.

Les délais de livraison impactés également

Ces augmentations sont supportés, dans la moitié des cas, par l’entreprise de construction. Dans l’autre moitié des cas, les augmentations sont imputées au client, mais plus souvent seulement partiellement (29 %) que complètement (18 %). 
 
72 % des entreprises constatent également une dégradation des délais de livraison, selon l'enquête. Cela concerne surtout les matériaux d'installation, comme les briques et les tuiles, ainsi que les produits d'acier. Là aussi, 83 % des entrepreneurs s'attendent à une aggravation de la situation à la suite de la guerre en Ukraine, surtout pour les produits d’acier.

Le secteur ouvre la porte aux ouvriers ukrainiens

Fin 2021, la construction comptait 2.500 travailleurs détachés ukrainiens en Belgique. 11% des entrepreneurs qui travaillent avec des ouvriers détachés ukrainiens signalent que certains collaborateurs sont retournés dans leur pays d'origine. D'un autre côté, 40% des entreprises de construction sont prêtes à employer des réfugiés ukrainiens, même si ce n'est que sur une base temporaire.
«Bien sûr, la première chose à faire maintenant est d’accueillir et de loger correctement ces réfugiés de guerre, mais s'ils veulent ensuite travailler, ils sont absolument les bienvenus dans le secteur de la construction», assure Niko Demeester, CEO de la Confédération Construction.
 
Par ailleurs, la Confédération Construction a créé une nouvelle page sur son site web, https://www.confederationconstruction.be/ukraine, sur laquelle elle compile les questions et réponses sur l'impact de la guerre en Ukraine. 
 

Nous vous recommandons

Moins de contacts et de contrats, le nouveau quotidien des entreprises de construction

Moins de contacts et de contrats, le nouveau quotidien des entreprises de construction

Une enquête de la Confédération Construction, à laquelle 325 entrepreneurs et installateurs ont participé, montre que 61 % d’entre eux font face à une baisse des nouveaux contacts. Dans 13 % des[…]

26/05/2022 | Socio-EconomieCrise
Les entreprises de construction prises à la gorge par la hausse des prix des matériaux

Les entreprises de construction prises à la gorge par la hausse des prix des matériaux

Crise des matériaux: force majeure et baisse des prix de l’énergie, la construction monte au créneau

Crise des matériaux: force majeure et baisse des prix de l’énergie, la construction monte au créneau

Les prix des tuiles céramiques subissent une très forte hausse

Les prix des tuiles céramiques subissent une très forte hausse

Plus d'articles