Suivre La Chronique

La révolution «freelance»

Sujets relatifs :

Selon les chiffres de l'Inasti, on recenserait 1 million de travailleurs indépendants en Belgique. Les non-salariés exercent des métiers très divers:  exploitants agricoles, commerçants, artisans, professions libérales, et sont surreprésentés dans certains secteurs comme la construction (103.000 travailleurs indépendants!).

Le statut d'indépendant a clairement le vent en poupe chez nous où leur nombre a augmenté de 20% entre 2000 et 2015. Selon le Syndicat national des Indépendants, cette croissance serait due «à un meilleur climat économique, à la culture des start-ups et à la technologie qui permet de démarrer une activité sans devoir faire de lourds investissements». Mais l'essor du travail indépendant peut aussi s'expliquer par des difficultés rencontrées dans la recherche d'un emploi salarié, dans un contexte de chômage élevé.

Ceci étant, il s'agit d'une tendance lourde que l'on retrouve partout en Europe où 14% des travailleurs seraient indépendants. Aux Pays-Bas par exemple, le nombre d'indépendants est passé de 12% à 19% de l'emploi total entre 2003 et 2014. Au Royaume-Uni, l'évolution est encore plus marquée avec une hausse de 13% à 17% entre 2000 et 2014 et où, surtout, 40% des emplois créés depuis 2010 sont des postes d'indépendants! Même en France, où le travail indépendant est le moins répandu parmi les pays de l'UE (environ 11%), le nombre de freelance a augmenté de plus de 25% depuis 2006.

Certains chercheurs ne manquent pas d'y voir la fin annoncée de notre modèle social organisé autour du salariat. Une analyse largement validée par une récente étude américaine (A vision for the economy of 2040) réalisée conjointement par l'Institut Roosevelt et la Fondation Kauffman, selon laquelle le travail traditionnel est en train de mourir. Il est vrai qu'aux Etats-Unis, les 53 millions de travailleurs freelance représentent désormais 34% de la force de travail. Une tendance qui, dans les 25 prochaines années, va encore nettement s'accélérer. Selon certaines projections, le nombre de travailleurs indépendants pourrait ainsi dépasser celui des salariés d'ici cinq ou dix ans aux Usa. Et l'Europe devrait suivre le même chemin avec un temps de retard. «Ce ne sera pas sans conséquences», explique Dane Stangler, un des responsables de la Fondation Kauffman. Ce déclin du travail traditionnel exercera en effet une pression considérable sur notre système fiscal public. Et pour cause: «nous avons construit tous nos programmes de prestations sociales - retraite, santé, chômage, etc. - autour de cette notion d'emploi fixe. En sortant de ce modèle traditionnel, les Gouvernements vont perdre énormément en impôts sur les salaires et à moins d'un changement de politique, le système fiscal va se trouver face à un énorme défi», souligne encore l'étude. Un de plus.

Adie Frydman

Nous vous recommandons

Comment Jacques Delens a fait de l’économie circulaire un business model

Comment Jacques Delens a fait de l’économie circulaire un business model

En 2016, le gouvernement bruxellois a lancé le Programme Régional en Economie Circulaire (Prec) doté d’un budget annuel  d’environ 13 millions d’euros. L’entreprise de construction Jacques[…]

Etude pour la construction d’une deuxième voie sur le tracé du «Rhin d’acier»

Etude pour la construction d’une deuxième voie sur le tracé du «Rhin d’acier»

Les acteurs belges de l'immobilier s’installent massivement au Luxembourg

Les acteurs belges de l'immobilier s’installent massivement au Luxembourg

Architecte: 5e profession libérale à la croissance la plus rapide

Architecte: 5e profession libérale à la croissance la plus rapide

Plus d'articles