Suivre La Chronique

Interview

«La solution réside dans des constructions adaptables et flexibles, réalisées en dimensions standard»

Sujets relatifs :

,
«La solution réside dans des constructions adaptables et flexibles, réalisées en dimensions standard»

© Beneens Bouw & Interieur

Chaque semaine, La Chronique donne la parole à un(e) CEO ou dirigeant(e) actif/ve dans le secteur belge de la construction au sens large. La semaine dernière, nous donnions la parole à Charlotte Fleerackers, élue Constructrice de l’Année. Cette semaine, c’est donc au tour du Constructeur de l’Année, Joeri Beneens, de la société Beneens Bouw en Interieur basée à Olen, de répondre à nos cinq questions.

Quelle est, selon vous, la nouvelle technologie qui impactera le plus votre activité dans les années à venir ?

La construction modulaire, qui ne se résume pas toujours à la superposition de conteneurs clé-sur-porte. Une grande transition s’impose si l’on veut que la construction reste abordable. Une bonne part de cette solution réside dans le maintien de la valeur des matériaux de construction grâce à la construction remontable. Celle-ci nécessite de standardiser certains éléments et d’abandonner les prototypes. Les architectes ne doivent pas craindre de voir leur créativité bridée. Si la complexité et l’administration ont dominé la construction ces dernières décennies, ces nouveaux changements dans le monde du BIM vont enfin pouvoir se traduire par une simplification. Les entrepreneurs mettront leurs propres bibliothèques BIM standard à la disposition des concepteurs. Si les matériaux de cette bibliothèque standard sont utilisés selon la règle des 80/20, le travail s’en trouvera nettement allégé. Les métrés, les devis et les prix sont alors intégrés dans les modèles. Les économies réalisées sur les études de stabilité, les techniques spéciales, les dessins de production et même les DPI sont prêts à 80%. En plus de ces éléments, nous planchons même sur un facteur environnemental qui pourrait découler automatiquement de ces modèles. Il serait alors possible d’améliorer l’impact environnemental d’un bâtiment en modifiant les matériaux dans le dessin de manière à calculer l’influence de ces changements.

Quel métier les jeunes filles et garçons d’aujourd’hui doivent-ils choisir à l’école pour s’assurer une carrière intéressante et bien rémunérée dans le secteur de la construction ? 

La construction abordable réclame aussi de nouveaux business models. Si mes trois enfants veulent apporter une importante valeur ajoutée à l’avenir de la construction, ce sera en qualité d’ingénieurs commerciaux ou d’économistes. Les futurs clients voudront payer le coût de l’utilisation et non celui de la propriété. Ce contrôle de la durée de vie du bâtiment couplé à l’élaboration d’un business model financièrement réaliste pour l’entreprise deviendra un défi.
Quoi qu’il en soit, les corps de métier habiles de leurs mains et pleins de bon sens restent indispensables dans le secteur du bâtiment. Vu la rareté des étudiants sortants, ces métiers seront toujours bien rémunérés. L’amour de la profession est encore et toujours l’apanage de ceux qui travaillent sur le terrain, jour après jour. Un bonheur quotidien que je ne peux également qu’encourager.

Que vous a appris la crise du coronavirus au sujet de votre entreprise ?

Les autorités ont octroyé à quantité d’entreprises le soutien adéquat pour garder la tête hors de l’eau. En tant qu’administrateur actif au sein de l’organisation patronale, j’étais fier de voir Voka, Bouwunie, VCB et Unizo toujours sur le pont pour prodiguer les bons conseils. Ils ont prouvé maintenant plus que jamais leur utilité.
Cette situation inédite a mis à nu notre faiblesse en tant qu’entreprise de construction face aux autorités adjudicatrices ou aux multinationales. 
Les clients étaient en droit de nous arrêter sur-le-champ et de reporter les travaux à une date ultérieure inconnue, crise oblige. Les frais y afférents ont été refusés. Les échéances devaient malgré tout être respectées et les menaces d’amende sont restées impitoyablement d’application. Les entreprises de construction opérant dans le B2B ou le secteur public espéraient de la compréhension mutuelle, mais se sont généralement retrouvées Gros-Jean comme devant.
Les maillons forts parmi nos collègues se sont rapidement manifestés pour s’affirmer encore plus. Les maillons faibles se sont également démarqués, ce qui a permis là aussi de se focaliser sur les points à travailler.

Quelle est, selon vous, la plus grande menace qui pèse sur votre entreprise/secteur ?

L’actuelle méthode d’adjudication qui consiste à n’attribuer le marché qu’au prix le plus bas ne permet pas d’améliorer la durabilité des bâtiments. La plupart des autorités et entités adjudicatrices n’ont toujours pas assez pris conscience qu’à long terme, elles seront elles-mêmes victimes de ce système. Tout le monde a tout à gagner d’une collaboration d’égal à égal au sein d’une équipe de construction, non seulement au cours du processus de construction mais aussi à long terme, le plus grand bénéficiaire étant le client. 
La pénurie sur le marché du travail est la plus grande menace qui pèse sur notre secteur depuis de longues années. L’arrivée sur le marché des chasseurs de têtes ne fait qu’accroître la nervosité et augmenter inutilement les prix. 
En créant un environnement de travail agréable et un chouette esprit d’équipe au sein de notre entreprise, nous avons plutôt bien réussi à nous en prémunir.

Allons-nous continuer à construire pour l’éternité, ou les bâtiments se verront-ils bientôt attribuer une date de péremption ?

Nous devons sélectionner les matériaux de construction selon leur capacité à traverser les siècles et leur degré de réemploi ou de recyclage. En proposant des matériaux de construction remontables en dimensions standardisées, nous leur offrons une deuxième et une troisième vies. 
Il faut cependant éviter les monolithes. La solution réside dans des constructions adaptables et flexibles, réalisées en dimensions standard. Notre Benegrid est un système de construction flexible qui répond à toutes ces exigences. Aujourd’hui, nous conseillons déjà de très nombreux clients en ce sens, avec de belles équipes de construction à la clé.
 

Nous vous recommandons

«Construire de manière traditionnelle, c’est construire pour plusieurs générations»

Interview

«Construire de manière traditionnelle, c’est construire pour plusieurs générations»

Chaque semaine, La Chronique donne la parole à un(e) CEO ou dirigeant(e) actif/ve dans le secteur belge de la construction au sens large. Cette semaine, c’est au tour d'Anthony Blavier, de la société Maisons[…]

23/07/2021 |
«L’électrification du parc de machines est une évolution logique»

Interview

«L’électrification du parc de machines est une évolution logique»

«Le secteur de la construction a gagné en flexibilité l’année dernière»

Interview

«Le secteur de la construction a gagné en flexibilité l’année dernière»

«Le plus grand défi est d'allier esthétique, qualité des matériaux et accessibilité»

Interview

«Le plus grand défi est d'allier esthétique, qualité des matériaux et accessibilité»

Plus d'articles