Suivre La Chronique

La Ville de Bruxelles part en guerre contre Airbnb

La Ville de Bruxelles part en guerre contre Airbnb

© Ans Persoons

Un plan d’action pour limiter le développement des hébergements touristiques illégaux de type Airbnb a été approuvé par le Collège de la Ville de Bruxelles. Objectif: remettre 1.000 logements sur le marché locatif d’ici la fin de la législature communale.

La ville de Bruxelles compte 2.200 biens annoncés sur le site Airbnb, dont 1.600 sont totalement dédiés à la location touristique. Souvent illégales, ces locations provoquent une hausse des prix de l’immobilier due à la disparition de ces logements du marché locatif traditionnel. Avec pour conséquence un déséquilibre entre l’offre de logement pour les Bruxellois et les touristes.  

Un plan d’action a été approuvé par le Collège communal pour endiguer le développement incontrôlé de ce type de logement. Il comprend la création d’une «cellule Airbnb» qui sera chargée de poursuivre les infractions urbanistiques directement liées aux logements touristiques sans permis. Le plan prévoit également une collaboration entre les différents services communaux et la Région bruxelloise. La «cellule contrôle» va notamment renforcer sa collaboration avec le SPF Finances pour taxer les Airbnb. Ceux-ci n’étaient pas considérés, jusqu’ici, comme des logements inoccupés et passaient donc entre les mailles du filet.
 

Nous vous recommandons

La nouvelle version du Cctb  2022 désormais disponible

La nouvelle version du Cctb 2022 désormais disponible

L’Union Wallonne des Architectes (Uwa) a annoncé la sortie de la nouvelle version du Cahier des Charges Type-Bâtiments 2022 (Cctb). Désormais riche de 4.702 pages, cette nouvelle version intègre[…]

Les donations immobilières en hausse de 28% en Wallonie

Les donations immobilières en hausse de 28% en Wallonie

Manuel Moral, nouveau président de la Commission sociale de la Confédération Construction

Manuel Moral, nouveau président de la Commission sociale de la Confédération Construction

Le compromis «langage clair» débarque à Bruxelles

Le compromis «langage clair» débarque à Bruxelles

Plus d'articles