Suivre La Chronique

La Wallonie veut choyer ses «entreprises en forte croissance»

Sujets relatifs :

, ,
La Wallonie veut choyer ses «entreprises en forte croissance»

Les «entreprises à forte croissance» se caractérisent par une croissance annuelle moyenne de leur valeur ajoutée ou de leur effectif de plus de 20% sur une période trois ans. (© Groupe Conseils MCG)

De nombreuses études internationales ont démontré l’importance des «entreprises en forte croissance» (EFC) dans la hausse globale de l’activité et de l’emploi. C’est le cas aussi pour la Wallonie, comme le laisse voir une récente étude de l'Union wallonne des Entreprises (UWE). Mais combien sont-elles? Qui sont-elles? A quels secteurs émargent-elles?

Histoire de commencer par le commencement: à quoi reconnait-on une «entreprise à forte croissance»? Si on s’en tient au critère retenu par l’Ocde, peut être considérée comme une Efc toute entreprise d’au moins dix employés qui connait «une croissance annuelle moyenne de sa valeur ajoutée ou de son effectif de plus de 20% sur une période trois ans.»

Si l’Ocde a décidé de plafonner à trois ans la période de croissance de ces entreprises, c’est que la forte croissance est un phénomène temporaire. Rares sont en effet les entreprises qui croissent à un rythme annuel de 20% au-delà de 4 ou 5 ans.

Des EFC wallonnes ça existe

Ceci étant précisé, en trouve-t-on en Wallonie? Selon l’UWE, il semblerait que oui, certes en nombre très limité, mais génératrices d’une part importante de la valeur ajoutée globale et de l’emploi. Sur les 74.500 sociétés analysées par l’UWE sur la période 2012-2015, on dénombre 336 entreprises en forte croissance en termes de valeur ajoutée (qui représentent 59% de la croissance de la valeur ajoutée globale) et 171 en termes d’emplois (qui ont participé à concurrence de 87% à la croissance de l’emploi durant cette période!).

Contrairement à une idée reçue, les EFC se retrouvent dans l’ensemble des secteurs de l’économie et pas uniquement dans les secteurs considérés comme innovants (numérique, robotique, Tic, etc.).

Pour l’anecdote, trois entreprises wallonnes ont connu une croissance annuelle moyenne de leur valeur ajoutée supérieure à 20% entre 2007 et 2015: Diagenode (secteur bio-tech), Fact Security (société de gardiennage) et Clixxs (société de titres-services).

Comment les repérer pour mieux les aider?

Au vu de l’importance des EFC dans l’économie, celles-ci focalisent l’attention des responsables économiques et politiques. Néanmoins, la forte croissance est un phénomène qui relève de circonstances particulières. En effet, chaque entreprise a sa propre trajectoire de croissance. Il est donc très difficile de dégager des caractéristiques générales qui permettent de déterminer les entreprises susceptibles de connaître une forte croissance dans les prochaines années pour les soutenir de manière spécifique.

Malgré tout, la tentation est grande pour les pouvoirs publics d’essayer d’accompagner ces entreprises pour en accélérer la croissance.

Quelles politiques spécifiques mettre en œuvre?

Dans plusieurs pays et régions européennes comme aux Pays-Bas, au Danemark ou en Flandre, des politiques de ce type ont vu le jour. Les entreprises sont sélectionnées non seulement sur leur capacité à croître, mais aussi sur les motivations de l’entrepreneur à faire croître son entreprise. En effet, les dernières études sur l’entrepreneuriat suggèrent que la psychologie et les capacités cognitives de l’entrepreneur jouent un rôle fondamental dans la dynamique de croissance de son entreprise.  Ceci dit, peu d’évaluations ont été faites pour juger de l’efficacité de ces politiques.

La Wallonie s’apprête toutefois à lancer un projet pilote baptisé «Scale Up» et mené par l’Agence de l’Entreprise et de l’Innovation (AEI). Les entreprises seront sélectionnées sur la base de critères mixtes: performance de l’entreprise et motivation de l’entrepreneur.  Ce programme offrira à une trentaine d’entre elles un accès privilégié à un panel de services ou de ressources susceptibles de les aider à concrétiser leur potentiel de croissance.

Etant donné la difficulté à juger, sur des bases objectives, les entreprises qui présentent un potentiel de forte croissance, le projet «Scale Up» est un pari qu’il conviendra de monitorer et évaluer de près.

Nous vous recommandons

Augmentation des faillites en juin 2021

Augmentation des faillites en juin 2021

Statbel a comptabilisé 615 faillites en juin 2021, soit une augmentation de 20% par rapport au mois de mai.  Ces faillites ont entraîné 1.495 pertes d’emploi dont 937 emplois à temps plein, 302 à[…]

02/08/2021 | FaillitesStatbel
La construction passera-t-elle à côté de la relance économique?

La construction passera-t-elle à côté de la relance économique?

486 faillites enregistrées en mai 2021

486 faillites enregistrées en mai 2021

Plus de flexibilité pour les ouvriers dans la construction

Plus de flexibilité pour les ouvriers dans la construction

Plus d'articles