Suivre La Chronique

Le Belge consomme 6,5 tonnes de minéraux par an… et ne le sait pas

Le Belge consomme 6,5 tonnes de minéraux par an… et ne le sait pas

Le saviez-vous: il faut pas moins de 100 kg de sable pour construire une voiture, notamment dans la fabrication des pneus, vitres, rétroviseurs ou blocs moteurs…

La Fédération de l’Industrie extractive et transformatrice (Fediex) organisait récemment une journée consacrée à l’utilisation, trop souvent méconnue, de ses produits dans notre quotidien. Des applications parfois inattendues dans des domaines aussi variés que les hautes technologies, les énergies renouvelables et, bien sûr, la construction, son débouché numéro un.

Les minéraux extraits se retrouvent par exemple dans les écrans tactiles, dans les briques et tuiles ou encore dans les panneaux solaires. Méconnus du grand public, les produits de cette industrie sont pourtant utilisés chaque jour dans le monde entier par tout un chacun. «Le Belge consomme près de 6,5 tonnes de minéraux par an», précise Mark Stulens, vice-président durabilité et environnement du groupe Sibelco et administrateur de Fediex. La production en Belgique n’est pas uniquement appréciée par le marché domestique. Chaque année, ce sont près de 16 millions de tonnes de matériaux que l’industrie extractive belge exporte.

Des applications presque infinies

De la pierre au calcaire en passant par la chaux ou le sable, les matériaux que notre industrie produit ont chacun des caractéristiques propres, pour des applications presque infinies. Grâce à des innovations constantes, l’utilisation des minéraux extraits se retrouve en effet dans des applications toujours plus nombreuses et parfois surprenantes. «Exemple parmi d’autres, pas moins de 100 kg de sable interviennent dans la conception d’une voiture. Notamment dans la fabrication des pneus, vitres, rétroviseurs ou blocs moteurs.»

Les matériaux de l’industrie extractive se révèlent aussi indispensables dans d’autres domaines, notamment les cosmétiques, l’industrie pharmaceutique ou encore l’agro-alimentaire. Ainsi, s’il faut en moyenne 150 tonnes de granulats pour construire une maison, 200 kg de calcaire sont nécessaires pour fabriquer 1 tonne de sucre.

Une empreinte durable en Flandre aussi

Si la Wallonie concentre sur son territoire l’essentiel des ressources minérales «nobles», la Flandre n’est pas pour autant totalement dépourvue en la matière. A Maasmechelen, Dessel et Mol, le sable extrait est entre autres destiné à la confection de panneaux solaires et d’écrans de téléphones portables. Il est aussi énormément utilisé pour des applications dans le verre et les pierres composites.

L’exploitation de ces sites est assurée par l’une des plus anciennes entreprises flamandes contemporaines, Sibelco. Les carriers ont donc une empreinte historique et durable en Flandre, avec près de 40 carrières en activité pour l’extraction de sable et d’argile.

Nous vous recommandons

L’industrie de la pierre naturelle se regroupe autour de la BNSA

L’industrie de la pierre naturelle se regroupe autour de la BNSA

La Benelux Natural Stone Association (BNSA) est une association regroupant toutes les entreprises actives dans le secteur de la pierre naturelle en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg. Des carrières et importateurs aux transformateurs[…]

E. Victor-Meyer, des activités diversifiées mais un seul mot d’ordre: l’excellence

E. Victor-Meyer, des activités diversifiées mais un seul mot d’ordre: l’excellence

Kilkenny Limestone fait aussi son tour de France 2019

Kilkenny Limestone fait aussi son tour de France 2019

Fossil Stone de Beltrami: de vieux fossiles pour un jeune produit

Fossil Stone de Beltrami: de vieux fossiles pour un jeune produit

Plus d'articles