Suivre La Chronique

Le Belge souhaite un logement durable, mais pas à n’importe quel prix

Le Belge souhaite un logement durable, mais pas à n’importe quel prix

Bien que près de 60% des habitations de notre pays aient plus de 50 ans d'âge, à peine 3 sur 1.000 d'entre elles sont entièrement rénovées chaque année.

La facture d’énergie reste une dépense importante pour de nombreuses familles. Maintenant que le temps se rafraîchit, beaucoup de Belges se demandent comment maintenir leur facture d’énergie aussi basse que possible, tant pour le climat que pour le portefeuille. Qu’en est-il ? 15% des Belges ne sont pas satisfaits de l'efficacité énergétique de leur logement.

C’est ce qui ressort d’un récent sondage mené auprès de 1.000 Belges par le fournisseur d’énergie Essent en collaboration avec iVOX. «L'énergie la plus verte et la moins chère reste celle qui n'est pas utilisée. Pourtant, les Belges regardent trop souvent les coûts de rénovation aveuglément, sans tenir compte des économies totales que l'investissement apporterait à long terme », déclare Koen Colpaert, Corporate Communication Manager chez Essent.

Le Belge rénove très peu

Les habitations belges figurent parmi les plus anciennes d'Europe, ce qui s'accompagne d'une énorme consommation d'énergie. Rénover peut être la solution, mais ce n'est pas encore généralisé en Belgique. Bien que près de 60% des habitations de notre pays aient plus de 50 ans d'âge, à peine 3 sur 1.000 d'entre elles sont entièrement rénovées chaque année. 

«C'est également ce que montrent nos propres recherches. La moitié des Belges interrogés donnent une note d'au moins 7 sur 10 à leur habitation, mais en même temps, 1 Belge sur 7 se dit insatisfait en termes d’efficacité énergétique. Cela se traduit par un score moyen de 6,3 sur 10. Quand on sait que 61% des Belges ont investi dans l'efficacité énergétique de leur habitation au cours de ces cinq dernières années, il s'agit d'un très mauvais score», explique Koen Colpaert.

Le coût de la rénovation reste dissuasif

Plus de la moitié des Belges (62%) considèrent le chauffage durable comme très important. «Comme le chauffage de l’habitation représente 60% du coût de l'énergie, le chauffage durable est une option intéressante, non seulement pour votre portefeuille, mais aussi pour l’environnement. », déclare Koen Colpaert.

La volonté de réduire les coûts énergétiques est le principal motif qui pousse les Belges à rénover. Pour 9 Belges sur 10 (93%), c'est la principale raison d'investir dans l'efficacité énergétique de leur logement. La deuxième raison est la réduction de l'impact sur l'environnement (55%), suivie de l'augmentation de la valeur de la maison (54%) et du confort (53%).

«Le Belge moyen est prêt à investir 5.971 euros dans l'efficacité énergétique de son habitation. Avec ce budget, on peut déjà entreprendre de sérieux travaux d’isolation ou installer de nombreux panneaux solaires sur son toit. Bien qu'une habitation économe en énergie puisse représenter une belle économie à long terme, le coût de la rénovation proprement dite semble encore souvent dissuader les Belges. C'est dommage, car l'énergie la plus verte et la moins chère reste celle qui n'est pas utilisée », conclut Koen Colpaert.

Nous vous recommandons

Des habitations sans carbone en 4 étapes

Des habitations sans carbone en 4 étapes

Daikin dévoile un plan en 4 étapes afin de transformer le chauffage et le rafraîchissement résidentiels pour atteindre les objectifs de l’UE de réduction des émissions de CO2, que la loi[…]

Recherche un Facilitateur Quartiers Durables

Recherche un Facilitateur Quartiers Durables

L’industrie cimentière belge s’engage à atteindre la neutralité carbone en 2050

L’industrie cimentière belge s’engage à atteindre la neutralité carbone en 2050

Un nouveau système de chauffage durable pour le Domaine royal de Laeken

Un nouveau système de chauffage durable pour le Domaine royal de Laeken

Plus d'articles