Suivre La Chronique

Le béton prêt à l'emploi doublement frappé par la taxe kilométrique

Sujets relatifs :

A partir du 1er avril 2016, la vignette autoroutière obligatoire pour les camions-malaxeurs sera remplacée par la nouvelle taxe kilométrique. Cette dernière alourdira encore la charge du secteur du béton prêt à l'emploi (Bpe) qui dessert les chantiers de construction belges avec environ 12 millions de m3 de béton par an. Le secteur du Bpe occupe directement 4.000 personnes, dont 2.200 chauffeurs de camions-malaxeurs. Un chauffeur livre quotidiennement 3 à 4 chantiers.

La taxe kilométrique touchera le secteur en deux phases, déplore Fedbeton. Tout d'abord via l'approvisionnement des matières premières qui se fait encore en grande partie par la route puisque, dans la plupart des cas, les sites d'exploitation de ces matériaux et/ou les centrales à béton ne se situent pas le long de la voie d'eau. Le transport routier est alors la seule option et, par conséquent, la centrale sera confrontée à cette nouvelle taxe.'

Ensuite, dans une seconde phase, après le mélange des composants, le béton frais est transporté vers les chantiers. Compte tenu du délai extrêmement limité de 100 minutes pour transporter, placer et vibrer le béton dans le coffrage sur le chantier, aucune autre solution que les camions-malaxeurs n'est plus appropriée ou imaginable.

La taxe kilométrique engendrera donc une hausse importante des frais logistiques et le coût de tous ces kilomètres taxés parcourus s'imputera en aval jusqu'au dernier maillon de la chaîne, c'est-à-dire l'entrepreneur, le particulier, l'instance publique en tant que maître d''uvre, etc.

Et la suppression de la vignette autoroutière ne sera qu'une maigre compensation si les calculs effectués, qui mèneront à un résultat différent pour chacune des 270 centrales à béton belges, démontrent que la taxe kilométrique par camion-malaxeur représentera une multiplication de la vignette annuelle forfaitaire actuelle.

Autant d'éléments qui aboutissent à une conclusion logique: le secteur du béton prêt à l'emploi devra facturer ce coût en aval au client. Le béton sera dès lors plus cher pour le consommateur et/ou les intervenants.

Des simulations basées sur l'approvisionnement des matières premières et le transport de béton vers les chantiers démontrent déjà que le coût du béton augmentera entre 2,5 et 3 euros/m3 suivant les cas. Autant savoir'

Nous vous recommandons

Nouvelle tuile tempête chez Wienerberger

Nouvelle tuile tempête chez Wienerberger

A quoi ressemble la tuile tempête idéale? Wienerberger a posé la question aux couvreurs eux-mêmes afin de développer, en collaboration avec des professionnels chevronnés, une tuile tempête unique qui[…]

21/08/2019 | Wienerberger
Etex s’allège en Grande-Bretagne

Etex s’allège en Grande-Bretagne

Pour une réparation et une protection durables du béton

Pour une réparation et une protection durables du béton

Filière bois: état des lieux

Filière bois: état des lieux

Plus d'articles