Suivre La Chronique

Le coronavirus entraîne un pic d’absentéisme à court terme sans précédent

Sujets relatifs :

, ,
Le coronavirus entraîne un pic d’absentéisme à court terme sans précédent

Selon Acerta, 4,5% des jours de travail n’ont pas été prestés en raison de l’absentéisme de courte durée au cours des trois premières mois de 2020,. Ce taux a même atteint un pic de 5,8% en mars.

Cela représente une augmentation de 70% par rapport à la même période l’année dernière et de 32% par rapport à mars 2018, période qui a connu une forte épidémie de grippe. 

L’absentéisme est plus important dans les grandes entreprises que dans les petites. Le mois de mars 2020 ne fait pas exception à la règle. Les grandes entreprises (> 100 travailleurs) enregistrent une perte de jours de travail d’environ 8 % contre 2 % pour les plus petites entreprises (< 5 travailleurs).

L’absentéisme à court terme est généralement un peu plus élevé chez les ouvriers que chez les employés. Le mois de mars 2020 confirme cette tendance : 6 % chez les ouvriers contre 5,5 % chez les employés.

Laura Couchard, conseillère juridique chez Acerta : « Ces différences peuvent être expliquées. Dans les petites organisations, l’implication dans l’entreprise et l’impact d’une absence sont plus importants. La pression sociale exercée par l’employeur et les collègues pour être présent sera rapidement plus forte dans une petite entreprise que dans une grande organisation. Et en raison de la nature du travail, un ouvrier qui n’est pas à 100 % devra suspendre ses fonctions plus rapidement qu’un employé. Le chômage temporaire pour cause de force majeure n’a également été introduit pour les employés que plus tard en mars. »

Laura Couchard poursuit : « Le fait que les travailleurs restent plus rapidement à la maison n’implique pas nécessairement une augmentation de l’absentéisme pour cause de maladie. Le coronavirus nous a également appris que le travail à domicile peut constituer une solution provisoire, notamment comme mesure de quarantaine pour éviter la contamination. Nous prévoyons donc que l’absentéisme à court terme a atteint son pic en mars et qu’il diminuera quelque peu dans les semaines et les mois à venir si nous ne connaissons pas de seconde vague de contaminations au coronavirus. Il est également important de noter que la hausse de l’absentéisme de courte durée est certes importante, mais ne représente quasiment rien par rapport à l’augmentation du nombre de travailleurs en chômage temporaire. » 

L’analyse d’Acerta se concentre uniquement sur les absences de 30 jours ou moins, au cours desquelles les travailleurs continuent de percevoir leur salaire, avec ou sans supplément de l’INAMI. Les données sont basées sur les données réelles d’ouvriers et employés en service auprès de 32 000 employeurs du secteur privé auquel appartiennent aussi bien des PME que des grandes entreprises.
 

Nous vous recommandons

92% des architectes wallons sont impactés par la crise

92% des architectes wallons sont impactés par la crise

Ce chiffre est le résultat d’une enquête menée par l’Union Wallonne des Architectes (UWA) auprès de 365 de ses membres, tous indépendants. Et ceux-ci s’inquiètent également pour[…]

Entreprises belges : des revenus détériorés mais une reprise rapide

Enquête

Entreprises belges : des revenus détériorés mais une reprise rapide

4 employés sur 10 font du télétravail pour la première fois

4 employés sur 10 font du télétravail pour la première fois

Les ventes de nouvelles habitations ont diminué de moitié

Les ventes de nouvelles habitations ont diminué de moitié

Plus d'articles