Suivre La Chronique

Le Gps européen Galileo a l’accent wallon

Sujets relatifs :

,

Le choix de Transinne par l’Europe pour l’installation des infrastructures terrestres du système européen de navigation par satellites Galileo est l’aboutissement d’un processus entamé en 2014.

Présélectionnée en 2015, la Wallonie a donc été choisie cette année. Elle a su convaincre l’Europe spatiale des atouts du site et la Région se retrouve désormais au cœur du Gps européen, Transinne devenant le centre logistique du programme.

 

7 millions d’investissements

 

Concrètement, cela représente un investissement direct de plus de 7 millions d’euros pour la Wallonie – hors maintenance – mais aussi une reconnaissance du sérieux des atouts avancés par la Région. De fait, cette sélection relève de tout sauf du hasard. La Wallonie peut non seulement avancer une expertise incontestable dans le domaine concerné, mais elle a également pu compter sur le soutien et la détermination des acteurs fédéraux et régionaux, parmi lesquels l’Awex et Idelux, l’intercommunale luxembourgeoise ayant conçu et porté le projet, ce qui lui a d’ailleurs valu d’être distinguée par le mérite wallon.

 

Transinne, terre spatiale

 

En outre, et c’est loin d’être un fait nouveau, Transinne peut se prévaloir d’atouts indéniables:

  • un positionnement idéal au cœur de l’Europe, sur l’axe Bruxelles-Luxembourg, proche de la Commission européenne et de l’Agence spatiale européenne;
  • des possibilités d’extension;
  • la sécurité du site;
  • une infrastructure tout à fait spécifique au projet.

 

R&D belge

 

Il convient d’y ajouter un engagement important de la Belgique dans la politique spatiale européenne, dont elle est un des pays fondateurs, à travers ses équipes de recherche, ses entreprises liées aux activités spatiales et ses 2.000 emplois hautement qualifiés dans ce secteur d’activité.

De plus, au-delà de l’implantation de Galileo et des emplois que cela induit, cette installation va renforcer les entreprises wallonnes actives dans le domaine des satellites et du matériel embarqué. On songe, notamment, à Thalès, Samtech, Amos ou encore Les Ateliers de la Meuse, certaines figurant déjà parmi les sous-traitants du programme Ariane.

 

L’IT wallon à la pointe

 

Il y aura également des retombées positives pour le secteur IT wallon. Celles-ci concernent principalement le développement d’applications informatiques dans le domaine des données collectées et transmises par les satellites, des données de géolocalisation utilisées à des fins de gestion de la mobilité, mais aussi de gestion de la terre et des événements climatiques.

Nous vous recommandons

La Wallonie investit dans le développement des infrastructures sportives

La Wallonie investit dans le développement des infrastructures sportives

Le projet Wallonie Ambitions Or (WAO), lancé par le Gouvernement wallon en 2020, permet de débloquer une enveloppe supplémentaire de 5 millions d’euros pour soutenir le développement des infrastructures[…]

La Régie des Bâtiments soutient les régions touchées par les intempéries

La Régie des Bâtiments soutient les régions touchées par les intempéries

Le centre-ville d’Arlon va accueillir un nouveau quartier résidentiel

Le centre-ville d’Arlon va accueillir un nouveau quartier résidentiel

Quatre consortiums en lice pour la réalisation de la prison à Bourg-Léopold

Quatre consortiums en lice pour la réalisation de la prison à Bourg-Léopold

Plus d'articles