Suivre La Chronique

Le Koweït se dote du plus long pont maritime du monde

Le Koweït se dote du plus long pont maritime du monde

L’environnement désertique et maritime a poussé Systra à mettre en œuvre des solutions techniques et économiques d’avant-garde jamais utilisées à une telle échelle. (© Hyundai/Tylin, HDEC)

Le nouveau pont Sheikh Jaber Al-Ahmad Al-Sabah a été inauguré au Koweït. Avec plus de 34 km de long, il est le plus long pont maritime du monde et inclut notamment un pont à haubans de 340 m de long avec une travée principale de 177 m. L’ouvrage relie Kuwait City, la capitale, à la future ville de Madinat Al-Hareer au-dessus de la baie de Koweït, dans le Golfe persique. Il compte également une liaison de 12,4 km vers la ville koweïtienne de Doha, de sorte que l’ensemble totalise en fait 48,5 km. 

Il a été conçu pour le groupe d'ingénierie français Systra. Hormis le pont lui-même, le projet compte également deux îles artificielles de 30 hectares chacune, deux polders de 30 et 60 hectares, deux marinas et 30 bâtiments (16.000 m²) destinés à la maintenance et à la gestion de l’infrastructure.

Des défis techniques appellent des solutions audacieuses

L’accumulation d’éléments hors-normes et de défis techniques à résoudre dans un environnement désertique et maritime a poussé Systra à mettre en œuvre des solutions techniques et économiques d’avant-garde qui n’avaient jamais été utilisées à une telle échelle. «Le recours à une option audacieuse en proposant des monopieux pour supporter l’ouvrage a permis d’en assurer la stabilité dans un contexte géologique défavorable, tout en réduisant de manière significative les efforts sismiques, les besoins en ressources naturelles et les risques de dispersion du béton», explique Mohamed Akraa, directeur du projet. L’occasion pour Systra de proposer une première mondiale: la préfabrication sur terre, dans une usine spécialement construite, de travées entières avec précontrainte en pré-tension, longues de 40 et 60 m et de 950 et 1.600 tonnes respectivement, qui a été l’une des clés du succès du projet. Ces méthodes de construction permettent de limiter considérablement les impacts sur les écosystèmes marins ainsi que les risques de construction associés aux travaux en mer.

48,5 km de traversée maritime. (© Hyundai/Tylin, HDEC)

Les travaux, réalisés par l'entreprise sud-coréenne Hyundai E&C et le koweïtien CGCC, ont duré 66 mois, avec certaines périodes de travail 24 heures sur 24. La création des îles artificielles ayant détruit l'habitat naturel de la faune marine, des «blocs écologiques» ont également été construits pour reformer cet habitat. Le projet a coûté 3,6 milliards de dollars et a nécessité 5 ans de gestation et pas moins de 14.650 plans. 


Fiche technique

  • 48,5 km de traversée maritime, dont 36,1 km pour la liaison principale et 12,4 km pour la liaison vers Doha
  • 34,1 km de pont en mer
  • 2 îles artificielles de 30 ha chacune

  • 2 polders de 60 et 30 ha

  • 1.510 pieux forés
  • 1.190 piliers, 24 culées
  • 1.107 travées en caissons et 4 travées en pont-dalle coulées en place
  • 12 travées en poutres préfabriquées en I (72 poutres) et dalle coulée en place

  • 2 caissons orthotropes de 164 m de long pour le pont haubané
  • 5 ans d’études
  • 3,6 milliards de dollars de coût de construction.

 

Nous vous recommandons

Tournai va s’éclairer aux leds

Tournai va s’éclairer aux leds

La Ville de Tournai va procéder avec Ores, le gestionnaires des réseaux de gaz et d’électricité, au remplacement de 476 luminaires d’éclairage public par des luminaires leds Résultats[…]

Charleroi investit plus d'un million d'euros dans l'aménagement urbain

Charleroi investit plus d'un million d'euros dans l'aménagement urbain

Le réaménagement de l’école Jacques Brel, modèle de développement durable

Le réaménagement de l’école Jacques Brel, modèle de développement durable

Charleroi: près de 400 millions pour les bâtiments!

Charleroi: près de 400 millions pour les bâtiments!

Plus d'articles